Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Solaire : le Gouvernement projette une nouvelle baisse des tarifs d'achat

solaire.jpgLe Journal Les Echos confirme ce matin une information qui circulait déjà parmi les professionnels du solaire photovoltaïque : le Gouvernement projette de baisser les tarifs d'achat de l'énergie solaire photovoltaïque.

Comme j'avais pu l'annoncer dés le début du mois d'octobre, le Gouvernement devrait en effet, au cours d'une réunion interministérielle prévue jeudi prochain, décider du sort de plusieurs projets de mesures destinés à réduire la voilure du solaire.

Outre une baisse des tarifs d'achats pour tous les segments de tarifs et la mise en place d'un mécanisme d'adaptation continu desdits tarifs, le Gouvernement travaille également à la mise en place d'un dispositif de "purge" de la file d'attente qui pourrait faire l'objet d'un arrêté publié dés ce mois de décembre.

Cette manière de faire est regrettable.

En premier lieu, cette information va sans doute susciter une grande inquiétude et, au final, des problèmes de gestion de la filière dont les partisans d'une baisse des tarifs ne manqueront pas de prévaloir.

En second lieu et plus que jamais une vraie gouvernance de ce secteur si important pour l'avenir des énergies renouvelables s'impose. Le pire est qu'un consensus ne serait pas si difficile à trouver dés l'instant où la plupart des opérateurs sont d'accord sur le principe d'une baisse prévisible et mesurée des tarifs d'achat.

Pour sortir de la politique du Stop&Go et doter enfin la filière d'un plan solaire qui offre un cadre juridique clair, stable et durable il convient notamment et sans délai de faire toute la transparence sur l'état de la file d'attente, de prendre une mesure concertée sur le dispositif non pas de purge mais de filtre à l'entrée de la file d'attente. Il conviendrait également de clarifier les textes applicables et de diminuer drastiquement leur nombre : le seul dossier des tarifs d'achat du solaire aura fait l'objet, uniquement en 2010, de plus d'une douzaine de textes !

Lien permanent Pin it! Imprimer 46 commentaires

Commentaires

  • Fillon et Lagarde vont s'en donner à coeur joie . L' Hallalli est imminent donc. Le rouleau compresseur de l'atome va tout applatir sur son passage et on ne parlera plus de PV en France !

  • Bonjour,

    Un gouvernement d'autistes et une classe politique qui, sauf quelques exceptions, caractérisé par son incompétence technique.
    Il faut qu'ils arrêtent de se demander pour l'Allemagne s'en sort mieux que nous...

    Il faudra aussi que quelqu'un leur explique en quoi consiste un investissement productif en matière de gestion publique...

    Leur étroitesse d'esprit est à pleurer.

    Au mieux sont-ils sous tutelle des énarques des administrations qui ne sont eux jamais sanctionnés par des élections et ne rendent de compte à personne.

    Mme Lagarde ne fait que préparer la suite ; l'après gouvernement et le sort réservé a Areva... Ces messages aux nucléophiles ne sont que le mise en bouche.

    Le pire c'est qu'en se comportant comme cela ils foulent du pied leurs engagements, les initiatives industrielles et les investissements lourds faits depuis 2 ans.
    Ils ne répondent pas à la problèmatique de l'industrialisation Hightec de la France et n'apportent aucune solution pour l'application industrielle des brevets français... Les chinois et surtout les américains (amis de Mme Lagarde) les en remercie.

    Nous étions pour une évolution stratégique du mixte énergétique. Ils nous ont rendu complétement nucléophobes... Ils ne devront pas s'étonner d'être mis devant leurs responsabilités sous peu. Même leur base politique en province est en train de se désoladiriser de Paris et ces nantis du milieu économique et financier qui est en train de trahir les intérêts de la nation.

    Qu'ils aillent s'étouffer avec leur étroitesse d'esprit !!!!

    Bien à vous

  • La purge, si purge il y a, va encore poser des problèmes juridiques. Le plus inquiétant c'est que certains professionnels vont dans ce sens.

    Voir à ce propos les déclarations de l'APESI lors de l'audition du 16 novembre dernier.

    "Quelles sont les propositions de l’APESI ?

    Tout d’abord, purger la file d’attente passe par la radiation des projets inscrits avant le 12 janvier 2010 dont les promoteurs ne sont pas en mesure de transmettre une attestation d’acompte de la commande de modules photovoltaïques. C’est un engagement que la filière est à prête à soutenir. "

  • La proposition de l'APESI était sous condition exclusive de stabilité tarifaire... Donc pas de baisse généralisée avant quelques mois.

    Les énarques n'ont retenu que la solution servie sur un plateau, à laquelle ils n'avaient pas pensé, de purge de la file d'attente. Le pire c'est que la purge ne concernerait pas que les dossiers éligibles au tarif 2006...

    L'APESI en voulant prendre le contrôle de la filière s'est tirée une balle dans le pied. Ils devaient penser qu'on était au pays des bisounours et que l'État cherchait réellement des débouchés économiques aux EnR avec une vision globale et des idées sur l'industrialisation française ; ou comment rattraper notre retard sur les 15 ans d'investissements allemands, les 600 Mds investis par la Chine ou les 400 Mds investis par les États Unis...

  • Vengeance contre Monsieur Borloo.

    Et voila. Nous y sommes. Le pire de la politique.

    En réunissant ses 7 ministres autour de lui sur l'unique sujet du photovoltaïque, François Fillon reprend clairement la main sur un dossier anciennement géré par...Jean Louis Borloo.

