Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

AFP : L'Ecologie sans l'énergie: entourage de Borloo "stupéfait", critiques des ONG

centrale_nucleaire.jpgL'AFP a bien voulu recueillir ma réaction sur la nouvelle configuration du ministère de l'écologie. Voici la dépêche.

 PARIS - La nouvelle configuration du ministère de l'Ecologie, privé notamment de l'énergie, a été vivement critiquée dimanche dans l'entourage de l'ex-titulaire du poste Jean-Louis Borloo où l'on s'est dit "stupéfait", et par des ONG qui jugent qu'il perd "beaucoup de son pouvoir".

"On est stupéfait de constater le démantèlement de cette maison", avec notamment le départ de l'énergie, a-t-on déclaré à l'AFP dans l'entourage de M. Borloo.

Le portefeuille de l'énergie a été confié à Eric Besson, ministre auprès de la ministre de l'Economie, et chargé également de l'industrie et de l'économie numérique.

"Le super ministère est décapité. On est très très loin du pacte écologique qui est clairement déchiré", a déclaré, pour sa part, Arnaud Gossement de l'ONG Droit et Environnement, qui a participé au Grenelle de l'Environnement quand il était porte-parole de France Nature Environnement (FNE, 3.000 associations).

"Pour l'avenir des énergies renouvelables, c'est catastrophique", a-t-il ajouté, soulignant également que la nouvelle ministre de l'Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet n'était pas ministre d'Etat comme l'était M. Borloo, et que désormais le numéro deux du gouvernement était le ministre de la Défense.

"NKM" a été nommée ministre de l'Ecologie, du développement durable, des transports et du logement.

"Il y a des forces hostiles à nos propositions, le monde de l'industrie fossile et nucléaire. Ils ont gagné ce soir", a déclaré à l'AFP le directeur-général du WWF-France, Serge Orru.

"Maintenant, nous espérons que les forces de l'écologie feront comprendre qu'il est impératif que l'énergie réintègre ce ministère", a-t-il ajouté.

De son côté, le porte-parole de FNE, Benoît Hartmann, a fait valoir à l'AFP que "la dimension énergie était capitale pour faire un virage environnemental".

Le ministère de l'Ecologie, dont l'ambition était "d'articuler des thématiques qui se tiennent", "perd beaucoup de son pouvoir et de cohérence", a-t-il jugé.

Nicolas Hulot avait lui réclamé, à l'approche du remaniement ministériel, une "impulsion claire" en faveur de l'environnement, mettant en garde contre un retour en arrière "incompatible avec le défi écologique".

(©AFP / 14 novembre 2010 23h16) 

Lien permanent Pin it! Imprimer 4 commentaires

Commentaires

  • L'avantage, c'est que le PV va rester comme il l'est actuellement pendant un petit moment (il ne sera pas simple de coordonner l'écologie et l'énergie).

    L'inconvénient, c'est que le tout nucléaire a gagné et que l'avenir à moyen terme n'est plus du tout lisible (même si la semaine dernière la lisibilité n'était pas tip top)

    A+

  • tu crois que cela va les empêcher de remettre un claque tarifaire au PV pour la nouvelle année !?

    cdlt

  • C'est en effet une très mauvaise nouvelle, même si je comprend la logique d'avoir réuni l'industrie et l'énergie. J'aurais apprécié que le ministère de l'écologie obtienne l'aménagement du territoire pour compenser.

    A défaut, il va falloir croire en la volonté de M. Fillon de lutter contre les niches fiscales, et les inégalités et avantages qui avaient fait capoter la taxe carbone. Les lobbys du pétrole et du nucléaire bénéficient de nombreux avantages en France, je souhaite les dénoncer avec la plus grande force, parce que c'est le genre d'arguments auquel ce gouvernement ne pourra pas etre insensible.

    Pour l'avoir croisé une paire de fois, NKM n'est pas une potiche, son action devrait nous donner quelques satisfactions à un moment ou un autre.

  • Pour la pensée écologique tout a été dit ce weeck-end....

Les commentaires sont fermés.