Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Une décélération du développement des énergies renouvelables ?

Fotolia_statistiques.jpgLors de la séance des questions au Gouvernement qui s'est tenue ce 21 décembre à l'Assemblée nationale, une passe d'armes a eu lieu entre M Bouillon, député de l'opposition et la Ministre de l'écologie, Nathalie Kosciusko-Morizet. Le sujet : le développement des énergies renouvelables en France. 

 Cet échange avait sans doute pour point de départ la publication du Tableau de bord éolien-photovoltaïque au troisième trimestre 2011 publié par Service de l'observation et des statistiques (SOeS) du Commissariat général au développement durable vient de paraître.

Vous pouvez consulter ce tableau ici

Aux termes de ce bilan, le parc éolien s'élève à 6 576 MW au 30 septembre 2011, en hausse de 10 % par rapport à fin 2010. Toutefois, les nouvelles capacités raccordées au cours des trois premiers trimestres 2011 sont en repli de 30 % par rapport à la même période de 2010. La production éolienne s'est accrue de 21 % à 7,8 TWh durant les trois premiers trimestres 2011.

Rappelons que, pour la puissance installée en éolien terrestre, l'objectif est de 19 000 MW d'ici à 2020. 

De son côté, la puissance installée du parc photovoltaïque atteint 2 384 MW raccordés au 30 septembre 2011. Sa puissance a doublé depuis la fin d’année 2010, "grâce notamment à la forte progression des installations de très grande taille".

Rappelons que, pour la puissance installée en solaire photovoltaïque, l'objectif est de 5400 MW, d'ici à 2020.

Comment lire ces chiffres ? Verre à moitié plein : les énergies renouvelables ont fortement progressé en France depuis 2006, à compter d'un point de départ proche de zéro. Verre à moitié vide : les énergies renouvelables progressent beaucoup moins vite depuis 2010 aprés l'euphorie de la période Grenelle de 2007 à 2009.

Côté objectifs, celui relatif à l'éolien - 19 000MW - ne sera pas tenu si la trajectoire actuelle reste la même. Pour le solaire, l'objectif - 5400MW - sera sans doute atteint mais il était bien modeste. Les professionnels sont unanimes pour demander à ce que l'objectif pour le solaire soit calé sur celui de l'éolien, soit environ 20 000 MW. 

Enfin, ces objectifs ne permettent pas d'analyser complètement la situation des énergies renouvelables dans notre pays. Le tableau de bord précité ne parle pas des causes. J'ai toutefois le sentiment que, tant pour le solaire que pour l'éolien, le droit est devenu un frein et n'est plus un moteur. 

L'inutile complexification du dispositif jurique - classement ICPE des éoliennes, appels d'offres pour le solaire - a ralentit la course aux énergies propres dans un contexte mondial d'intense concurrence. 

Autre souci : il conviendrait d'affiner ces chiffres pour savoir si le développement des énergies renouvelables en France s'opère ou non dans un contexte de libéralisation du marché de l'énergie et de libre concurrence entre opérateurs.

Ci-dessous, l'échange entre M Bouillon et Mme Kosciusko-Morizet, ce 21 décembre à l'Assemblée nationale.

_____________

 

Énergies renouvelables

 

M. le président. La parole est à M. Christophe Bouillon, pour le groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche.

M. Christophe Bouillon. Madame la ministre de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement, l’année 2011 s’achève. C’est l’heure des bilans, notamment pour les énergies renouvelables.

Sur ce sujet comme sur beaucoup d’autres, il y a les discours et il y a les actes. Intéressons-nous aux actes, quand on sait ce que valent les discours depuis 2007. Et voyons ce qu’il en est de l’éolien et du photovoltaïque en France.

L’année 2011 aura été celle de la panne de croissance du secteur éolien en France. La puissance installée est passée de 479 mégawatts en 2009 à 1 034 mégawatts en 2010 et à 340 en 2011. À ce rythme-là ce n’est pas une décrue, ce sont les chutes du Niagara. Et les projets d’éoliennes offshore ne gommeront pas cet effet.

Avec vous, la France n’atteindra jamais l’objectif de 25 000 mégawatts de puissance installée en 2020.

M. Alain Gest. N’importe quoi !

M. Christophe Bouillon. L’année 2011 aura aussi été celle de la crise de la filière photovoltaïque. L’entreprise Photowatt, acteur historique du solaire en France, a déposé son bilan.

M. François de Rugy. Eh oui !

M. Christophe Bouillon. Alors que partout dans le monde l’énergie solaire est en pleine expansion, notre pays, en quelques mois, a détruit un tiers des 25 000 emplois que la filière avait créés entre 2007 et 2010.