    Quelle excellente opportunité pour l'équipe Fillon de dénoncer "l'inconscience" d'un Jean Louis Borloo qui allait ruiner la France avec ses lubies photovoltaïques.
    Jean Louis a trahi, il va payer.

    Qu'importe que des dizaines de milliers d'emplois non délocalisables, des milliards d'euros de recettes fiscales, s'envolent avec cette démolition en bonne et due forme d'une filière qui est pérenne depuis 15 ans chez nos voisins germaniques, seule la vengeance politique compte.
    Qu'importe les promesses "un euro pour le nucléaire = un euro pour les énergies renouvelables", qu'importe les engagements du Grenelle de l'Environnement, tout cela sont balivernes.

  • ce n'est pas tant la baisse tarifaire qui pose problème mais le manque de visibilité pour financer la filière. tant sur les grande centrale pour des investisseurs qui souhaitent connaitre la roadmap pour des projets qui mettent aujourd'hui 3 ans a sortir de terre, que pour le b2c où les chefs d’entreprises ont besoin de savoir s'ils peuvent embaucher sans virer 6 mois plus tard.
    décidément, quelle politique à la petite cuillère et quid du poids d'NKM. Arnaud nous écrivait dans un billet précédent qu'elle gardait les rennes, là on est en droit de se poser la question sur son réel pouvoir de décision.

  • RDV dans les urnes et pis c'est tout !

  • Oui c'est clair.

    Sauf qu'on aimerait bien savoir où se trouve l'opposition sur ces sujets.
    Car si elle existait réellement nous n'aurions pas ce comportement insupportable du gouvernement.

    Enfin, n'oubliez pas qui est derrière au conditionnement intellectuel des élus... Ils seront toujours là après les élections...

    Bien à vous

  • Oui c'est clair.

    Sauf qu'on aimerait bien savoir où se trouve l'opposition sur ces sujets.
    Car si elle existait réellement nous n'aurions pas ce comportement insupportable du gouvernement.

    Enfin, n'oubliez pas qui est derrière le conditionnement intellectuel des élus... Ils seront toujours là après les élections...

    Bien à vous

  • GRAND TIRAGE LOTO PV 2011

    Je pronostique une baisse radicale du tarif de rachat photovoltaique - au moins pour les installations

  • GRAND TIRAGE LOTO PV 2011

    Je pronostique une baisse radicale du tarif de rachat photovoltaique - au moins pour les installations < 3 Kwc

    Mise à prix : 0.40 € Kwc
    + les frais de raccordement entièrement à la charge du producteur (ça c'est déjà acquis)

  • mais pour quand ?

    et cette histoire de "purge" quand est il exactement ??

  • Mise en place de quotas
    Annulation des appels d'offre si pas de To
    Quotas au sol si non nul = AO d'Etat (on a vu comment s'était géré et la rapidité de décision lol)
    Purge de la file d'attente à compter du 14 décembre pour tous les dossiers ne pouvant fournir d'attestation de versement d'au moins 30% des investissements matériels.
    Baisse généralisée des tarifs et révision trimestrielle
    Etc

    Je pense qu'il faut mettre tous nos employés à la porte en guise de protestation et délocaliser chez les gens intelligents... Par exemple les chinois

    Bien à vous

  • Je pense que l'article des Echos est assez clair (et en principe leurs sources sont fiables) sur le fait que le rapport Charpin, comme nous le présentions, va être mis en pratique avec force zèle.
    Si NKM doit se battre, ce n'est pas sur les tarifs d'achat mais sur le volume des quotas qui sont beaucoup trop bas pour la filière (même pour EDF EN).

  • Comment peut on justifier de sortir 30% d'un montant d'un générateur PV alors qu'on ne connait que depuis moins de 6 mois le tarif d'achat (cf. miltiples arrêtés) n'en déplaisent à nos politiques, nous n'obtenons pas un prêt en claquant des doigts et une disponibilité de 30% de fonds propres n'est pas à la portée de tout le monde:

    Exemple: 120 k€ à payer pour un dossier de 100 kW à quelqu'un qu'on ne connait pas alors qu'on ne sait ni recettes prévisionnelles ni la volonté d'un accompagnement bancaire....

    Avec 120 k€, je préfère aller chercher le soleil là où il se trouve, sans stress.

  • Protégez-nous de nos amis…
    A vouloir foncer tête baissée sans regarder le monde autour de soi, on peut se retrouver sur un mur - par exemple en feignant d'ignorer que le gros du matériel est importé d'Asie, ce qui finit par indisposer, en situation économique locale pas trop flambante. Quand l'on refuse de regarder les risques du laisser-faire et que l'on reste muet sur des dérapages autorisés par la prolongation non stop d'avantages tarifaires élevés justifiés pour un amorçage de marché, la réaction finit par arriver. Et l'on tombe effectivement dans le détestable stop and go.
    C'est très embêtant pour la "petite" production nationale que l'on est heureux d'avoir sauvé péniblement, voici quelques années, et ça touche de plein fouet les installateurs.
    Dommage que personne n'ait voulu entendre les alarmes. Elles réclamaient de ne pas continuer à permettre certains abus: que des quidams pas vraiment désargentés puissent considérer les installations PV comme des subprimes à plus de 15% de rendement, sous le nez du contribuable impécunieux et de l'usager EDF lambda. Evident qu'il fallait et qu'il faut encore maintenir des aides, mais un peu mieux ciblées. Sinon tout le monde va continuer à trinquer.
    D'autre part, s'il s'agit de persister à mettre au pot commun pour encourager les énergies éco-renouvelables, on ne peut échapper à la nécessité d'une vision d'ensemble permettant un arbitrage plus équilibré entre masses financières misées dans les diverses filières, solaire thermique inclus, d'une part, et, à l'intérieur de chacune d'elles, entre les petites, moyennes et grosses installations, d'autre part. Question d'intelligence industrielle, mais aussi d'équité entre acteurs, d'aménagement des territoires, et …d'efficacité de l'action publique.
    Ce ne sont évidemment pas les promoteurs de tel ou tel matériel qui sont les mieux placés pour faire ces choix, l'expérience l'a montré. Cela demanderait un peu de co-construction des politiques énergétiques. Un rêve?

