Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

De l'intérêt d'un blog juridique

daumier avocats.jpgJe suis régulièrement destinataire de questions ou d'étonnements relatifs à l'intérêt de ce blog, ouvert en 2006. L'occasion d'y répondre sous forme d'un bilan d'étape sur un moyen de communication de plus en plus important pour les juristes. 

J'ai ouvert ce blog, en 2006, dans le seul but de prolonger sur internet une passion de l'écriture, de la communication et du droit de l'environnement. Alors que j'étais responsable d'une ONG de défense de l'environnement, ce blog a, dans un premier temps été l'occasion de partager plus largement des analyses sur l'actualité verte. Rapidement, je me suis rendu compte que les articles les plus lus étaient ceux consacrés à mon activité professionnelle d'avocat spécialisé en droit public et de l'environnement. 

Aujourd'hui, l'objet de ce blog est devenu plus précis et me permet de tenir la chronique de l'évolution du droit de l'environnement et de toutes les matières connexes : énergie, climat, urbanisme... Il oscille entre les places 4 et 10 du classement des blogs influents selon Wikio. En semaine, entre 1000 et 2500 visiteurs uniques le consultent en moyenne chaque jour ce qui est, je pense, honorable pour un blog juridique qui, par définition, ne peut concurrencer des sites consacrés à des sujets plus "grand public" comme la mode et la musique. Toutefois, ces chiffres n'ont en réalité qu'une valeur trés relative. Parmi ces visiteurs uniques certains resteront quelques secondes et ne reviendront jamais. D'autres s'attarderont et s'abonneront à la newsletter, diffusée en fonction de l'actualité. En réalité, c'est davantage la qualité de l'audience d'un blog qui devrait être évaluée, ce qui demeure cependant délicat. Celle-ci est mesurable au regard, par exemple, des commentaires, des courriers reçus ou des citations sur d'autres sites ou dans la presse.

S'agissant des commentaires, force est de constater que ceux-ci sont souvent peu nombreux sur un blog juridique à l'exception notable de ceux qui sont rédigés sous les articles de Maître Eolas. Je reçois à l'inverse de nombreux messages adressés via la fonction "me contacter" située en haut à droite. Paradoxalement, les commentaires sont bien plus nombreux sur facebook lorsque j'y publie un lien menant vers un article édité ici. En réalité, je reçois de nombreux commentaires...oraux. C'est ainsi qu'il m'arrive fréquemment, à l'occasion d'une conférence ou d'un déplacement, de rencontrer des personnes qui connaissaient déjà mon blog, ce qui est généralement, très agréable et permet d'engager la conversation ou le débat. 

Parmi les questions, certaines reviennent souvent. Je vais tenter d'y répondre de la manière la plus précise possible. 

Comment trouver le temps d'écrire ? Il est exact que mon emploi du temps est assez chargé. Il est également exact que l'actualisation d'un blog prend du temps et parfois beaucoup de temps, pris sur les soirées et les fins de semaine. Il est un fait que nous sommes nombreux à constater l'accélation contemporaine du temps et le rétrécissement de nos journées, voir de nos nuits. Me concernant, entre mon activité d'avocat associé, mes enseignements à la faculté de droit et à sciences po et ma vie personnelle, les heures ou les minutes disponibles se font rares. Reste que j'écris ici sur ce qui constitue aussi l'objet de mes dossiers et de mes cours : le droit de l'environnement. Il me serait sans doute plus difficile d'écrire sur un sujet tout autre. Par ailleurs, mes notes ne sont pas toujours trés longues et n'ont parfois d'autre but que de créer une alerte sur tel texte ou jurisprudence qui a été publié.

L'édition de ce blog me fait également...gagner du temps. Elle me "contraint" en effet à me tenir informé de l'actualité du droit de l'environnement et me permet souvent de bénéficier des réactions et contre-analyses d'autres juristes, responsables d'administrations, d'entreprises ou de clients qui partagent ou non l'orientation de mes notes. De cette manière, le blog devient en retour une source d'information pour son auteur lui-même, ce qui est souvent précieux et trés intéressant. Autre élément à prendre en compte : le blog offre un espace d'édition immédiat. Il n'est plus nécessaire d'attendre des mois et de respecter certains carcans pour qu'une revue accepte de publier un texte. Le blog permet de s'exprimer tout de suite et sans faire concurrence auxdites revues qui seront choisies pour la publication d'analyses plus en retrait de l'actualité.

Comment susciter l'intérêt des lecteurs (lectrices) ? Je ne prétends bien entendu pas que les notes publiées ici retiennent toutes l'attention des lecteurs et lectrices. Avec le recul, il me semble cependant possible d'identifier quelques clés pour susciter l'intérêt du plus grand nombre.