Souvenez-vous, on nous parlait, il n’y a pas si longtemps, de croissante verte et d’emplois verts. Les chiffres annoncés donnaient même presque le vertige. La réalité, aujourd’hui, c’est que les emplois verts sont passés au rouge. Pire, on n’en verra sans doute jamais la couleur.

Les petites entreprises, non délocalisables, sont les plus touchées. N’ayant pas la possibilité de se reporter sur d’autres activités, elles n’ont d’autre choix que de procéder à des licenciements. Triste nouvelle, dans le contexte actuel d’aggravation du chômage en France.

Alors, à qui la faute, me direz-vous ?

N’allez pas chercher, comme d’habitude, les 35 heures, le Front populaire, Mai 68, ou encore la crise, pour justifier vos échecs. La crise de l’éolien et du photovoltaïque s’explique par l’instabilité réglementaire dont vous avez fait preuve depuis plusieurs années.

Vous êtes atteints du complexe de Pénélope : vous détricotez ce que vous avez fait.

Quand allez-vous, madame la ministre, mettre fin à l’incohérence gouvernementale ? (Applaudissements sur les bancs des groupes SRC et GDR.)

M. le président. La parole est à Mme la ministre de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement.

Mme Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement. Pénélope va vous répondre, monsieur le député. En 2007, il y avait dans notre mix énergétique 9,3 % d’énergies renouvelables. Cette proportion était restée stable depuis la mise en service des derniers grands barrages. Ce taux est aujourd’hui de 13 % et nous sommes sur la voie de l’objectif de 23 % en 2020.

M. François de Rugy. Sûrement pas !

Mme Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre. L’éolien offshore est lancé. François Hollande est allé le saluer hier à Saint-Nazaire, qui sera un des grands sites de l’éolien offshore. Nous en attendons 10 000 emplois. L’appel d’offre a été lancé le 11 juillet dernier. Les entreprises doivent déposer leur projet avant le 11 janvier.

En ce qui concerne le solaire, nous avons triplé la puissance installée entre l’année précédente et l’année 2010-2011, en partant du mois de juin. Nous en étions à 1 700 mégawatts pour la période juin 2010-juin 2011. Que voudriez-vous ? Que nous ne soyons pas préoccupés par les 1,5 milliard d’euros de déficit de la balance commerciale dans le secteur solaire ?

Oui, nous avons rectifié le cadre du soutien au solaire. Mais c’est pour mieux créer des emplois en France, créer une filière industrielle en France et produire les panneaux que nous posons plutôt que de les importer. (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP. –Exclamations sur les bancs du groupe SRC.)

M. Christophe Bouillon. Ce n’est pas vrai !

Mme Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre. Mesdames et messieurs les députés, une politique énergétique solide se fonde d’abord sur une politique industrielle, et c’est ce que nous cherchons à faire dans le secteur des énergies renouvelables : produire en France les équipements que nous installons et que nous finançons. Car tout cela est financé sur la facture d’électricité des Français.

Il s’agit d’une politique poursuivant des objectifs de puissance, des objectifs environnementaux, mais aussi des objectifs en matière d’emploi. Il nous semble parfois, mesdames et messieurs les députés socialistes, que vous les oubliez un peu. (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP.)

Lien permanent Pin it! Imprimer 3 commentaires

Commentaires

  • de l'incohérence de la politique gouvernementale.

  • la filière photovoltaïque est en train de sombrer mais le gouvernement s'en moque totalement. Quant à "la filière française" de qui se moque-t-on? Le principal faiseur, avec la bénédiction des gouvernants, est EDF et/ou ses filiales, qui achètent et posent soit chinois soit First Solar, qui, comme chacun le sait, est une entreprise bien .....américaine. Cela n'empêche pas EDF de faire main basse sur la CSPE.

    Les intérêts sont tels pour quelques uns que la filière française n'a aucun intérêt. Vivement les élections que l'on vire ses incompétents. Mais le problème est de savoir qui aura les "corones" pour changer cela. Car depuis des lustres, nous avons les mêmes qui décident et qui s'arrangent entre eux.

    Reste la révolution pour remettre à plat.

  • "L'éolien offshore est lancé"? Comme en 2005? Belle opération com qu'un appel d'offres! Attendons que les éoliennes sortent de l'eau et que le cadre réglementaire soit (10 ans après les premières discussions) défini. NKM ne sera plus là lorsque les projets prendront l'eau.

Les commentaires sont fermés.