Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Déchets plastiques : le Parlement européen se prononce sur la proposition de directive "déchets plastiques à usage unique"

Ce mercredi 24 octobre, les eurodéputés se sont prononcés sur la proposition de directive relative à la réduction de l’incidence sur l’environnement de certains produits plastiques, présentée par la Commission le 28 mai 2018.

Le communiqué de presse du Parlement peut être consulté ici. Le texte de la proposition de directive peut être consulté ici.

Objectifs 

Cette proposition de directive tend à réduire l'utilisation de dix catégories de produits plastiques à usage unique dont les lingettes, ballons, récipients alimentaires ou pour boissons etc. ainsi que des engins de pêche qui représentent ensemble environ 70 % de ces déchets marins.

Parmi les sept mesures proposées par la Commission, l’interdiction des coton-tige, de la vaisselle en plastique, des mélangeurs de boissons, des pailles et des tiges pour ballons est la plus remarquable. Le Parlement européen a confirmé cette interdiction. Dans le détail, ces 7 mesures sont les suivantes : réduction de la consommation, restriction d’accès au marché, exigence en matière de conception des produits, exigences en matière de marquage, responsabilité élargie des producteurs, objectif de collecte sélective, mesures de sensibilisation.

Analyse des amendements du Parlement

Le Parlement européen a proposé pas moins de 90 amendements à la proposition originale. Sans revenir sur les avancées de la Commission européenne en matière de réduction des produits plastiques, le Parlement a toutefois ajouté des dispositions relatives à l’utilité du plastique :

« Le plastique joue un rôle utile dans l’économie et fournit des applications essentielles dans de nombreux secteurs. Les matières plastiques sont notamment utilisées dans les emballages (40 %) et dans le secteur du bâtiment et de la construction (20 %).

Il y a également une utilisation importante du plastique dans les secteurs de l’automobile, des équipements électriques et électroniques, de l’alimentaire et de l’agriculture. » (considérant 1 bis)

Ensuite, les députés ont renforcé le dispositif d’interdiction de certains produits plastique à usage unique en ajoutant les emballages de fast-food en polystyrène ou les produits oxo-dégradables. Dans les considérants (5 ter), ils proposent également d’étendre la limitation des matières plastiques dans la fabrication des textiles.

S’agissant de la réduction de la consommation de certains produits comme les récipients alimentaires et les gobelets pour boissons, alors que la Commission prévoyait une « réduction significative », le Parlement fixe un objectif chiffré de 25% au plus tard en 2025.

Les dispositions relatives à la responsabilité élargie du producteur sont renforcées s’agissant des filtres de cigarettes. Il est notamment précisé que les États membres veillent à ce que les producteurs de filtres de produits du tabac contenant du plastique couvrent les coûts de la collecte des déchets de ces produits, de leur transport et de leur traitement, y compris les coûts de nettoyage des déchets et les coûts des mesures de sensibilisation visées à l’article 10.

Pour les engins de pêche, les parlementaires ont ajouté un objectif de collecte chiffré de 50 % d’ici 2025.

Prochaines étapes

La proposition de directive telle qu’amendée par les députés a été approuvée à une large majorité de 571 voix pour, 53 voix contre et 34 abstentions. L’interdiction de certains produits en plastique semble actée.

Désormais, il appartient au Conseil de l’Union européenne, qui regroupe les représentants des Etats membres, de se prononcer.

Emilie Bertaina

Avocate - Cabinet Gossement Avocats

Lien permanent Pin it! Imprimer 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.