  • Christian, nous avons suffisamment pu débattre pour que je sache que tu as généralement raison. Je suis d'accord avec la quasi totalité de ton analyse que je te remercie vivement d'avoir livrée ici. Je partage surtout ta conclusion. Il est fondamental de définir une nouvelle gouvernance des énergies renouvelables pour définir une vision d'ensemble. Les énergies renouvelables sont un projet de société et intéressent la protection de l'environnement, l'aménagement du territoire, l'urbanisme, les paysages, la lutte contre le dérèglement climatique, le redéveloppement d'une industrie en France.....Bref, nous sommes d'accord sur l'urgence d'une éco construction de ce secteur avec tous les acteurs concernés. Non seulement les professionnels mais aussi les associations (consommateurs, écologistes), les élus locaux etc... L'enjeu des ENR en général et du solaire en particulier est aussi d'ordre démocratique. De ce point de vue, je regrette vivement qu'une concertation de dernière minute avec une partie des acteurs concernés soit annoncée aprés que 7 ministres aient pris les décisions... Ce n'est pas trés grenello compatible à mon sens.

    Je suis également d'accord avec toi sur le fait qu'il y a eu des alarmes et je me rappelle des tiennes. Mais on pardonnera sans doute plus facilement les erreurs de jeunesse dans un pays qui a découvert qu'il pouvait produire autre que de l'électro nucléaire il y a trés peu de temps.

    Reste que la chasse aux spéculateurs est un prétexte un peu trop facile pour plusieurs motifs. D'une part, de quoi parlons nous ? Qu'en est il de cette fameuse spéculation ? Qui a embouteillé la file d'attente et avec quoi ? Pourquoi ne pas ordonner toute de suite la transparence de cette file d'attente ? Voilà qui règlerait bien des problèmes. Par ailleurs et je ne voudrai pas tomber dans des comparaisons trop faciles mais je remarque que les fortunes que la France continue d'engloutir dans le nucléaire sans aucun débat démocratique depuis les années 60 ne suscitent pas la même émotion de la part du Gouvernement. Et les contrevérités sur les motifs exacts de la hausse de la CSPE devraient également nous faire réagir.

    J'ai parfois l'impression que lorsque l'on veut tuer son chien, on dit qu'il a la rage..

  • a Ch Garnier......

    Il suffisait d'assortir les aides régionales (a une époque) a l'obligation d'achat de materiel PV français, voire europeen....et idem de reserver le tarif de rachat pour des installations utilisant un materiel qui a peu couté en CO2 transport....

  • 1- Aucun acteur du photovoltaïque n'a jamais dit qu'il fallait maintenir aveuglément les tarifs.
    2- l'amorçage industriel par le soutien aux débouchés nationaux sur un secteur mature et hyper concurrentiel nécessite au minimum 5 ans, la connection entre les fonds recherche et l'industrialisation nationale, etc.
    3- Dans la stratégie de développement du PV dès 2006 et avec une équipe gouvernementale un peu plus compétente qu'actuellement la parité réseau était visée à l'horizon 2020. Celle-ci s'entendait par la baisse des tarifs d'achat corrélativement à la baisse des coûts de production.
    4- 25 à 32000 emplois créés (source ademe et boorlo - commission du 12 octobre) à raison de 17000 € de recettes directes pour l'Etat par emploi (source INSEE) cela fait 440 à 540 M€ de recettes annuelles pour un coût actuel sur la CSPE de 200 M€.
    A cela vous pouvez rajouter la consommation des ménages concernés, la CET, l'IFER, la taxe foncière, etc...
    5- 25% du coût des installations clé en main est issu de l'importation. Sachant que nous partions de 0 ou presque ce n'est pas si mal. Et contrairement à ce qui est raconté par les empécheurs de tourner en rond, les importations viennent principalement d'Europe... Sauf pour EDF et GDF-SUEZ qui préfèrent First Solar ou Yingli...

    6- Gouverner c'est savoir gérer. Savoir gérer c'est prévoir. Les autorités savaient en ce que les acteurs que vous dénoncez alertaient les autorités sur la nécessité d'une feuille de route lisible et cohérente.

    7- Enfin, 42% de baisse tarifaire ou 37,8% en cumulé nécessitent une baisse du coût de production de 60% pour conserver des rendements acceptables. Sur ces rendements, je vous prie de bien vouloir considérer des TRI à 10 ans (Max 12), correspondant aux remboursements des fonds propres. De considérer le coût de ces fonds propres en France (toutes activités confondues) à 9%... De regarder les BP et les flux négatifs générés sur une future baisse tarifaire.
    Le seul impact immédiat est le basculement des achats français ou européens vers la Chine... Car quand vous avez un modèle économique donné avec un temps de développement de 12 à 24 mois il est normal de chercher à couvrir ses dépenses engagées... Enfin arrêtez de prendre le PV des particuliers, soutenu par le crédit d'impôt considéré par les banques comme les fonds propres, avec un tarif exagéré,  comme modèle économique de référence... Pour peu qu'on le prenne en plus situé au sud de la France.