Tout d'abord, comme pour tout blog, un blog juridique doit être personnalisé et ne pas se réduire à une veille des textes : il convient ici aussi d'exprimer un avis et non pas simplement de créer une source supplémentaire d'information dans la foule des données qui se déverse à chaque seconde sur la toile. Telle est la raison pour laquelle, les blogs impersonnels tenus par des auteurs qui ne peuvent être identifiés mais qui sont retranchés derrière la marque d'une entreprise ou d'un cabinet ont généralement peu de succès et peu d'intérêt. Ces blogs expriment trop rarement un avis ou une analyse mais se contentent de relayer des informations souvent disponibles ailleurs.

Autre clé : l'actualité. A la différence des revues juridiques éditées sur papier, le blog juridique permet de réagir presque instantanément à une actualité. En ce sens, le blog est complémentaire de la revue qui offre un espace de réflexion et de prise de recul par rapport au fil de l'actualité. Insistons : il n'y a pas d'opposition entre ces deux sources d'information mais, à mon sens, un précieux complément. 

Quel est l'intérêt d'un blog pour un avocat ? L'intérêt pour un avocat de tenir un blog est multiple et certains exemples ont déjà été donnés : se tenir informé, partager des données (avec ses confrères, ses étudiants..), recevoir des informations... Le blog permet aussi défendre une cause. On peut être l'avocat de ses clients et être engagé pour une cause, la mienne étant bien entendu relative à l'environnement et au développement soutenable.

Du point de vue de la clientèle, le blog apporte également beaucoup. Ainsi, il permet de diffuser une analyse, trés rapidement, à tous les clients du cabinet et bien au delà. De cette manière, le blog est un outil d'échange même si celui-ci demeure collectif et ne saurait en cas dériver vers la consultation en ligne, hors les règles déontologiques qui s'appliquent à la pratique du conseil juridique. 

Le blog permet également de communiquer en s'écartant de la publicité. Produire du contenu - analyse ou information - est bien plus utile et agréable que de payer pour diffuser des messages d'autopromotion, creux et vite oubliés. Les publirédactionnels que l'on trouve dans certaines revues, rédigés par le cabinet lui-même sur lui-même sont souvent affligeants et se ressemblent. Pour le client, il est certainement plus intéressant de lire les analyses d'un avocat sur son blog pour effectuer son choix plutôt que de se fier à la seule signature d'une publicité. En clair, le blog n'est certainement pas suffisant mais peut contribuer, parmi d'autres instruments, au développement d'une clientèle.

Peut-on vivre d'un blog juridique ? La réponse est bien entendu non. Pour un avocat, accepter des bannières publicitaires sur son blog revient à prendre un risque considérable avec sa déontologie professionnelle. Le principe d'indépendance et la prévention des conflits d'intérêts rendent presque impossible la diffusion - a fortiori non contrôlée - d'une publicité pour telle entreprise dont les intérêts seront peut être contraires à ceux de tel client, déjà au cabinet. Il n'y a donc jamais eu et il n'y aura jamais de publicité ou de publirédactionnel sur ce blog. Certes, le blog peut permettre de se faire connaître de nouveaux clients mais, paradoxalement, publier des articles dans ce seul but est le moyen le plus sûr de ne pas y parvenir. Les choses sont donc sensiblement plus complexes. Tant mieux.

Le blog permet-il de se dispenser d'un site web clasique ? Je vous conseille, sur ce point, la lecture de cet excellent article de "Real Lawyers have blogs". En réalité, lorsqu'un avocat seul ou un cabinet de petite taille souhaite communiquer, le blog s'avère sans doute un outil plus adapté que le site web qui s'approche souvent de l'instrument publicitaire. De même, le blog permet de fournir toutes les informations qu'un site web contient : coordonnées, adresse, CV, agenda... L'inverse n'est pas vrai car le suivi de l'actualité et l'interactivité sont plus rares sur un site "statique". En réalité, le site web classique est plus adapté pour une grande structure et c'est davantage l'articulation entre ces deux catégories de publications internet qui est intéressante. 

Voici donc quelques questions et quelques réponses. Je reviendrai sur ce sujet si besoin est.  En attendant, reprenons la chronique du droit de l'environnement.

Lien permanent Pin it! Imprimer 5 commentaires

Commentaires

  • Merci pour ce long billet détaillé, excellente "illustration et défense" du blog juridique.

    J'en rêvais ;-), vous l'avez écrit.

