Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

AFP : Avis de tempête sur la filière photovoltaïque française

panneau solaire.jpgL'Agence France Presse a bien voulu reprendre mon analyse à la suite de la diffusion du projet de décret sur la suspension de l'obligation d'achat. Voici la dépêche AFP diffusée ce vendredi 3 décembre.

 

Avis de tempête sur la filière photovoltaïque française

PARIS — L'annonce par le gouvernement d'une suspension de 4 mois des aides à l'énergie solaire a retenti comme un coup de tonnerre chez les industriels du photovoltaïque qui ont dénoncé vendredi l'absence de visibilité pour investir, après trois changements de normes en moins d'un an.

"Une activité mise entre parenthèse pendant 4 mois, c'est insupportable!", s'énerve André Antolini, président du syndicat des énergies renouvelables (SER). "Dites à l'industrie automobile de ne plus vendre de voitures pendant 4 mois..."

"C'est scélérat, en plus d'être absurde", s'emporte de son côté Arnaud Mine, président du groupement des professionnels du solaire photovoltaïque (SOLER).

Les fabricants et installateurs de panneaux solaires sont vent debout contre un projet de décret qui risque de mettre en péril une activité en plein décollage.

"Cinq industriels ont annulé en catastrophe ce (vendredi) matin des projets d'augmentation de leur production", affirme Yann Maus, président de l'association de l'Industrie photovoltaïque française (IPF).

A l'issue d'une réunion avec sept ministres jeudi, le chef du gouvernement François Fillon a décidé d'un moratoire sur les nouveaux projets de panneaux solaires, à l'exclusion de ceux des particuliers.

Dès la parution du décret, les initiateurs de projets de centrales photovoltaïques ne pourront plus se faire racheter leur électricité par EDF. Et au bout de quatre mois, ils devront déposer une nouvelle demande de rachat, à un tarif et dans des conditions encore inconnues.

Le gouvernement entend dans ce laps de temps mener une concertation pour remettre à plat l'ensemble du dispositif de soutien public à l'énergie solaire, qu'il juge trop coûteux.

"C'est un coup d'arrêt du développement du solaire qui a été décidé et les conditions de son redémarrage sont à ce jour assez imprécises", estime l'avocat spécialisé en droit de l'environnement Arnaud Gossement sur son blog.

Ce "coup d'arrêt" intervient après plusieurs coups de frein successifs. Le gouvernement a abaissé à deux reprises le tarif de rachat de l'électricité solaire en janvier et en septembre.

Le crédit d'impôt accordé aux ménages pour l'achat de panneaux solaires a été réduit de moitié le 29 septembre. Et deux autres aides fiscales, destinées à soutenir les PME du secteur et le photovoltaïque Outre-Mer, ont été purement et simplement supprimées.

"Le premier critère pour mettre en place une industrie, c'est la stabilité. On ne peut pas changer d'avis tous les trois mois. C'est un gag! Un triste gag!", dénonce Arnaud Mine.

La puissance du parc photovoltaïque a plus que doublé depuis fin 2009 et atteignait 720 mégawatts (MW) au 30 septembre (+137%). Et les projets en file d'attente atteignaient 3.550 MW!

Un emballement de la filière représente un fort enjeu politique car il menace de faire flamber la facture d'électricité. Le rachat de l'électricité photovoltaïque par EDF est en effet financé par les consommateurs d'électricité par le biais de la Contribution au service public de l'électricité (CSPE).

Mais si les industriels reconnaissent la nécessité de baisser les tarifs d'achat, ils réclament plus de prévisibilité pour un secteur qui emploie, selon eux, 25.000 personnes.

Benoît Rolland, directeur général du fabricant de panneaux solaires Tenesol, ne cache pas son inquiétude: "on est passé de 100 million à 300 millions d'euros de chiffre d'affaire en moins de trois ans. Pour la première fois, on va exporter 50% de notre production à l'étranger. Ce qui se passe actuellement est très problématique pour nos 800 collaborateurs français".