    8- Les allemands que l'on prend en permanence comme exemple investissent massivement dans le PV (entre autre) depuis 15 ans. Leurs entreprises sont mâtures et exportent ! La recherche ouvre des perspectives pour eux... Nous prétendons les concurrencer sans mettre la main à la poche ??? Et sans lien entre les pôles de recherche et l'industrie française... ? on comprend mieux pourquoi on fait doucement rire à l'étranger.

    Il existe bien des solutions pragmatiques, mais elles ne servent pas les bons intérêts... Et que sont nos quelques 30000 emplois face à certaines stratégies.

  • Bonjour à tous,

    J'ai écrit en réaction à un autre billet il y a quelques jours que NKM allait sans doute avoir des couteaux plantés dans le dos de la part de des petits camarades du MINEFI et d'ailleurs.... ça n'a pas tardé !

    Purger la liste d'attente est une fausse bonne idée. Cela va juste permettre de limiter la hausse "mécanique" de la CSPE (qui explose déjà la plafond fixé par la loi.... cela dit en passant, m'étonnerait pas qu'il soit amendé dans pas longtemps ce texte.... pour faire "sauter" le plafond !) car elle est calculée (dixit président de la CRE lors de son audition du 16/11) sur "une partie prévisible de la file d'attente".... !

    Il aurait sans mieux valu faire une "barrière" d'entrée (avec dossier ou sorte de "caution") pour ne laisser venir que les projets sérieux (qui ne sont pas forcément les plus gros) qui démontrent leur possibilité d'être financés, amortis et rentables. Point.

    Je vous donne le tiercé des prochaines décisions anti Grenelle à venir :
    - en effet, réduction drastique (au moins 20 %) des tarifs d'achat du PV, toutes puissances confondues
    - report sine die de l'appel d'offre eolien offshore prévu pour septembre, puis novembre, et annoncé ce jour aux Assises de la Mer (par cabinet de NKM) pas avant janvier !
    - clash NKM / gouvernement (MINEFI ou autre) d'ici fin 2011 au plus tard, lors du lancement des discussions sur les renouvellement des concessions des barrages hydroelectriques.... a votre avis, qui va piloter, NKM ou Besson / Lagarde ????

    A vous lire,

    Cordialement,

  • Je remercie Socrate pour ces précisions toujours utiles. Je partage notamment cette idée que certains aimeraient que le solaire demeure du domaine du folkore alors qu'il nous faut un vrai modèle économique pour un développement ambitueux de cette énergie. Il est tout à fait utile de rappeler les données bancaires et financières concrètes auxquelles sont confrontés les développeurs et producteurs.

    Dommage que nous n'ayons pas eu et que nous n'ayons toujours pas un vrai débat sur cette énergie.

    Et oui Christophe, vous avez parfaitement raison s'agissant de l'appel d'offres éolien off shore. Ces reports incessants et successifs de l'appel d'offres couplés avec cette décision unilatérale du Président de la République de mettre un terme au projet vendéen sont profondément regrettables et contraires à l'idée d'une démocratie plus participative.

  • AFP : Les professionnels de l'énergie solaire prêts à discuter du tarif de rachat

    PARIS - Les professionnels de l'énergie solaire sont prêts à négocier avec le gouvernement sur les aides publiques accordées au secteur et notamment sur le tarif d'achat de l'électricité photovoltaïque, a indiqué mardi le président du Syndicat des énergies renouvelables (SER).

    Le gouvernement s'apprêterait à réduire à nouveau ces tarifs afin d'alléger le coût du soutien public à la filière photovoltaïque, selon l'édition de mardi du journal économique Les Echos.

    "Nous sommes conscients qu'il faut optimiser l'utilisation des finances publiques mais il faut arriver à trouver un système pérenne qui permette d'améliorer les investissements industriels et d'en déclencher de nouveaux", a déclaré à l'AFP le président du SER, André Antolini.

    Le gouvernement souhaite désormais mieux maîtriser la croissance de la filière, pour la ramener à 500 mégawatts par an. Une des pistes envisagées est de faire varier les tarifs d'achat tous les trois mois en fonction du nombre de projets d'installations solaires.

    Le SER plaide lui pour un système alternatif qui ne limite pas la croissance du parc photovoltaïque en fonction d'un nombre de mégawatts prédéfini mais en se basant sur une enveloppe budgétaire.

    "Si on peut faire deux fois plus d'équipements photovoltaïques avec la même somme d'argent, tant mieux", souligne M. Antolini, qui estime qu'il faut d'abord "définir l'effort collectif qu'on est prêt à consentir pour développer" la filière.

    Les coûts de fabrication des panneaux photovoltaïques évoluent en effet très rapidement et ont été divisé par deux en 5 ans, selon le SER.

    Selon les Echos, "pas moins de sept ministres" se réuniront jeudi autour du Premier ministre François Fillon pour étudier l'avenir de la filière photovoltaïque.

    Le tarif de rachat par EDF de l'électricité produite à partir de panneaux solaires a déjà été abaissé à deux reprises cette année, pour éviter ce que le gouvernement à appelé "des effets d'aubaine spéculatifs".

    (©AFP / 30 novembre 2010 19h15)

  • Sans vouloir n'émettre que de mauvaises ondes, il faut garder en tête qu'aucune négociation n'est possible que que Bercy a déjà établi les règles depuis cet été.

    Toute autre considération peut être assimilée à du marketing politique.

