Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

chantal jouanno

  • Compensation de la biodiversité : Arnaud Gossement auditionné le 20 décembre par la Commission d'enquête sénatoriale présidée par Mme Chantal Jouanno

    Le 20 décembre 2016, Arnaud Gossement est auditionné, en qualité d'expert juridique, avec Mme Lucas (maître de conférences) et M Trébulle (professeur) par la commission d'enquête "sur la réalité des mesures de compensation des atteintes à la biodiversité engagées sur des grands projets d'infrastructures, intégrant les mesures d'anticipation, les études préalables, les conditions de réalisation et leur suivi". Cette commission d'enquête est présidée par Mme Chantal Jouanno et son rapporteur est M Ronan Dantec. Plus d'informations sur le site du Sénat.

    Lien permanent Pin it! Imprimer 0 commentaire
  • éoliennes : Chantal Jouanno contre le classement Installations classées (ICPE)

    éolienne par en dessous.jpgDans un entretien accordé au Monde paru cet aprés midi, Chantal Jouanno, Secrétaire d'Etat à l'Ecologie, se prononce contre le classement ICPE des éoliennes. Analyse.

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer 2 commentaires
  • Retour de la directive sols : un signe encourageant (FNE)

    fut toxique.jpgCommuniqué FNE 22.10.09. Chantal Jouanno, Secrétaire d’Etat à l’Ecologie, a annoncé hier, à l’occasion des 2ème rencontres nationales de la Recherche sur les sites et sols pollués organisées par l’Ademe, que la France ne s’opposerait plus au projet directive sur les sols. FNE s’en félicite, mais veille au contenu de celle-ci.

    Après avoir participé, par son abstention, à l’enterrement de la Directive Sols aux côtés du Royaume Uni et de l’Allemagne en 2007, la France permet ainsi la reprise des discussions. FNE salue ce premier signe encourageant et prend note de cet engagement dont elle veillera au respect.

    Car un effet d’annonce n’est pas tout, comme le rappelle Arnaud Gossement, porte-parole de la fédération : « Cette annonce doit être suivie d’effets concrets : il ne doit pas s’agir ensuite de s’entendre sur un texte au rabais. Un accord obtenu sur un texte vidé de sa substance est tout aussi vide de sens ! Or les enjeux sont essentiels, les sols ont besoin d’une protection uniformisée ».

    Ce besoin de protection s’inscrit dans une double démarche complémentaire : protection de la biodiversité et lutte contre le changement climatique.

    La Directive Sols devra ainsi être au cœur de l’agenda international pour 2010, consacrée Année de la Biodiversité par les Nations Unies. « Mais ce n’est pas tout, précise Gaëlle Cognet, chargée de mission climat à l’international. Ainsi poussée à agir par l’annonce française, c’est dès le mois de décembre, à Copenhague, que l’Europe devra intégrer les sols dans les négociations internationales sur le climat et refonder en conséquence le projet de directive. »

    Elle précise : « Les sols ont un double rôle à jouer, dans l’atténuation et l’adaptation au changement climatique. Leur destockage de carbone dû à des pratiques inadaptées comme leur potentiel de séquestration doivent être rapidement intégrés une politique internationale et européenne cohérente de réduction des émissions de GES ».

    Lien permanent Pin it! Imprimer 0 commentaire
  • Voiture "propre" : Chantal Jouanno a raison !

    c jouanno.jpgL'intelligence, me semble-t-il est de savoir tout autant exprimer ses désaccords que ses accords.

    Ce matin, donc, je suis d'accord avec Chantal Jouanno et demain je ne le serai peut être pas : ça s'appelle la démocratie .

    Interrogée sur le durcissement à venir du mécanisme du bonus malus automobile, la Secrétaire d'Etat à l'Ecologie a en effet déclaré : "les véhicules propres, cela n'existe pas".

    C'est tout simplement vrai mais, à la veille de l'annonce d'un grand plan présidentiel pour la voiture électrique, il faut avoir un certain courage pour le dire.

    ****

    AFP : Le bonus-malus sur les voitures appelé à "se durcir progressivement" (Jouanno)