Lien permanent Pin it! Imprimer 14 commentaires

Commentaires

  • Ce qui se passe est lamentable, des années de travail à la poubelle,
    un pouvoir politique irresponsable, des abrutis qui font des textes inapplicables ....il suffit de les lire pour comprendre que ces bureaucrates n'ont aucune connaissance métier.

    1/ 80% de la file d'attente appartient à EDF qui en 2 ans a ratissé le marché pour atteindre avec son réseau les objectifs de 2020, n'y a t il pas un député ou ministre capable de le comprendre et le voir?

    2/ Le principe de la rétroactivité du droit est en train de devenir chose commune, cela est grave pour l'ensemble des acteurs de notre société, n'y a t il pas un journaliste digne de ce nom pour s'ne émouvoir et attirer l'attention sur la chose.

    3/ 4 mois sans bosser, sans visibilité c'est la mort de tous les petits acteurs de la filière

    pffff, écoeuré....

  • Bonjour

    Quand est ce que quelqu'un aura enfin le courage de dire qu'il n'y a malgré les beaux discours aucune réelle volonté de développer les ENR en France !!

    Ce n'est pas avec 500 MWc par an que l'on développe une industrie solaire. Pour cela il faut un marché intérieur fort et lisble à long terme ...

    Maitre comme tout le monde vous semblez vous émouvoir des 3 500 MWc en file d'attente.
    Ces 3 500 MWc vont selon moi aboutir au mieux à quelques 1 500 MWc raccordés un jour. L'écremage se fera naturellement par un paquet de projets qui ne trouvevront jamais de financement, qui échoueront a cause de problèmes techniques (résistance des structures) ou administratifs. Il suffit de voir le nombre de projets qui figurent aujourd'hui dans cette liste d'attente et pour lesquels l'état a déjà mis son véto en ayant passé pour consigne aux préfectures d'attaquer systématiquement les permis de construire (parfois avec raison, mais parfois a tord de façon tout a fait condamnable)

    Je sais aussi que "comparaison n'est pas raison". Néanmoins, il est utile de remettre parfois les choses en perspectives (malheureusement je crois que nos dirigeants en sont totalement incapables).
    En Allemagne en 2010, ce seront quelques 10 000 MWc qui auront été raccordés au réseau !!! soit 2 fois plus en 1 an que nos pauvre 5 400 MWc prévu en 14 ans à l'horizon 2020.
    Pourquoi quand je vais faire un tour de l'autre coté du Rhin, je vois a chaque coin de rue des fermes d'élevage avec des unités de méthanisation, des éoliennes en bord d'autoroutes ...pauvre France.

    M. Cohen, vous citiez les députés ... réveillez vous, ils n'ont aucun pouvoir !!
    Lorsque vous attirez leur attention sur un problème, vous recevez en retour un courrier type dans lequel est cité certains passages de communiqué de presse des ministères, communiqués dont vous aviez bien entendu déjà connaissance depuis au moins trois mois !!

    La meilleure illustration en ce moment c'est le PV.
    La commission menée par M. Poignant réalise un travail interressant pour faire croire à la concertation et il y a une semaine pas moins de 7 ministres réunis en séance extraordinaire "tue" la filière. Heureusement que j'étais au courant que cette réunion ne concernait "que" le PV, car si j'avais entendu parler de cette réunion au sommet sans en connaitre le sujet, j'aurai eu peur que nous soyons a deux doigt d'un cataclysme ...

    Pour en revenir à l'Allemagne qui est aujourd'hui prise régulièrement en exemple par nos politiques, il faut que ces derniers comprennent que nous n'y arriverons malheureusement jamais car contrairement à la France, le dynamiseme Allemand repose sur les PME-PMI familliales avec des salariés impliqués, PME-PMI qui sont pour certaines devenues des références et des locomotives mondiales.
    En France, on n'accorde malheureusement de crédit qu'aux grands groupes internationaux dirigés par des Enarques et la base laborieuse ne se sent pas du tout concerné par ce modèle ou les "décisions" politiques sont prises sur la base de rapports "orientés" (vous voyez duquel je parle) par les divers lobbys dominants.