    Le seul langage qui sera écouté sera le licenciement des 2/3 des employés de la profession. Car c'est le seul point qui fera désordre sur le plan électoral. Ils pensent les citoyens trop moutons (faute d'un autre qualificatif) pour écouter autre chose que les cris du loup.

    Nb : merci maître de prendre de votre temps et d'animer ce blog

    Bien à vous

  • Il etait temps d' arreter les folies de Borloo ! le prix d' achat du photovoltaique etait le plus cher du monde; et jamais 12000 éoliennes ne remplaceront une seule centrale nucléaire ; ils sont débiles ces écolos ! Meme les Allemands vont rallonger de 15 ou 20 ans leurs centrales nucléaires, malgré les affreux "rot-grun" qui sabotent les trains; s'ils continuent c'est le chomage assuré pour leurs industries et leurs exportations ; quant a Borloo son impot-climat baptisé "taxe Carbone" est une grosse anerie , car le soi-disant rechauffement climatique est le plus gros mensonge du siecle ( Al Gore, Blair, Hulot, etc.)
    On est entré depuis 2007 dans le refroidissement climatique : lisez " L' imposture climatique" de Claude Allegre ; les cycles solaires ont bien plus d' importance que le CO2 . Meme le GIEC l'admet grace aux mesures de Vincent Courtillot-Le Mouel et au danois Henrik Svenmarkt ; apres l' echec de Copenhague , je pense que Cancun sera plutot pire !

    Michel GUEGUEN

  • Merci de lire les sujets au préalable de vos agressions.

    Il ne s'agit pas du cas Eolien.

    Quant à votre remarque sur les Allemands ; si A. Merckel a choisi de se mettre à dos la grande majorité de ses concitoyens c'est tout simplement parce que le démantèlement des centrales est évalué au minimum à 20 Mds € / centrale et que compte tenu des risques qui pèsent sur les économies européennes en ce moment elle n'est pas prête à engager la solidité des comptes publics en recherchant 400 Mds€....

    L'énergie solaire est considérée par la grande majorité des nations comme l'énergie du futur. Même les chinois, qui en passant viennent de reconnaître être les plus gros pollueurs mondiaux, ont bloqué une enveloppe d'investissement dédié aux EnR 600 Mds$, au chef desquels le photovoltaïque.

    L'inconscience de certains élus qui n'écoutent que les mêmes énergéticiens et lobbies nous entraine à court terme dans une dépendance énergétique étrangère assurément.

    Pire, en mettant la RT 2012 en place et l'obligation de contraintes énergétiques sur une construction neuve pour l'obtention d'un permis de construire, ils prennent le risque de paralyser un secteur qui représente la moitié de notre croissance et est le premier employeur français : le bâtiment... Comme peut-on avoir des maisons à énergie positive, ou passive, sans bois (problèmes assuranciels), et sans production d'électricité ? Sauf à accepter l'idée que seuls les nantis pourront se payer une centrale et perdre de l'argent.

    Bien à vous

  • @Monsieur Gueguen. Je vous remercie de rester courtois. Toutes les opinions sont les bienvenues sur ce blog, sauf l'agressivité qui apporte rarement au débat d'idées. La prochaine fois, je serai contraint de m'opposer à la publication de votre commentaire. Certain de votre compréhension. Bien à vous. AG

  • Ils ont bon dos les affreux "spéculateurs" et les terribles "gros projets"...

    Comme trop souvent les conclusions sont tirées avant qu'il ne soit répondu aux questions:

    - Quelle est la part représentée par des projets "EDF-EN" dans la fameuse "liste d'attente" ?
    - Quelle est la part réelle du photovoltaïque dans la CSPE ?
    - Quelle est la somme des fonds étrangers investits directement en France grâce au soutien actuel de la fillière et quelles recettes fiscales (TVA / IS) peuvent être espérées ?
    - Quel est le nombre d'emplois précis crée par la fillière ?

    Des idéologues ont créé un régime de subvention sans créer la filière industrielle.
    Ils ont crée la demande sans soutenir l'offre.
    Aujourd'hui, la boulette est évidente mais c'est toute la filière qui doit payer cet oubli.

    Notez enfin que je suis toujours craintif du moment où un idéologue en remplace un autre. Celui qui est remplacé a appris de ses erreurs mais n'a pas eu le temps de les corriger. Celui qui remplace n'apprend généralement pas des erreurs des autres et courre vers ses propres erreurs.

    Une purge de la file d'attente fondée sur la présentation d'un bon de commande (chinois) est peut être la prochaine erreur à venir.

  • @A. Akermann

    - Pourquoi traquer les projets EDF EN dans la file d'attente ?
    Il me semble impossible de les distinguer des autres d'un point de vue juridique.

    Un projet rentre dans la file d'attente au moment où la PTF est réputée complète (T0) (après PC pour centrales au sol > 250 Kw et DP pour les toitures).
    La PTF doit être remise par ERDF sous 3 mois et validée sous es 3 mois suivants (paiement de l'acompte) sous peine de sortie de la file d'attente.

    Quel est le volume de la file d'attente pour lequel l'acompte n'a pas encore été perçu par ERDF ?
    -> Il correspond au maximum au volume des PTF des mois M-4, M-5, M-6 et des PTF en cours d'étude par ERDF (M-1, M-2, M-3).
    Le volume restant (acompte PTF versé) correspond aux projets en attente de connexion réseau par ERDF, ou en attente de convention de raccordement. Que ces projets soient pertinents ou non, ils conservent le droit d'être connectés au réseau et de bénéficier des tarifs valables à T0....
    Donc la spéculation ne peut concerner que les 6 derniers mois (acompte non encore versé mais pouvant l'être) et elle se purge d'elle même lorsque les acomptes ne sont pas versés.

