Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Conseil européen de l'énergie : au revoir les énergies renouvelables, bonjour les "technologies décarbonées sûres et durables"?

nucléaire,conseil européen,énergieC'est une véritable offensive des défenseurs de l'énergie nucléaire qui est actuellement en cours et la France y contribue activement. Le but : amalgamer les énergies renouvelables et nucléaire pour ne plus les opposer, créer une catagorie juridique commune à toutes ces énergies en prétendant qu'elles présentent un point commun, à savoir qu'elles seraient tout autant décarbonées.

Alors que la publicité AREVA tente de nous convaincre que le nucléaire serait, au même titre que les énergies éolienne et solaire, une "énergie avec moins de CO2", l'Etat français défend à Bruxelles l'idée qu'il conviendrait de ne plus distinguer les énergies nucléaire et renouvelables.

Cette stratégie vient d'être en partie couronnée de succès. Pour le vérifier, il convient de lire les conclusions du Conseil européen de l'énergie qui s'est tenu aujourd'hui. Rappelons que le Conseil européen de l'énergie est l'une des plus importantes instances de décision de l'Union européenne.

Or, aux termes de ces conclusions précisent que, la poursuite des objectifs de la politique énergétique de l'Europe, et notamment ceux relatifs à la lutte contre le changement climatique, supposer le recours, à l'efficacité énergétique, aux énergies renvouvelables mais aussi aux "low carbon technologies" au nombre desquelles figure le nucléaire.

Ainsi, on peut lire :

"10. The EU and its Member States will promote investment in renewables and safe and sustainable low carbon technologies"

Mais aussi :

"12. The EU should take initiatives in line with the Treaties in the relevant international fora and develop mutually beneficial energy partnerships with key players and around strategie corridors, covering a wide range of issues, including regulatory approaches, on all subjects of common interest, such as energy security, safe and sustainable low carbon technologies, energy efficiency, investment environment maintaining and promoting the highest standards for nuclear safety"

Conclusion :

"15. The European Councillooked forward to the elaboration of a low carbon 2050 strategy providing the framework for the longer terrn action in the energy and other related sectors "

Ainsi, au moyen du vocabulaire, petit à petit, en faisant évoluer les concepts juridiques, l'énergie nucléaire est en train de s'insérer parmi les énergies renouvelables en créant - en droit - une nouvelle catégorie : les énergies/technologies décarbonées.

Grâce à cette conception carbo centriste de l'énergie qui passe sous silence les impacts environnementaux liés à l'extraction de l'uranium, à la pointe ou au stockage des déchets radioactifs, le nucléaire progresse, dans les consciences et dans les textes.

Pour se consoler, on se reportera à la présentation (page 11) réalisée lors de ce Conseil européen par le Président de la Commission européenne, lequel a souhaité un cadre juridique stable pour assurer le développement des énergies renouvelables.

Il est exact que ce qui distingue tout à fait les énergies nucléaire et renouvelable tient aussi au fait que la première bénéficie depuis 1963 d'un cadre juridique remarquablement stable, ce qui n'est pas le cas des secondes.

Je vous conseille la lecture de l'article consacré à ce sujet par EURACTIV

Vous pouvez télécharger la présentation realisée par le Président de la Commission européenne ici

Vous pouvez télécharger les conclusions du Conseil européen de l'énergie du 4 février 2011 ici.

Lien permanent Pin it! Imprimer 9 commentaires

Commentaires

  • Merci pour le feedback !

  • Je partage ton analyse Arnaud, à défaut du pire on a quelque chose de mauvais qui se profile concernant le nucléaire. La vraie mauvaise nouvelle, c'est l'ajout au dernier moment d'une référence aux gaz de schiste et au besoin d'évaluer leur potentiel.

    Voir aussi le CP de Michèle RIVASI au sujet de ce Conseil: http://www.michele-rivasi.eu/medias/sommet-europeen-sur-linnovation-et-lenergie-le-conseil-de-lue-continue-a-se-tromper-de-cibles/

    On va avoir du boulot à Bruxelles!

  • Merci Maître pour ces infos de plus en plus dépitantes et inquitantes pour l'avenir de notre planète.
    Les défenseurs du Nuclèaire Français sont vraiment très puissants!
    Je pensais qu'ils se contentaient de saborder les enr en France uniquement. Je ne pensais pas un seul instant que leur discours falacieux de " propreté de l'énergie nuclèaire" puisse rencontrer un écho favorable hors de nos frontières.
    Je me suis malheureusement trompée.
    Mon seul espoir repose sur les Ecologistes Allemands et Greenpeace. Ils ne vont comme pas laisser dire que le nuclèaire est une énergie propre !