    Pire encore, quand je vois comment ce passe la destruction démagogique du PV dans la presse depuis plus d'un an maintenant avec des journalistes qui se contentent de reprendre les communiqués de presse du gouvernement et les argumentaires de surface parfaitemet populiste sans en vérifier l'exactitude ça fait peur !
    Pas un article digne de ce nom pour dire vraiment pourquoi il faut augmenter l'électricité de 4 %. Pas un article pour dire que ce qui parait être une montagne en France est en fait une goutte d'eau.
    Pas un article pour dire que nous vivons dans un pays sclérosé
    (9 mois pour obtenir une propositon de raccordement de 900 € : c'est juste un exemple)

    Pauvre France et viev l'ENARCHIE

    PS : je sais que ça ne fera pas avancer le débat, mais ça fait du bien

  • Je me permet de rebondir à un article du journal "les echos" sur le bilan de grenelle de l'environnement que je vous invite à lire : http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/020990358281.htm

    "(...)cette étude relativise nettement l'impact macroéconomique positif que devrait générer ce plan d'actions visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre(...)"

    Cette approche explique bien la situation dans laquelle nous nous trouvons.
    Si grenelle de l'environnement doit rimer avec profit, c'est que nous sommes bien loin du compte.

    Cordialement,

  • Bien sur c'est inacceptable !! mais comme d'habitude, on crie fort on proteste dans le blogs et sites web mais on se laisse faire quand même.
    En ce que me concerne, malheureusement 4 salaries (dont 2 apprentis en formation) sont licencies, et eux-mêmes ils comprennent et me demandent de faire quelque chose CONTRE CE GOUVERNEMENT !!
    Je ne sais si je vais tenir 4 mois, en et tout cas, comme on a l'habitude d'avoir la mémoire courte, des aujourd'hui, nous allons créer une association (1901) de VICTIMES D'UN GOUVERNEMENT IRRESPONSABLE, afin de rappeler constamment ces agissements jusqu'à 2012.
    Nous allons perdre de l'argent, mais cette majorité perdra beaucoup beaucoup de votes.

  • J'ai exactement le même problème , nous on est 6 dans l'entreprise, dont 1 jeune en formation dans les énergies renouvelables. Moi même, je travaille dans les ENR depuis 5 ans maintenant. Mais c'est seulement cette année que j'ai décidé de créer ma propre SARL.
    Au début pas de salaire, mais beaucoup d'envie, notre objectif : un travail soigné avec du matériel de qualité Allemande et qui a fait ses preuves. notre carnet de commandes c'est bien rempli et nous avons fonctionné avec le bouche à oreille mais depuis septembre et la chute du crédit d'impôt presque plus de demandes.
    Heureusement , comme on connaissait bien le monde agricole nous avions obtenu plusieurs marché. Le problème c'est que nous n'avons pas reçu de retour de ERDF.
    La réalité est là, je ne tiendrais pas 4 mois sans rien faire, trop de charge. C'est un coup de poignard dans le dos.
    Beaucoup de jeunes en formation sont dans des petites structures, si elles ferment que vont ils devenir ? Et nous ? Le gouvernement a t-il songé à tous le personnel qui risque de pointer au pôle emploi ?
    Hier encore , j'avais envi de baisser les bras mais ce soir j'ai suis "remonté" , je veux agir moi aussi , alors ton idée d'association moi elle me plait. Il ne faut pas se laisser faire sans rien dire.

