Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le guet-apens de Maître Mô

maître Mo.gifJ'ai acheté hier soir, le livre de Maître Mô : "Au guet-apens : chroniques d'une justice pénale ordinaire". Je l'ai fini le soir même. Une urgence. Pour chacun. Vous aussi : courrez lire ce livre en forme de piège.

Maître Mô est le pseudonyme d'un avocat au barreau de Lille désormais trés connu : Maître Jean-Yves Moyart, auteur d'un excellent blog qui rend compte de la vie, des idées et des dossiers d'un avocat pénaliste. Le livre est composé de plusieurs histoires, tirées d'histoires vraies, dont le fil rouge est l'avocat, soit l'auteur lui-même. Chaque histoire démontre qu'une "chronique de la justice pénale ordinaire" a toujours quelque chose d'extraordinaire et nous interpelle fortement, peu importe que nous puissions nous convaincre que jamais cela nous arrivera. Chaque histoire laissera gravé en vous des prénoms, des parcours, des hasards, des violences inouïes qui se sont toutes passées prés de chez nous.

Soyons clairs, avant d'acheter le livre, j'étais plutôt réservé : qu'apporterait il de plus que le blog de Maître Mô et ne suffit-il pas déjà de lire les excellentes chroniques judiciaires du Canard enchaîné ? Puis j'ai pris le livre, car comme beaucoup d'avocats non pénalistes, j'ai toujours un petit complexe de n'être pas pénaliste, c'est à dire un "vrai avocat" : celui qui visite les détenus, qui plaide pour la liberté des hommes, qui attire aussi les stylos et les caméras à la sortie de l'audience. J'ai finalement saisi le livre sur le présentoir du libraire avec pour première préoccupation de savoir si je m'étais tant éloigné de ce qu'est un "vrai" avocat.

J'ai ouvert le livre et me suis laissé aspirer de la première histoire - celle d'une petite dame en ciré jaune -  à la dernière - celle d'une petite fille héroïque. Dans les dossiers de Maître Mô, mais sans doute aussi dans la vraie vie, ce sont souvent des femmes, petites ou grandes, qui trinquent et boivent la tasse. Tout est écrit, non pas dans le même style, mais à toute vitesse, créant pour le lecteur une forme de tourbillon dont on sort complètement sonné. Toutes les histoires racontées par Maître Mô sont différentes alors qu'elles racontent toutes la même chose : l'histoire de l'humanité avec ses misères et ses splendeurs. Ce sont les histoires du client qui pleure tout le temps, de celui qui boit tout le temps, de celle qui ne sait pas, de ces adultes restés souvent enfants, de cet homme condamné à perpétuité à la tristesse, avant même d'avoir été jugé, pour avoir tué au volant une jeune femme roulant en sens inverse. On en veut  souvent à l'auteur de nous asséner autant de douleurs en si peu de temps.

Aucun pathos, de l'humour même dans les moments de désespoir, des réflexions qui bousculent les certitudes bien établies sur notre société qui veut se protéger d'elle-même, par toujours plus de lois mal écrites et toujours plus de sécurité...

....il faut lire ce livre.

Lien permanent Pin it! Imprimer 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.