    PARIS, 22 sept 2009 (AFP) - Le bonus-malus sur les voitures est appelé à "se durcir progressivement", a rappelé mardi la secrétaire d'Etat à l'Ecologie, Chantal Jouanno, sans cependant donner d'indications chiffrées sur cette évolution en 2010.
    "Sur le bonus-malus, l'engagement était très clair dès le départ: on veut un système qui se durcisse progressivement", a-t-elle affirmé sur France Info, soulignant que cette évolution était liée à l'efficacité même du dispositif, au-delà des discussions sur le poids qu'elle fait peser sur les finances publiques.
    "Ce n'est pas une prime à l'achat de véhicules", a-t-elle souligné. "C'est une prime au développement de véhicules entre guillemets propres, car les véhicules propres, cela n'existe pas", a-t-elle ajouté.
    Selon Les Echos, le bonus écologique doit être fortement réduit l'an prochain et les seuils d'émissions de carbone doivent être durcis. Selon le quotidien, la prime devrait ainsi passer de 1.000 à 700 euros pour les voitures émettant moins de 95 grammes de CO2, et de 700 à 500 euros pour les voitures émettant moins de 115 grammes de CO2.
    A Bercy, on souligne que les arbitrages "restent à effectuer" sur le sujet.
    "Les discussions sont encore en cours, mais c'est essentiellement lié à la nécessité de trouver le bon réglage, les bons taux, pour que ces dispositifs soient les plus efficaces", explique-t-on.
    Le bonus-malus sur les voitures, qui vise à réorienter la consommation et la production vers des véhicules plus vertueux écologiquement, a été instauré pleinement au 1er janvier 2008, dans la foulée du Grenelle de l'environnement.

    Lien permanent Pin it! Imprimer 0 commentaire
  • Chantal Jouanno va-t-elle secouer le cocotier ?

    Jouanno et Grenelle.jpgQuand ça ne va pas : il faut le dire. Quand ça va: aussi.

    Il m'arrive ainsi d'être déçu voire consterné par les ambitions vertes de nos élus. Ainsi, hier, dans la RUE 89, je me suis permis un petit coup de gueule sur la manière dont le Gouvernement conçoit la relance économique en présentant des projets qui opposent économie et écologie.

    Toutefois, je me méfie également du "tous pourris" dont on connaît les conséquences terribles pour notre démocratie.

    C'est pourquoi, j'ai relevé ces derniers temps quelques déclarations discrètes mais objectivement courageuses de l'actuelle Secrétaire d'Etat à l'Ecologie, Chantal Jouanno.

    Formule 1 contre Agriculture bio. La première est relative au projet de création d'un circuit de Formule 1. On sait que le Premier ministre lui-même est favorable à ce que l'on recouvre de goudron un site proche de Paris sous lequel se trouve se trouve l'une des principales nappes phréatiques de la région. Les élus locaux militaient pour un projet intelligent d'agriculture durable de manière à protéger cette ressource mais c'était sans compter les idées à courte vue de certains responsables politiques qui appuient désormais de toutes leurs forces un projet complètement stupide de circuit de formule 1, à la fois ruineux et dangereux.

    L'AFP interroge Chantal Jouanno qui pourrait faire preuve de prudence et de langue de bois en raison de sa jeunesse au Gouvernement. Et non. Elle déclare sans mettre de gants : "Il est hors de question de sacrifier l'environnement pour un circuit de F1". On ne tourne pas autour du pot : c'est clair, c'est simple. Enfin pourrait-on dire.

    La deuxième déclaration relevée est liée justement à la sortie de Patrick Devedjian sur les enquêtes publiques. Aprés avoir assouplit drastiquement les conditions d'autorisation des activités industrielles au prix d'une régression du droit de l'environnement, le Ministre de la Relance s'en prend de nouveau au code de l'environnement et déclare vouloir tailler à la serpe dans les enquêtes publiques. Les ECHOS appellent Chantal Jouanno qui rappelle que cette idée est tout simplement....illégale. Ambiance.

    Gérer l'aprés Grenelle. On ne peut pas déduire de quelques déclarations que tout va bien loin s'en faut. Surtout la question se pose de savoir si Chantal Jouanno a les moyens de secouer le cocotier alors que son Premier ministre n'est pas exactement vert pomme, a fortiori dans un contexte de crise qui donne des ailes à certains lobbys et à des vieilles idées. Chantal Jouanno a de plus quelques handicaps : elle est jeune en politique, elle succède à Nathalie Kosciusko-Morizet avec laquelle elle est trés souvent comparée et elle est Secrétaire d'Etat auprés de Jean-Louis Borloo dont la surface médiatique est importante aprés le succès emporté lors du Grenelle.

    Surtout, elle n'a pas eu la chance d'arriver au Gouvernement dans l'enthousiasme du Grenelle. Elle arrive au moment le plus ingrat, celui de la mise en oeuvre, celui du passage au concret qui est aussi l'heure de vérité aprés les grands discours enflammés sur le new deal écologique du Président de la République.

    Dans ce contexte de morosité ambiante, voire de sinistrose, Chantal Jouanno est, de plus, sobre en relations presse et s'est emparée de dosssiers, certes fondamentaux mais trés peu médiatiques. Ainsi, la table ronde sur les risques industriels qu'elle pilote ne passionne pas les foules malgré des enjeux très lourds.