    Il n'y a donc rien à attendre de la file d'attente....

  • Bonjour à tous,

    beaucoup de réactions suite à cette annonce d'hier.
    Le nucléaire est une solution et les énergies renouvelables sont aussi de la partie.
    Pour moi, les deux sont complémentaires.
    Concernant le photovoltaïque, nous ne pouvions pas rester avec des tarifs de rachat aussi élevés. Nous restons aussi l'un des seuls pays à avoir mis en place une politique d'intégration qui rajoute un surcoût non négligeable :

    - Dépose de l'ancienne couverture
    - pose d'un système "spécifique" et souvent très cher qu'il faut en plus adapter au type de charpente et aux produits de couvertures mitoyens ce qui pose souvent des problèmes d'étanchéité.


    Pourquoi ne pas supprimer l'intégration et faire comme l’Allemagne ou d’autres pays et faire un tarif en surimposition?

    En gardant cette problématique de surcoût due à l'intégration, nous favorisons effectivement les intégrateurs français mais aussi de plus en plus de constructeurs étrangers qui développent pour arriver sur le marché avec des produits plus compétitifs. Nous défavorisons par contre les fabricants de modules français qui se retrouvent en concurrence face aux importateurs qui proposent des produits à des prix impossibles à tenir sur une production française.

    Nous sommes en France et les choses sont et resterons toujours compliquées je pense ...

  • Bonjour,

    je suis dépité. Je travaille dans les ENR, le photovoltaïque représentait jusqu'au mois de septembre dernier plus de 80% du CA de notre TPE.

    Je sais déjà qu'en début d'année prochaine j'irai pour la première fois pointer à Pole Emploi.

    Je ne comprends pas comment on a pu en arriver là: après la perte de nos chantiers professionnels suite à la baisse du tarif d'achat d'électricité sur ce segment, le gouvernement s'est attaqué aux particuliers en changeant les règles du jeu en cours d'année et en faisant porter sur le PV l'augmentation du prix de l'électricité. Aujourd'hui notre image est désastreuse auprès du public, nous ne serions que des profiteurs capitalistes.

    Nous vendons nos installations 3kWc environ 16000€ TTC avec du matériel allemand mais le prix ne suffit pas. Comment rattraper les calomnies qui ont été déversées sur notre dos suite au rapport Charpin? Comment prouver que le PV est utile, écologique et reste rentable pour le client? Notre image est détruite, notre filière est détruite.

    Nous n'avons aucune visibilité, les règles du jeu changent sans cesse, le CEIAB (voilà une invention bureaucratique inutile) n'a même pas rendu son avis sur les produits éligibles à l'intégration renforcée bien que que le matériel posé l'année prochaine soit censé se commander maintenant... Bref, c'est un merdier incroyable et on ne peut se développer dans ces conditions, nous n'avons même plus de visibilité sur un mois. Alors cette réunion, cette possible instauration de quotas alors que l'on est censé développer une filière, c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase.

    Avant d'être dans le rouge, nous allons cesser notre activité, un beau gâchis, surtout quand on voit ce qui se passe en Allemagne. Le pire? Tout le monde s'en fout, mes collègues déposent aussi autour de moi, ils abandonnent et personne n'en parle, nous sommes trop petits, nous ne pesons rien face au nucléaire et aux intérêts d'EDF et de ses amis.

    J'aimerais dire que cela se paiera aux prochaines élections mais je n'y crois pas. Encore une fois nous sommes trop peu nombreux et notre image a été brouillée par le ministère censé nous défendre, vous savez cet ancien ministère d'Etat, celui du développement durable. Qu'il repose en paix, tout comme nous.

  • Quelle est la représentativité de l'Apesi (combien de membres ?) et son rôle exact (groupe de pression, association à but (non)lucratif --> voir le montant des cotisations de l'Apesi...).
    On peut tout autant s'interroger sur son représentant qui est intervenu le 16/11 devant des députés : M Clement-Formentel, 26 ans, est le représentant d'un fonds de placements (Nelios, créé en 2009) se présentant comme un promoteur de parcs solaires, alors que la dite structure est enregistré au greffe de Paris comme "fonds de placements". Nous sommes donc loin d'une activité de production, de pose sucistant le moindre emploi. On retrouve la trace de M Clement Fromentel dans une société financière luxembourgeoise "Horus Invest", créée en 2010 ayant vocation à prendre des participations. Vu la nature des sociétés, leur localisation, leur faible antériorité, on peut s'interroger sur les motivations réelles de cette association et de son représentant.
    Quitte à avoir des positions aussi extémistes que M Clement Fromentel (la purge de la liste d'attente), j'émets la proposition de "purger" sur le sol national la présence de toute personne physique ou morale ayant des intérêts dans pays étant ou ayant été un paradis fiscal. Pour rajouter à l'opacité : notez que les comptes de ces diverses sociétés n'étaient toujours pas déposées ce jour au greffe de paris.