  • Je suis bien d'accord avec vous, seulement le gouvernement n'est pas seul responsable, il est juste incompétent...
    Vous ne croyez tout de même pas que nos politiques rédigent eux-mêmes les arrêtés ?
    Vous ne pouvez pas croire qu'ils sont omniscients et capables de visualiser les problématiques seuls ??

    Ils sont sous tutelle intellectuelle et dogmatique. Les administrations sont alimentées d'infos biaisées par les grands groupes qui ont leurs entrées au parlement et dans les ministères.

    Tous les politiques sont à mettre dans le même sac, et tant que personne ne pointera les responsabilités, rien ne bougera jamais dans ce panier de crabes.

  • LA PARTIE EST FINIE......

    Messieurs, il est temps d'ouvrir les yeux . LA PARTIE EST FINIE....

    Nous sommes face à un état voyou avec son lot de personnes initiés, actionnaires d'EDF ENR, qui se sont achetés une bonne conscience en manipulant adroitement la filière et son tissus industriel à leurs profits.

    Il est maintenant trop tard, EDF ENR contrôle 80% du marché avec le législateur à son service. Cette contention du marché financée par l'impôt va générer pendant 20 ans des profits colossaux au groupe EDF et ses actionnaires actifs.

    Alors 25 000 ou 30 000 emploi, pour la majorité passionnés par la démarche ENR, vous êtes vraiment convaincu du rapport de force........

    < La raison du plus fort est toujours la meilleure> Jean de La Fontaine

    Pour ma part, écœuré, et après avoir perdu suffisamment d'argent dans mon entreprise, je ré-organise mon activité sur des marchés plus sains, non corrompus par de pseudos aides à la filière, et ne me parlez plus du grenelle.

    Bonne chance à tous en attendant l'échéance présidentiel 2012.

  • Pas de panique !

    Il y a des tas d'EPR à construire dans le monde : 2 en chine, déjà 2 en inde peut-être 7 ?
    Avec tous ces réacteurs, vous pourrez recycler votre personnel.

    Électriquement votre

  • A tous les acteurs de la filière photovoltaïque,

    L’APESI se mobilise après la publication du projet de décret en date du jeudi 2 décembre 2010.
    L’APESI lance une pétition contre le moratoire prévoyant 4 mois de gel de tous les projets en cours, nous vous encourageons à vous mobiliser pour la filière, et nous comptons sur votre soutien :

    http://www.mesopinions.com/Sauvons-la-filiere-photovoltaique--petition-petitions-53451b04e92db296cf0f5b4227516cfe.html

    Pour ce qui veulent une filière photovoltaïque « industrielle » et non au « pôle emploi » !

    Bien à vous

  • Je suis désolé d'entendre vos cris d'orfraie à propos des énergies durables mais il fallait s'y attendre. Quand vous soulevez l'incompétence des gens qui nous dirigent
    vous avez 100 fois raisons mais ce n'est pas dans le sens que vous croyez. I
    Il ne fallait pas lancer de tels programmes sous la pression des Verts en distribuant l'argent des contribuables pour obtenir des résultats aussi incertains. Seul Harry Potter pouvait espérer mettre le soleil en boîte, seul Harry Potter pouvait espérer dompter le vent et le faire souffler au gré des besoins de l' EDF. Ce serait si bien si on pouvait faire fonctionner les éoliennes le soir entre 18 heures et 22 heures, Ce serait si bien s'il y avait autant de soleil à Boulogne sur mer que sur la Côte d'Azur.

    Ils n'ont pas fait exprès de vous gruger et de vous laisser construire des entreprises sur ... du vent et du soleil , car ils ne savent rien ces gens là et quand par hasard ils savent il font n'importe quoi pour des raisons politiques

    Quant au nucléaire, vous êtes à côté de la plaque, les stocks mondiaux actuels de Centrales atteignent à peu de choses près 500 unités et courent allègrement vers le millier à l'horizon 2020 -2025. Vous ne ferez jamais le poids en rendement
    une EPR 1650 Mwatts à 0,90 de rendement fournit quand on le veut ( enfin quand les syndicats EDF le veulent) autant que 3700 éoliennes de 2Mwatts à 0,20 de rendement quand le vent le veut
    Quand au photovoltaique, une Centrale par Région, c'est d'une débilité digne d'une classe de maternelle!!!