    De même, son prochain déplacement dans le sud de la France pour parler de compensation de la biodiversité en présence d'Augustin de Romanet de la Caisse des dépôts et consignations et de Sébastien Genest, président de FNE, risque de ne pas faire l'ouverture du 20 heures alors même que le sujet est central, que l'on soit pour ou contre.

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer 1 commentaire
  • antennes relais et Grenelle des ondes : Chantal Jouanno soutient la proposition de moratoire de France Nature Environnement

    Grenelle des ondes NKM RB CJ.jpgCe jeudi 23 avril, s'est tenue une réunion préparatoire à la Table ronde sur les radiofréquences, courramment appelée "Grenelle des ondes".

    A cette occasion, France Nature Environnement, représentée par Mme José Cambou a mis sur la table une proposition de moratoire sur l'implantion de nouvelles antennes-relais jusqu'à ce que l'on discute des conclusions de l'AFSSET qui doivent être rendues publiques en septembre.


    Ci dessous la dépêche AFP qui donne cette information.

     

     

     

    Radiofréquences: le Grenelle des ondes démarre prudemment (AFP

    Il y a 20 heures


    PARIS (AFP) — Le "Grenelle des ondes" a démarré prudemment jeudi, avec l'ambition affichée du gouvernement de réduire la confrontation entre opérateurs de téléphonie mobile et écologistes, qui ont prévenu qu'ils attendaient des "décisions" au-delà du simple dialogue.

    D'entrée, la secrétaire d'Etat à l'Ecologie Chantal Jouanno a semblé faire une concession aux écologistes, en évoquant devant la presse leur requête d'un moratoire sur l'implantation de nouvelles antennes pendant quelques mois.

    Cette table ronde "radiofréquences, santé et environnement", tenue au ministère de la Santé, veut essayer de répondre aux inquiétudes grandissantes dans la population sur l'impact des ondes sur la santé.

    Ont été conviés une cinquantaine d'acteurs concernés par le sujet -représentants de l'Etat, associations, élus, syndicats, opérateurs...

    Jean-Marie Danjou, délégué général de l'Association française des opérateurs mobiles (Afom), a souhaité que l'on sorte des "confrontations stériles" et des "dialogues de sourds".

    "Des acteurs commencent à se parler, il faut encore qu'il s'écoutent et s'entendent", a noté Stephen Kerckhove, délégué général de l'association Agir pour l'environnement, qui "veut des décisions". "Un simple guide des bonnes pratiques ou une charte, ça ne suffira pas", prévient-il.

    Les représentants du gouvernement se sont dits prêts à prendre le temps qu'il faudra, alors que le processus doit en principe durer jusqu'à fin mai, avec trois séances de travail et une réunion plénière de synthèse. "S'il faut plus de temps, nous prendrons plus de temps", a assuré Roselyne Bachelot, ministre de la Santé.

    Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d'Etat à l'Economie numérique, a reconnu que "personne n'est satisfait de la situation actuelle", et que la réglementation "a besoin d'être remise à jour".

    Pour les responsables gouvernementaux, il est clair cependant que les risques sanitaires sont plus du côté des téléphones portables que des antennes. "Les portables sont notre priorité numéro 1", a dit Chantal Jouanno. "On sera aussi ferme sur les antennes que sur les portables", a rétorqué Janine le Calvez, présidente de l'association Priartem.

    Pour cette première journée, les choses n'ont guère avancé. "On a débattu de la forme que pourrait prendre le débat, on en est aux balbutiements", a relevé Stephen Kerckhove, pour qui "il faut de la réglementation".

    M. Danjou a rappelé que les opérateurs doivent couvrir l'ensemble du territoire et se voient obligés par la justice de démonter des antennes. "Nous ne pouvons être à la fois dans l'obligation d'installer les antennes-relais et de les démonter", a-t-il noté, demandant un cadre juridique "stable et clair".

    "Cette table ronde doit mettre un terme à l'instabilité juridique" et "concilier protection de l'environnement et développement économique", a renchéri France nature environnement (FNE).

    Mme Jouanno a évoqué "la possibilité de suspendre l'implantation de nouvelles antennes" en attendant une étude sur le sujet que doit rendre en septembre l'Afsset (Agence de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail), comme le demandait FNE.


    Un moratoire qui cependant nécessiterait un "arbitrage interministériel", a-t-elle reconnu.

    Elle s'est déclarée favorable à la non-utilisation du portable par les enfants jusqu'à leur entrée au collège.

    La première réunion de travail, sur les antennes, se tiendra le 6 mai, soit beaucoup trop tôt pour les associations, qui réclament la présence d'experts scientifiques et l'organisation d'un débat entre eux.

    Lien permanent Pin it! Imprimer 1 commentaire