Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Plan Bâtiment Grenelle : publication du rapport de Serge Lepeltier sur les énergies renouvelables

Plan bâtiment grenelle logo.jpgJe viens d'être nommé au Bureau du Comité stratégique du Plan Bâtiment Grenelle, piloté par Me Philippe Pelletier, ce dont je suis trés heureux. Je vais donc m'efforcer de vous donner le plus d'informations possibles sur l'activité de ce groupe d'experts et d'acteurs du bâtiment. Cette semaine, à noter, la publication du rapport piloté par l'ancien ministre de l'environnement Serge Lepeltier sur "l'application des énergies renouvelables appliquées au bâtiment".

 

Pour vous rendre sur le site du Plan Bâtiment grenelle, c'est ici.

Pour télécharger le rapport de Serge Lepeltier, c'est ici.

Lien permanent Pin it! Imprimer 2 commentaires

Commentaires

  • Merveilleux, bon courage :-)

  • Bonsoir Me Gossement, j'avais relevé cette info, je vous laisse le soin de la décortiquer. A bientôt.

    ______________________________


    LE MONDE | 07.10.09 | La norme HQE ? "Une usine à gaz"

    Le monde du bâtiment, en pleine mutation, se met enfin en marche pour construire et rénover "durable". Il se plie aux certifications et normes édictées. Mais une certaine confusion règne.

    L'association Haute qualité environnementale (HQE) a élaboré, dès 1996, une certification, basée sur 14 cibles (telles qu'un chantier propre, la gestion des déchets, la qualité de l'air, l'insertion dans l'environnement...). Le constructeur s'engage alors à être "très performant" dans au moins 3 de ces domaines, et "performant" dans 5 autres. La certification HQE se décline selon les types de bâtiments : logement, bureaux, hôtellerie, commerces... Dans le domaine du bureau et de l'enseignement, 322 bâtiments sont, aujourd'hui, certifiés HQE, et 700 sont en cours. "Heureusement, les efforts de nombreux maîtres d'ouvrage ne se résument pas à la démarche HQE et se font en dehors d'elle", juge Alain Bornarel, du bureau d'études Tribu, spécialiste des études environnementales dans le bâtiment : "HQE est, en effet, une "usine à gaz", avec une démarche prenant mal en compte l'insertion dans le territoire et les transports, sous-valorisant l'architecture, et survalorisant des équipements comme les chaudières à condensation ou les ventilations hygroréglables", argumente-t-il.

    Le ministère du logement édicte une réglementation thermique (RT) applicable aux bâtiments neufs, qui évolue tous les cinq ans, en améliorant chaque fois ses exigences de 15 % à 20 %. La RT 2000 a ainsi été remplacée par la RT 2005, qui s'applique à toutes les demandes de permis de construire déposées à compter du 1er septembre 2006. Une RT 2010 doit voir le jour, mais le Grenelle a décidé de faire un saut qualitatif plus grand encore, à partir de 2012. Les opérations dont les demandes de permis de construire sont postérieures au 1er janvier 2013 devront donc être des bâtiments basse consommation (BBC), soit, pour le logement, ne consommer que 50 kilowattheures par mètre carré et par an (kWh/m²/an), et, pour les bâtiments tertiaires, consommer deux fois moins que ne l'exigeait la RT 2005. Il s'agit, en outre, de la consommation d'énergie primaire, pas de l'énergie finale consommée dans le local. "Ces calculs sont théoriques et réglementaires. La consommation réelle est plus proche du double de ces valeurs", souligne Alain Bornarel.

    Par Isabelle Rey-Lefebvre - Le Monde, 7 octobre 2009.

    Source : http://www.lemonde.fr/planete/article/2009/10/07/la-norme-hqe-une-usine-a-gaz_1250572_3244.html

Les commentaires sont fermés.