    Il faut vous y faire , eux et les journalistes vous ont fichu dans le pétrin et même avec les meilleurs avocats du monde vous n'en sortirez pas.

  • Monsieur ROSSI,

    Vous êtes l'incarnation d'un monde et d'un mode de pensée que vous dénoncez.

    Ce monde est matérialisé par 2 groupes extrémistes qui s'opposent :

    Les conservateurs qui pensent avoir tout développé et qui s'accrochent à la société telle qu'ils l'ont construite par le passé.
    Les extrémistes catastrophistes qui annoncent la fin du monde et qui prônent la destruction totale de l'ancien modèle.

    Seulement voilà tout n'est pas si simple.

    Nous sommes la somme de nos expériences et condamnés à sans cesse nous remettre en cause pour améliorer le modèle.
    Dès qu'une voie s'élève au milieu des intégristes il se fait laminer, et voit même à sa grande surprise ces 2 tendances s'allier... Pour arriver à des solutions incohérentes et des successions d'avancées suivies de reculs.

    Comme souvent la vérité ne plaira à personne et apparaîtra comme grise...

    Appliqué à vos théorèmes ou axiomes, nous voyons, avec un minimum de recul, que vous n'avez pas complètement tord, mais que vous connaissez bien mal les perspectives et les pensées d'autrui (que vous semblez mépriser), et donc d'autant plus que parfois 10000 km vous sépare d'eux.

    La technologie photovoltaïque que vous voulez réduire à une simple boite ; un gadget écolo bobo, va dans le sens de l'histoire que vous le vouliez ou pas.
    Le photovoltaïque que l'on connaissait avant de connaître l'atome a effectivement subi une différence fondamentale : on ne fait pas de BOMBE avec des photons ; même si les semi conducteurs qui en découlent ont pu permettre un certains nombre d'avancées.
    L'atome est monstrueusement plus dangereux ? Certes, mais cela va dans le sens de l'idée première que l'on a rentré dans l'inconscient collectif.

    Ainsi, contrairement à l'atome dont il fallait trouver des débouchés pour financer la dissuasion nucléaire qui, lui, s'exporte plus difficilement, le photovoltaïque n'a vu que peu de moyens affectés à son développement et à la recherche.

    Pourtant, nous tendons dans les 2 cas vers un même dénominateur commun : la fusion !
    La différence fondamentale est que dans un cas on se prend pour "dieu" et on flatte notre égo, quitte à brûler notre propre maison, et dans l'autre on ne fait que profiter de cette puissance mise à disposition généreusement pour la rendre inoffensive et productive sans risque pour nous et les générations suivantes ; le soleil.

    Malgré la toute puissance du nucléaire, qu'on est tous content d'avoir eu pour notre développement et notre connaissance, le photovoltaïque a enfin pu se développer sous l'impulsion des Allemands depuis plus de 10 ans.
    Ainsi, si en 2006 la parité réseau était prévue pour 2020, chaque année qui passe nous montre que cette échéance se rapproche plus vite et est évaluée autour de 2015.
    Les japonais viennent de dépasser des rendements de 21%, les américains, les allemands, et les Chinois suivent à 19% pour les technologies cristallines
    Les américains viennent de dépasser le 15% en tech CiGS qui il y a seulement 2 ans dépassait à peine les 6% de rendement.
    Les marchés et l'optimisation des outils de production nous permettra bientôt des coûts impensables il y a seulement 2 ans.
    Faute de subventions, en dehors des Chinois (600 Mds $), seuls les débouchés permettront cette évolution.

