Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le Biogaz "un géant en sommeil" selon Le Baromètre Observ'er 2010 des énergies renouvelables en France

biogaz, observ'ER, baromètreOn ne parle plus que de lui : le biogaz. alors que le Gouvernement semble appuyer sur la pédale de frein pour l'énergie solaire, il assure vouloir accélérer le développement du biogaz dont les projets de tarifs d'achat pour la méthanisation ont été récemment publiés. Je vous conseille la lecture de l'indispensable baromètre Observ'ER 2010 des énergies renouvelables en France qui qualifie la filière biogaz de "géant en sommeil" dont le décollage pourrait justement avoir lieu cette année.

Vous pouvez télécharger le baromètre Observ'ER des énergies renouvelables en France ici.

Ce document passionnant qui détaille le développement de chaque filière des énergies renouvelables précise que la puissance installée en biogaz était de 164, 8MW au mois de juin 2010. 87MW sont en attente de raccordement. Espérons simplement que le Gouvernement n'alternera pas les coups de frein et les coups d'accélérateurs comme avec la filière solaire.

Je prépare actuellement une conférence consacrée au cadre juridique biomasse-biogaz dont j'aurai l'occasion de vous reparler prochainement : régime d'enregistrement et d'autorisation ICPE des installations, tarifs d'achat, appels d'offre, TGAP, contrats, ... 

Lien permanent Pin it! Imprimer 6 commentaires

Commentaires

  • FYI : cet évènement a eu lieu en 2010. D'où l'importance de prendre en considération le biogaz. Sérieusement.

    ________________________

    Le biométhane-carburant, une énergie renouvelable en plein essor

    Recyclage des déchets organiques, production de carburant renouvelable, valorisation d'amendements pour l'agriculture : le biométhane-carburant augmente la pertinence énergétique et environnementale de la méthanisation de déchets. Après un premier pilote en France au milieu des années 1990, la filière a essaimé avec plus de 80 équipements aujourd'hui en exploitation en Europe. Les avancées récentes en France (équipements ouverts, nouvelle réglementation à venir...) ouvrent de nouvelles perspectives.

    La Conférence à Lille des 16 et 17 septembre, un moment fort d'échanges...

    La Conférence nationale sur le biométhane-carburant, organisée par Lille Métropole Communauté urbaine, constituera un moment privilégié pour mettre au jour les connaissances et les expériences les plus innovantes dans le domaine. Elle sera aussi, pour les acteurs de la filière, un moment priviligié pour se rencontrer et nouer des échanges propices au développement du biométhane- carburant.

    ... et de diffusion des connaissances, avec les résultats du projet européen Biogasmax

    Cet évènement clôturera le projet européen Biogasmax et ses quatre années d'expérimentations, de travaux et de recherches menés sur six sites de démonstration. Coordonné par Lille Métropole Communauté urbaine, cet ambitieux programme a permis de montrer la pertinence environnementale, technique et économique de la filière du biométhane-carburant.

    Source : http://www.actu-environnement.com/ae/agenda/manif/conference_internationale_biomethane_carburant_13333.php4

  • Je vous recommande de voir ce film THE 4TH REVOLUTION - ENERGY AUTONOMY: http://www.youtube.com/watch?v=15S-Pz3s3Rg

  • Merci, très intéressant film qui démontre que l'autonomie serait à porter de main, mais que cela peut faire basculer des mastodontes industriels qui ont intérêt à freiner des 4 fers.
    A quand une vraie et forte gouvernance mondiale pour imposer en urgence d'autres modèles grâce à une rélle coordination...

  • Bonjour Monsieur,
    Dans votre future conférence, aborderez-vous la question ,ô combien primordiale, des "troubles de voisinage"?
    A lire et à méditer, ci-dessous.

    LES "DANGERS" DE L'ENERGIE VERTE (la méthanisation agricole) :


    "Après le Salon de l'agriculture, Grenelle II de l'environnement, énergies vertes, chasse au gaz à effet de serre...seraient-ils à nouveau d'actualité?

    En tous cas....imaginez 3 cuves de 21 mètres de diamètre et 6 mètres de haut, sous vos yeux, chaque matin, en ouvrant vos fenêtres?

