Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

grenelle de la mer

  • Le Plan « Energies Bleues » du Grenelle de la mer: décryptage (GreenUnivers)

    vague.jpgCi dessous, un court article sur le Plan "Energies bleues" que l'excellent site "Greenunivers" a accepté de publier. Merci à Laurence et Patricia.

    Le Grenelle de la mer achève aujourd’hui ses travaux et le Président de la République doit prononcer demain un discours au Havre sur la nouvelle politique marine de la France. Au nombre des engagements conclus : le Plan « Energies Bleues » qui vise à développer les source d’énergies renouvelables en mer. Le point avec Arnaud Gossement, avocat associé en droit de l’environnement au Cabinet Huglo-Lepage & Associés et Maître de conférences à Sciences Po Paris.

    Objectif: 6000 Mw en 2020. A la suite du Grenelle de l’environnement qui s’est tenu en 2007, le Parlement s’apprête à voter, ce 22 juillet, un projet de loi dit « Grenelle 1 », lequel établit, à l’article 17, une liste des sources d’énergies reconnues renouvelables. Les énergies marine et hydraulique en font bien entendu partie. En conséquence, leur développement doit permettre à la France de porter la part des énergies renouvelables à au moins 23 % de sa consommation d’énergie finale d’ici à 2020, conformément à l’article 2 du même projet de loi. Dans ce cadre, les acteurs du Grenelle de la mer sont tombés d’accord sur l’urgence d’un « plan énergies bleues » avec un objectif chiffré : 6000 MW d’énergies marines en 2020. Ce plan annonce une « stratégie de développement des énergies marines » et une « politique maritime intégrée qui repose sur les 3 piliers du développement durable : la cohésion sociale, l’environnement et l’économie. Le message est clair : il n’est pas question de penser la mer ni du seul point de vue de la production énergétique, ni du seul point de vue de sa sanctuarisation mais bien d’articuler économie et écologie.

    la suite sur "GreenUnivers"...

    Lien permanent Pin it! Imprimer 0 commentaire
  • Urgent : soutenez la campagne de Surfrider contre les macro déchets

    SFE dont let poll.jpgLe Grenelle de la mer est en cours ! Tous les acteurs concernés par la protection des mers et océans sont autour de la table pour fixer une feuille de route ambitieuse pour l'avenir de notre environnement marin.

    Parmi eux, la Surfrider Europe Foundation Europe, très belle association internationale, affiliée en France à la fédération France Nature Environnement.

    Surfrider lance un appel et une pétition en ligne pour que les macro déchets qui flottent en mer et que l'on retrouve aussi sur les plages aient enfin un statut juridique qui permette de les qualifier de pollution.

    L'enjeu est majeur. En signant cette pétition, vous soutenez les associations et vous leur donnez du poids dans les négociations en cours. Alors n'hésitez pas : rendez vous ici.

    Voici le texte de la pétition :

    D’après l’ONU, chaque kilomètre d’océan contiendrait 120 000 morceaux de plastique flottants. Dans certains endroits de nos océans il y a six fois plus de plastique que de plancton.
    Cependant, les macro déchets ne sont toujours pas considérés comme une pollution par les institutions européennes. Il est temps de convaincre nos députés qu’il y a urgence !

    Surfrider Foundation Europe demande au Parlement européen et à la Commission de prendre rapidement une initiative législative pour reconnaître les macro déchets comme une véritable pollution.
    Vous pouvez agir et signer cette pétition qui sera remise à la Commission le 20 mai prochain à l’occasion de la Journée Européenne de la Mer.

    ***********

    Vous pouvez également consulter rejoindre le groupe Facebook de cette campagne Surfrider.

    Lien permanent Pin it! Imprimer 5 commentaires