    Nous devons donc l'accompagner en limitant l'impact pour la charge publique et son acceptation sociétale en période de crise et SURTOUT, que la problématique jusqu'alors non traitée des décharges de matériaux contaminés, de démantèlement de centrale, de stockage réversible des matériaux hautement radioactifs, est en passe de nous revenir dans la tête en boomerang.

    Bien sûr, nous ne devons pas dénoncer ce qui nous a profité, mais la défense d'intérêts purement financiers mortifères pour notre économie durable qui est un train à grande vitesse en train de démarrer.
    La question, n'est donc pas de savoir quand nos futures centrales EPR (ou les centaines que vous annoncez) manqueront de ressources accessibles et peu coûteuses pour nos sociétés égoïstes (cf. Niger...), mais plutôt quand nous ne pourrons plus rattraper ce train de croissance verte et que nous devrons nous paupériser au seuls profits de l'économie chinoise et des financiers américains....

    Sur ce, dormez bien avec vos certitudes, imprimez les, mettez les sous pli chez votre notaire, et demandez lui de l'ouvrir à la simple demande de vos enfants et petits enfants quand ils chercheront leurs réponses et les coupables de leur situation !! Espérons alors que vous ne serez plus là pour voir leur regard.

    Bien à vous

  • Merci Mr socrate!!!
    100% d'accord....

    Quant a Mr Rossi, oui le nucléaire est une énergie compétitive, mais c'est l'énergie du passé et quand bien même vous ne m'ôterez pas de la tête la date du 26 avril 1986, les mensonges du nuage raciste, même si la centrale lennine était mal concu.
    Vous ne m'oterez pas de la tête qu'il a fallu envoyé au charbon 600 000 "liquidateurs"!
    Vous ne m'ôterez pas de la tête qu'en 2010, quand les incendies on ravagé la Russie, on entendait encore des mensonges du type: "ne vous inquiétez pas la radioactivité est concentré dans le sol, pas dans les végétaux." Manque de peau quelques semaines avant, un reportage sur Arte montrait un type se promenant dans les zones contaminées en montrant que les végétaux faisait grimper le compteur geiger alors qu'au sol la radioactivité était plus faible.....

    Mr Rossi avez vous de disponible dans votre patrimoine quelques sites sur lesquels EDF pourrais construire des EPR en France, bien situé, en bordure de fleuve? Ils sont déjà pris? C'est pas de chance.....

    Pour votre point of view a propos de nos dirigeants, je reconnais que vous avez raison. ils me font vomir.