    C'est le "spectacle"qui "attend" les habitants du quartier de la "rue des huiliers" à Boulay (à 25 km de Metz), où j'habite.
    En effet, la construction d'une usine de biométhanisation est prévue à quelques dizaines de mètres des habitations.
    Ce projet (privé), certes séduisant par ses facettes écologiques, est totalement inacceptable quant au lieu d'implantation envisagé : à quelques dizaines de mètres du quartier (une centaine d'habitants) et à proximité d'une cité scolaire (1600 élèves).
    Cette usine sera synonyme de pollutions et nuisances visuelles (les paysages de la Vallée de la Nied , en zone Natura 2000, "détruits" à jamais), sonores (le ballet des tracteurs "livrant" fumier et lisiers, venus des villages environnants), olfactives (odeurs d'"oeufs pourris" en plus du fumier et du lisier); sans oublier les risques biologiques, sanitaires et accidentels (les nombreux rapports d'INERIS sur ce sujet sont à lire).
    Certes, la méthanisation apporterait une réponse énergétique et écologique à la question du traitement et de la valorisation des déchets agricoles.
    Une dizaine d'agriculteurs du secteur de Boulay vont donc "fournir" fumier, lisiers et maïs (20000t/an, pour commencer).
    Du biogaz est obtenu à partir de la fermentation de ces matières d'origine végétale et animale. Ensuite, ce biogaz, composé essentiellement de méthane, alimentera une turbine qui produira de l'énergie sous forme d'électricité et de chaleur.
    Cette électricité sera vendue à EDF au tarif de 0,14€ le KW(les tarifs vont augmenter dans un avenir très proche; c'est N.Sarkozy qui l'a annoncé le 18/1 en Alsace). Quant à l'eau chaude, la communauté de communes du Pays boulageois s'en porterait acquéreur pour chauffer piscine, écoles et halte-garderie.
    Ce modèle de développement industriel de l'agriculture se fera en partie aux frais des contribuables (de nombreuses subventions : Ademe, Europe/Feder, Région, Département, Etat)!
    La démarche des porteurs du projet, certes écologique, est essentiellement économique et source de revenus.
    Mais, la rentabilité doit-elle passer avant la qualité de vie des riverains et la préservation de l'environnement?
    Les risques biologiques, sanitaires et accidentels ne doivent surtout pas être occultés: une usine de ce type a "implosé" en Allemagne en 2007 à Daugendorf en Allemagne.

    Aussi, les "futurs" riverains de la "rue des huiliers" et les habitants de Boulay se mobilisent-ils :

    * une association (l'ADPN - Association de Défense du Pays de Nied -) dont l'A.G a eu lieu le 28/1;
    * un blog (http://nonalusine-boulay.over-blog.com) et bientôt un site;
    * une pétition;
    * une bonne couverture médiatique (presse écrite, télévision, radio).

    La relation entre agriculteurs et défenseurs de l'environnement n'est toujours pas toujours aisée; et, tout n'est pas "rose" avec l'énergie verte!"

    D'avance merci
    Cordialement
    @+
    Le président de l'ADPN : Jean-Marie Mathé

  • Monsieur Mathe, on se retrouve.
    Cher monsieur, en tant qu’homme de lettre, si ce n’est déjà fait, je vous conseille de lire le dernier livre de Michel Houellebecq, la carte et le territoire. L’auteur y décrit parfaitement cette campagne idyllique qui sera la nôtre dans quelques années, cette campagne figée, cet écomusée grandeur nature pour urbains retraités et riches touristes étrangers en quête de « terroir » et d’ « authentique ».
    Faussement authentique bien sûr, car la campagne sera vidée de sa substance originale, produire la nourriture de nos enfants, pour tirer son principal revenu du tourisme vert. Plus d’agriculteurs, mais des jardiniers.
    Dans votre combat, Monsieur Mathé, ne vous déplaise, rien d’original hélas. C’est un symptôme typique du syndrome NIMBY, comprenons « Pas dans mon jardin ». Syndrome caractéristique de notre société, où chacun veut tirer les avantages d’une vie douce et paisible sans en subir les inconvénients. On aurait pu l’appeler le syndrome de l’éolienne, ou de l’aéroport, car chacun soutient les énergies renouvelables avec force, mais personne n’en veut près de chez soi, tout comme chacun souhaite avoir la possibilité de partir en vacances au soleil, sans subir les nuisances sonores des avions.
    Ah l’électricité pas chère. Tout le monde en rêve. Subir le danger de l’énergie nucléaire ? Non, qu’on enfouisse les déchets ailleurs !

    Voilà je crois, quelques autres éléments symptomatiques du phénomène Nimby.

    En outre, lorsqu’on lit votre commentaire, on a l’impression que vous êtes presque un défenseur du projet. Vous soulignez tous ses avantages, qu’ils soient économiques, sociaux ou écologiques, et le seul argument d’opposition que vous soulevez, c’est précisément et uniquement le fait que vous n’en voulez pas à cinq cent mètres de votre jardin.

    A force de copier-coller votre message à tout bout de champ, on remarque que vous restez campé sur vos positions sans en changer une ligne, sansvous informer de l'évolution de la filière.

  • @ mr Mathé,

    Tout le monde veut des energies vertes, tout le monde est un peu écolo, à partir du moment que ça ne se passe pas en bas de chez soit.
    On veut plus de nucléaire, d'accord, on propose des éoliennes ça va pas ça detruit le paysage, on propose du photovoltaïque ça va pas ça coute cher et ça détruit également le paysage et là on refait encore la même chose pour la méthanisation,
    alors moi ma question est à quand la possibilité de monter des projets sans être embêter???

Les commentaires sont fermés.