    Personnelement je préfère respirer un peu de carbone que me trouver assise sur un stock d'uranim !

    Leur mépris du vivant au bénéfice du FRIC est insuportable.

    Encore merci, Maître, pour votre forte implication dans l'environnement

  • BRAVO!
    Vive la France, vive L'UE, vive le décarboné! (c'est un peu ce qu'est l'aspartame au coca)

  • Alors que la fronde contre les gaz de schiste ne cesse d’enfler en France, Michèle RIVASI trouve inquiétante les orientations que l’UE souhaite prendre : « En demandant l’évaluation du potentiel des énergies fossiles non conventionnelles, le Conseil de l’UE vient d’admettre le souhait de développer une stratégie insoutenable. Le gaz de schiste ne changera en rien la donne énergétique puisque leur potentiel est évalué à 3-5 % de la totalité des importations de gaz de l’UE à l’horizon 2020. Développer leur potentiel c’est s’orienter vers des investissements coûteux, inutiles et dangereux pour les pays européens. Les énergies fossiles ne sont en aucun cas innovantes et entrent en contradiction avec les objectifs climatiques de l’UE ».

  • Que les politiques et les technocrates soient à la solde des lobbys industriels et en particulier nucléaire ne fait pas l'ombre d'un doute depuis toujours. Le glissement sémantique n'est que l'expression de l'intention de départ... Je l'ai écrit ailleurs : il n'y a pas de volonté écologique, il n'y en a jamais eu. Tout ce qui intéresse les décideurs c'est de construire une socié technologique profitable aux dividendes ; dans ce domaine comme ailleurs.
    Bonne soirée, je relaie sur FB

  • Pierre après pierre... Ils ont tout leur temps pour enfermer la France dans le tout nucléaire.
    1- on créé un contexte règlementaire pour les EnR digne de la pire époque des soviets, au point que même les spècialistes s'y perdent, et donc propre à ralentir leur développement et à générer des surcoûts qui les empècheront avant longtemps de concurrencer le prix du kwh nuk
    2- on lance une campagne de désinformation dès qu'on s'apperçois que les prix de production EnR baissent. On a pris le soin de camoufler au préalable les risques de bulle et on a tenu les politiques dans le brouillard assez longtemps.
    3- on panique la filière EnR pour accentuer le phénomène anxiogène.
    4- on fait pratiquer la grève du zèle à ses entreprises histoire de paralyser la filière.
    5- on fait prendre le contrôle du nucléaire par des proches et fidèles ; on restructure et on dégage les électrons libres.
    6- on essaye de mutualiser la problèmatique énergétique au plan européen en demandant des échanges de production spécifiques aux particularités de chacun.. Biomasse en Allemagne, Eolien au Nord, solaire au Sud... Et au centre ? France, Tchecoslovaquie, etc
    7- on fait passer le nucléaire pour une énergie propre décarbonnée et donc comptabilisable au titre des objectifs de réduction de Co2
    8- on enferme les écolos dans une règlentation européenne et on fait perdre assez de temps pour qu'on soit largué sur les technologies et les capacités de production EnR nationales.

    Il n'y a pas de complot, juste une stratégie industrielle très pointue et très efficace.
    Ce n'est d'ailleurs pas quand la société a le ventre plein propre à permettre des efforts qu'on peut manipuler...

    Bien à vous

  • @Arnaud Gossement

    Maître,

    EDF-En continue à faire preuve de créativité pour obtenir à tout prix une attribution de marché public.
    Ceci concerne une grande base de l'OTAN (244ha - Conseil Général d'Eure et Loir).

    http://www.intensite.net/2009/crucey-villages-parc-solaire-promesse-de-recettes-fiscales-pour-le-d%C3%A9partement

    EDF-En a eu l'AO car ils étaient les seuls à garantir le tarif d'achat 2010 !!!!

    Donc EDF-En a inscrit le projet dans la file d'attente RTE avant d'avoir le PC et le terrain !!!!


    Ne faudrait-il pas renouveler la procédure de Nîmes pour rétablir une concurrence loyale ?

  • A propos du caractère "décarboné" de l'électro-nucléaire, voici ce qu'en dit le groupe Nuclear Information and Ressource Service:

    « Compte tenu de la consommation d'énergie élevée de l'ensemble du cycle nucléaire, de la mine à l'usinage, de l'enrichissement à la fabrication du combustible, de son stockage à sa mise en décharge, parler d'industrie non émettrice de CO2 est proprement ridicule. »

    (Le document complet sur Rue89 avant-hier: http://www.rue89.com/american-ecolo/2011/02/01/obama-relance-la-polemiqu...)

Les commentaires sont fermés.