  • @Boujil. Je vais sans doute me répéter mais je souhaite que l'on évite ici les attaques personnelles qui font rarement avancer le débat. Il n'y a aucune raison de douter de la compétence et de l'engagement de tel ou tel. C'est au contraire la division qui peut être dangereuse. Bien cdlt. AG

  • Pour Mr Gossement

    Je suis resté courtois, et tout ce que j' ecris peut se lire dans Valeurs Actuelles, les Echos ou Sciences et Avenir, parfois le Figaro ; Je n' aime pas du tout le terme d' agressif employé par Socrate ou vous meme ; vous devez admettre la contradiction sur votre blog et non me menacer de censure !
    Cordialement

    Michel GUEGUEN
    Ingenieur Consultant

  • Bonjour,

    Traiter, entre autre les gens de ce blog "d'écolos débi**" (je cite) n'ai pas selon moi le bon préalable à une discussion courtoise, d'autant que les gens qui viennent ici viennent du terrain, risquent leur avenir professionnel, et ne prennent pas leurs infos dans des médias tels que ceux cités.
    En tant qu'ingénieur vous m'auriez cité "Pour la Science" en lieu et place de " science et avenir" j'aurais été intrigué vu que le premier est fait par des scientifiques, et l'autre par des journaleux genre "pif gadget".
    De plus vous parlez d'Eolien en introduction sur un sujet photovoltaïque.
    Au mieux vous faites une obsession au pire vous ne lisez pas les articles et points de vue.
    Si votre formation est scientifique, vous devriez savoir que le premier travail à tout problème consiste à bien comprendre l'intitulé de ce dernier.

    En vous souhaitant la bonne journée

    Bien à vous

  • Bonjour Mr Votre nomGUEGUEN MICHEL,

    tout ce que vous pouvez lire dans les journaux que vous citez n'est pas forcément vrai. Il suffit de voir comment ils ont couvert les suites su rapport Charpin, les causes de l'augemntation du prix de l'électricité par exemple.

    Concernant Claude Allègre, ce climato-sceptique vient de retourner sa veste, un excellent article à ce sujet ici: http://www.developpementdurable.com/technologie/2010/10/A5554/rechauffement-le-rapport-qui-denonce-limposture.html
    Comme quoi sortir un bouquin et jour à fond la théorie du complot permet de faire du buz et de l'argent mais derrière ce charmant monsieur reprend ses esprits.

    Cordialement.

  • Au fait une question qui me vient concernant la réunion de ce midi :
    En quoi le ministre de la défense est-il intéressé par la question des EnR ??

    Est-ce que le 1er ministre s'est enfin trahi sur la question du nucléaire civil géré par la grande muette ? Cf. Rapports de la CC et les fonds défenses au soutien du nucléaire civil.

    Il semblerait que l'on nous prépare un moratoire et le blocage provisoire de l'entrée en file d'attente.
    Ceux qui sont en difficulté peuvent aller s'inscrire à pôle emploi, ou préparer les courriers de report gracieux des charges...

    Bien à vous

  • @ Socrate

    Bonjour Socrate,

    Je lis toujours avec attention vos commentaires, et souhaite apporter une supposition à votre interrogation quant à la présence d'Alain Juppé à cette réunion.

    Je pense qu'il est intéressé à deux niveaux : en tant que maire de Bordeaux, il a plusieurs MW de projets PV en file d'attente.
    Ensuite, en tant que Ministre de la Défense, il doit être concerné par de multiples projets de centrales au sol sur d'anciens sites militaires.
    Je pense donc qu'il sera là plus pour défendre la filière que la détruire. Enfin, je l'espère.

    Bien à vous,

    LR

  • Bonjour,

    Sincèrement je le souhaite aussi.
    Toutefois il convient de rappeler que cette réunion à été initiée par Bercy avant le remaniement et que toutes les commissions parlementaires nommées depuis cette année travaillent à charge contre le PV. Alors supposer qu'ils font intervenir un défenseur du PV en toute connaissance de cause semble contradictoire. Les fausses fuites lancées pour prendre le poul de la filière et surtout de la société civile sont autant d'indicateurs inquiétants.

    D'autre part un bruit de couloir (çà vaut donc ce çà vaut...) parle déjà d'un petit changement dans l'équipe Fillon III, et NKM serait en ligne de mire...

    Bien à vous

  • Socrate,

    Je suis un entrepreneur ayant investit du temps et de l'argent dans des projets de bâtiments agricoles photovoltaïques ; les éleveurs bovins avec qui je travaille doivent se convertir dans les prochaines années à la "stabulation libre sur paille", nécessitant des bâtiments d'élevage beaucoup plus spacieux.
    Le photovoltaïque était donc un excellent levier pour leur financer leur nouveau bâtiment (coût d'environ 200k€ que nous sortons de notre poche).

    Je suis très inquiet quant à cette "purge" de file d'attente, qui pourrait remettre en question la faisabilité de nos projets.

    A votre avis, quand allons nous avoir des infos sur l'issue de cette réunion ? Cet après midi, demain, la semaine prochaine, à la fin de l'année ?

    Mon avenir professionnel proche se joue aujourd'hui...

    ps : quand je pense aux géomètres, notaires, huissiers, assureurs, bureaux d'études, charpentiers, maçons, terrassiers, couvreurs, fabricants de systèmes de fixations, que nous faisons travailler GRACE au photovoltaïque, j'ai mal au coeur de penser que ces fous de politiciens peuvent stopper tout ça pour des raisons obscures...