  • Merci pour ce billet, effectivement assez long, malgré votre précision sur la brièveté habituelle de vos posts!
    J'ai particulièrement apprécié votre remarque sur l'intérêt du blog juridique pour se tenir au courant de l'actualité : l'expérience de sinelege aboutit au même constat. Le blog n'est en effet pas comparable à la publication d'un article dans une revue, même si les éditeurs juridiques, par leurs services d'actualité, ont tendant à privilégier les réactions "à chaud", au détriment du temps nécessaire de l'analyse.
    La multiplication des blogs et, au-delà, des sites traitant de l'actualité juridique, présente tout de même, à mon sens, un inconvénient majeur : celui de la perversion de l'image du droit, de plus en plus vu comme une succession de règles et décisions, un condensé JO/Cour de cassation/Conseil d'Etat (voire plus!), au détriment de l'articulation des normes, de leur signification profonde, des raisonnements tenus. Le mouvement ne fait finalement que reprendre l'inflation normative tant dénoncée, mais toujours entretenue. Une décision de portée minime fera ainsi grand bruit sur la toile, alors même qu'elle n'apporterait rien de nouveau, ne serait qu'une illustration d'un contentieux courant, ou d'un raisonnement classique au sujet d'un contentieux nouveau. Le droit est alors vu uniquement au travers d'une dimension contentieuse alors qu'il n'est, heureusement, pas réductible à l'activité des juridictions.
    C'est la raison pour laquelle j'ai personnellement choisi de ne pas faire un énième site d'actualité juridique : il en existe beaucoup et la valeur ajoutée aurait été faible. Comme vous le rappelez, votre site présente l'intérêt d'être guidé par un fil rouge (le droit de l'environnement), ce qui lui évite de partir dans tous les sens (ce qui n'est pas le cas de tous les sites).
    Au final, la vraie question est soulevée en début d'article : comment trouver le temps d'écrire ? Les journées ne font que 24h et les activités ne sont pas uniquement professionnelles. En outre, même si l'intérêt du blog est évident, il n'est qu'indirect, c'est le fruit d'un investissement sur le long terme qui n'est malheureusement pas toujours reconnu à sa juste valeur (dit l'universitaire...).

  • Je vous remercie vivement de vos commentaires et de votre intérêt pour ce billet. Je partage l'idée selon laquelle la multiplication des blogs juridiques peut présenter le risque d'une atteinte à "l'image du droit" (très beau sujet de thèse). Ce risque n'est pas négligeable et le droit serait alors réduit à l'inflation normative et à l'activité contentieuse. En résumé, le droit deviendrait anxiogène. Le sujet est passionnant et mériterait à lui seul un colloque. En tant qu'avocat, je tente modestement de ne pas réduire mes conseils auprès de mes clients à la seule présentation brute de la jurisprudence applicable. Je tente ainsi de revenir aux fondamentaux, aux principes généraux, aux motifs qui ont amené le législateur à prendre telle ou telle option... La mise en perspective, notamment historique, de l'actualité juridique est fondamentale pour mieux comprendre le sens et la portée des textes et des décisions de justice. La responsabilité première de cette mise en perspective revient certainement à la Faculté, à ses enseignants chercheurs et les revues juridiques "papier" auraient bien tort de calquer leur ligne éditoriale sur celle des blogs. En tant que blogueur, je tente également de ne pas consacrer toutes mes notes à l'activité contentieuse même si c'est bien cela qui m'est prioritairement demandé par les lecteurs. Depuis le Grenelle de l'environnement, j'ai souvent disserté sur le mouvement de fond du droit de l'environnement, les débats publics, les prises de position, etc...
    Je ne prétends pas échapper à l'écueil que vous signalez à juste titre, tout au plus en ais je conscience. Je serai cependant ravi de prolonger cet échange sur "internet et l'image du droit".
    Enfin, je remercie Emmanuel Barthe pour son article sur son site http://www.precisement.org/blog/
    Je confirme que pour moi aussi, le blog peut constituer un "carnet de notes" voir une méthode d'archivage d'idées et d'analyses.
    Bien à vous. AG

  • Pour mettre un commentaire, je suis votre blog pour :
    * me tenir informé des principaux textes de loi qui sortent concernant l'environnement
    * avoir vos analyses sur certains textes, communiqués, directions et autres

    Merci à vous pour le temps que vous y consacrez et que vous faites économiser à beaucoup d'entre nous

  • Merci également pour l'ensemble des informations que vous publiez ici. En tant qu'élève-avocat je trouve ici une revue d'actu très intéressante que l'école ne me fournit pas. Un bon moyen de rester à jour sur ce droit passionnant qu'est le droit de l'environnement. Bravo, et surtout, continuez s'il vous plait !

Les commentaires sont fermés.