  • Pensez à ceux qui ont débuté leur activité avant 2006. Ceux qu'on appelait les pionniers.
    Qui ont vu le paysage changer à vitesse grand V, qui ont cru à l'encouragement de la filière voulu en 2006.
    Qui se sont développé modestement pour mettre leur expertise au service de projet plus complexes que des 3kWc.
    Ceux-là, qu'on peut nommer aujourd'hui des "vieux de la vieille".
    Ils sont otages, comme les nouveaux venus, de ces revirements du gouvernement qui corrige le tir d'une politique qui était annoncée, dès 2006, avec potentiel d'accroissement de 1 à 10 par an.
    Seulement voilà, tous les politiques savaient que l'accroissement exponentiel est dangereux. Tous les "anciens" du PV étaient conscient qu'une régulation s'imposait.
    Mais qu'est-ce que le gouvernement a fait pour cela? Du bricolage !
    On bricole pas avec une filière professionnelle en création.
    On ne bricole pas quand se met en place un système de formation et de professionnalisation qui compte sur l'emploi qui doit être généré.
    On anticipe !
    L'annonce de Monsieur Borloo en Septembre 2009 d'une révision à venir, elle, et seulement elle, a provoqué un emballement des demandes de contrat d'achat.
    Ce comportement irresponsable des "nouveaux" professionnels qui n'avaient pas conscience d'être en train de saturer les tuyaux, est à mettre en face du comportement irresponsable des décideurs politiques qui, sans concertation avec les vrais professionnels, et pas seulement des soi-disant représentant comme Monsieur Charpin, ont tergiversé autour d'un fait avéré. L'engorgement des files d'attente. Pour aboutir aujourd'hui à la mise en péril des chefs d'entreprises qui ont fait confiance au système.
    Il faut bien avouer que depuis Janvier 2010, la confiance a été érodée. Mais de là à imaginer qu'une mesure sanction comme ce décret pouvait tomber. Il y avait un pas.
    Un pas que le gouvernement peut franchir aujourd'hui en se retranchant derrière des arguments fallacieux destinés à éviter que l'on montre du doigt les vrais responsables de la situation.
    S'il doit y avoir sanction, c'est en commençant par l'appliquer à ceux qui dégagent des perspectives de développement sans être capable d'en maîtriser les contours.
    Envisager 5400MWc à l'horizon 2020, en laissant EDF EN initier des projets de 300MWc sur un seul site dès 2010. C'est plutôt fort de café.
    La vérité est relativement simple. Le gâteau est trop convoité, par de trop nombreuses petites PME qui jouent dans la cour des grands.
    Il n'a jamais été question que EDF, à travers EDF EN, EDF ENR ou Tenesol, mette en branle une mécanique destinée à s'arrêter lorsque les quotas auraient été atteints.
    On pourrait résumer que nous avons un pays trop appauvri pour être à la hauteur d'engagements francs en faveur du développement des ENR.
    Si ce n'était les milliards destinés aux projets nucléaires. Et les autres milliards périphériques non comptabilisés mais nécessaires malgré tout, comme à Brennilis.
    Il est évident que la situation a dérapé. Que le nombre de projets déposés comporte des projets qui sont loin d'avoir réuni tout les atouts pour être viables et pérennes.
    Qu'il faut nécessairement trouver un moyen de faire le tri.
    Mais un tri ne se fait pas avec une dead line rétroactive qui dirait simplement, "il y a eu un avant, il y aura un après".
    Tous les installateurs sont à même de dire objectivement quel sera le taux de concrétisation de leur projet. Sans qu'il soit nécessaire de fixer des contraintes d'achèvement dans un délai imparti.
    Une PTF c'est un devis.
    Une PTF signée avec paiement d'acompte, c'est un devis accepté.
    On ne jauge pas les perspectives d'une entreprise sur les devis qu'elle émet. Mais sur ceux qui sont acceptés.
    Pourquoi ERDF ferait autrement ?

    Depuis Nôme, la réfaction est remise en cause. Pourquoi maintenant ? Pourquoi seulement maintenant ? Avec un objectif annoncé de 5400MWc, n'était-il pas pertinent de se poser la question dès le départ sur les coûts induits pour les travaux de raccordement ?
    Qu'est-ce que cette politique à courte vue !! ???

    L'Espagne à pris un gros revers avec un an d'avance sur la France. L'allemagne est parvenu à une cohésion d'ensemble.
    Pourquoi la france bricole-t-elle au lieu d'en tirer des leçons ?

    Très simple: Les ENR ne sont souhaitées que si elle rapportent financièrement. Mais pas à n'importe qui, à ceux qui maîtrisent le marché de l'énergie depuis suffisamment longtemps pour ne pas se voir parasité par des PME en tout genre.

    La messe est dite, par la porte ou par la fenêtre les puissants auront gain de cause.

    Marre ... Rideau !

  • Je me permet de rebondir à un article du journal "les echos" sur le bilan de grenelle de l'environnement que je vous invite à lire : http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/020990358281.htm

    "(...)cette étude relativise nettement l'impact macroéconomique positif que devrait générer ce plan d'actions visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre(...)"

    Cette approche explique bien la situation dans laquelle nous nous trouvons.Si grenelle de l'environnement doit rimer avec profit, c'est que nous sommes bien loin du compte.

    Cordialement,

Les commentaires sont fermés.