  • @Louis R
    il faut savoir qu'EDF EN a embauché un général de l'armée de l'air pour casser toute concurrence et agir en lobby auprès des plus hautes sphères de l'Etat (et quand je dis les plus haute c'est que meme le MINDEF et donc Juppé) n'a aucun pouvoir de contrer les propositions d'EDF EN. Ces derniers sont en train de sapper le travail des concurrents sans pouvoir a terme pouvoir construire partout. Car le but n'est pas forcément de faire gonfler EDF EN mais bien de casser la concurrence pour pouvoir vendre de l'EPR.
    Enfin, en tant que MINDEF,comme vous semblez le penser, je dirais presque qu'il n'en a rien a faire étant donné que l'etat revend les terrains au collectivités locale qui, elles, suivent les dossiers de rpès et sont interressées par divers projets. l'Etat est juste interressé pour s'en débarrassé dans son patrimoine.

    @vestal : vous devez absolument militer auprès du chef de service économique de votre prefecture. c'est généralement un homme de poids et adjoint direct du prefet. c'est la seule façon de faire bouger les choses et faire entendre un autre point de vue qui est généralement, s'il est bien argumenté, compris et accepté.

    enfin @boujil : je pense que votre analyse a été un peu hative. Si l'on peut s'étonner de la jeunesse de david guinard ou clément fromentel et de leur passé/présent en lien avec la finance, il faut reconnaitre qu'aujourd'hui ce sont les seuls a prendre la défense du marché PV et a avoir dénoncé Charpin par des faits. ce sont des financiers ? et alors ? la belle affaire ! Sacré malaise français. Je dénonce la finance si elle n'est que spéculation pure (ce qui est souvent le cas, je le concède) mais du moment que les choses sont faite correctement derrière... Dites moi aujourd'hui qui est capable de sortir un parc PV de 60 millions d'euros ou 100 ? vous ? vos impots ? les collectivités ??? non personnes d'autres que les banques ou investisseurs. il faut juste retomber sur terre et un projet qui etait rentable a 20% il y a 2 ans le sera demain encore a 6%. ils reviendront à l'investissement si la feuille de route sur la dégressivité est annoncé clairement par l'Etat (meme si je doute fortement vu la pression que met le lobby nuke la dessus)

  • @Louis R : vous avez raison de rappeler que l'industrie verte ne se résume pas a l'embauche de monteurs; éléctriciens ou d'installateurs mais fait travailler des métiers périphériques : écologues, géomètres, btp ...

  • @Socrate,

    Cher Monsieur qui ne dit pas son nom

    Vous avez la manie de donner des lecons, et vous commencez a m' enerver ! Pour Angela Merkel, vous vous trompez encore une fois : rien a voir avec les 400 Milliards de cout de démolition; depuis longtemps elle a annoncé qu' elle n'accepterait pas l' arret des centrales nucleaires en 2022, comme l' ont annoncé les ecolos-debiles "rotgrun" ( je ne parlais pas de vous ! ) Je lis aussi " La Recherche " et " Nature ", entre autres .Je connais bien l' Allemagne, ayant fait un doctorat dans un Institut allemand tres connu, pas du tout "ecolo", et specialisé en Kern-Chemie, si vous comprenez ..

    Cordialement

    Michel GUEGUEN

  • @Socrate,

    Cher Monsieur qui ne dit pas son nom

    Vous avez la manie de donner des lecons, et vous commencez a m' enerver ! Pour Angela Merkel, vous vous trompez encore une fois : rien a voir avec les 400 Milliards de cout de démolition; depuis longtemps elle a annoncé qu' elle n'accepterait pas l' arret des centrales nucleaires en 2022, comme l' ont annoncé les ecolos-debiles "rotgrun" ( je ne parlais pas de vous ! ) Je lis aussi " La Recherche " et " Nature ", entre autres .Je connais bien l' Allemagne, ayant fait un doctorat dans un Institut allemand tres connu, pas du tout "ecolo", et specialisé en Kern-Chemie, si vous comprenez ..

    Cordialement

    Michel GUEGUEN

  • @Votre nom GUEGUEN MICHEL

    Le monsieur qui ne dit pas son nom représente un groupe de personnes.
    Le pseudo, qui aurait pu être un nom du genre Pascal GUEGUEN, me permet une liberté d'expression avec moindres risques de représailles pour mes proches et dont pour certains les actions pourraient être faussées.

    A la différence de vous, je fais l'effort d'essayer de comprendre votre point de vue et de l'intégrer à la réflexion contradictoire.
    Contrairement à vous, vous ne m'énervez pas, même quand vous êtes hors sujet ou très légèrement épidermique avec la notion de développement durable.

    Bien à vous

  • @michel gueguen :
    ne vous enervez pas ! vous décrédibilisez un discours qui peut etre écouté et qui a tout du moins le droit d'être entendu ! quant au CV je connais des docteurs écologues au meddeem qui n'ont eu que leur doctorat sur le terrain (et encore) et pour le reste sont devenus gratte papier et ne connaissent rien de ce que nous voyons sur le terrain tous les jours. Il faut aussi arrêter ce mal français qui pense que seul le diplome a valeur de connaissance.
    Je ne me sens pas concerné pour la partie écolo débile pourtant avec un peu de bon sens, s'il me parait absurde de mettre toutes mes économies en action mais que je préfère en mettre une partie en PEL, en livret A... j'ai l'impression qu'avec le nucléaire (80% de notre nrj) nous avons 80% de notre apport énergétique en action. Oui le nucléaire a assuré notre indépendance énergétique, mais quid du retraitement ?

  • Cher Michel Gueguen,
    Juste une remarque, vous pouvez remplacer "votre nom" par "Michel Gueguen" ce qui vous évitera de passer pour l'un de ces retraités d'EDF/AREVA qui écument les réunions publiques sur l'éolien pour occuper leur temps et justifier une vie de labeur au service du nucléaire. Et qui viennent de découvrir internet :)

Les commentaires sont fermés.