Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

AFP : La France contrainte d'importer de l'électricité à cause des grèves

ligne tht.jpgVoici une dépêche AFP malheureusement trés intéressante.

(AFP) PARIS — La France a été contrainte d'importer de l'électricité lundi et mardi à cause des baisses de production décidées par les grévistes d'EDF, a indiqué le Réseau de transport d'électricité (RTE), gestionnaire du réseau de lignes à haute tension.

Ces importations ont duré pendant l'ensemble des deux journées, sauf entre 3h00 et 5h00 du matin lundi, selon le site internet de RTE, filiale d'EDF.

Le maximum d'importation prévu était de 6.388 mégawatts (MW) lundi entre 8h00 et 9h00 et de 7.O39 MW entre 12h00 et 13h00 mardi, a précisé cette porte-parole.

La CGT de l'énergie, majoritaire chez EDF, avait annoncé lundi son intention de "durcir les actions" contre la réforme des retraites, notamment en baissant la production des centrales électriques.

La production d'électicité a baissé d'environ 5.000 MW lundi et mardi, a indiqué à l'AFP Marie-Claire Cailletaud, porte-parole de la CGT-Energie.

"Nous avons baissé lundi et mardi la production de 3.000 MW sur les centrales nucléaires et 2.000 MW sur les centrales thermiques pour un total de 5.000 MW", a indiqué la responsable syndicale.

Pour Mme Cailletaud, "il n'a été possible de baisser la production que sur 24 tranches nucléaires car 18 centrales sont à l'arrêt et ce n'était pas possible sur 16 autres pour différentes raisons".

"La direction d'EDF a envoyé ce matin (mardi) des messages interdisant de baisser plus la production. Cela prouve qu'il y un gros problème", a ajouté cette responsable CGT pour qui "les importations coûtent plus cher que la production française".

 

Lien permanent Pin it! Imprimer 2 commentaires

Commentaires

  • Soit, mais l'an dernier (cf rapport d'activité de RTE 2009) la France a été importatrice nette d'électricité sur une période inhabituelle et cela n'avait rien à voir avec les grèves... Je pense que l'argument selon lequel l'électricité importée est plus chère demande à être vérifié. Avec la bourse d'électricité qui "fixe" les prix, et qui n'a rien ou pas grand chose à voir avec le coût de production (lui-même sujet à caution, nucléaire oblige...) difficile à dire. A vérifier aussi : son contenu en CO2, vraisemblablement plus élevé que le kw français ?

  • La cgt se met le doigt dans l'oeil jusqu'au cerveau.

    On ne peut réduire la production qu'en ralentissant les générateurs et non les cœurs fissiles qui eux continuent la production de chaleur :
    Outre le manque à gagner sur les MW au prix de gros se pose le problème du surcoût de refroidissement ou des potentiels températures critiques, de la stabilité des réseaux etc.

    D'autre part le prix du KWh allemand se situe autour des 15cts alors qu'ils ont moins de problématiques liées au retraitement, au stockage des déchets, à la remise en état des centrales ou la provision pour démantèlement.
    Le prix du KWh italien se situe autour de 17cts
    Etc.
    La différence des prix est inversement proportionnelle à la participation des fonds publics sur les problèmes sus-cités et non à la proportion d'elec
    nucléaire.
    La preuve, les chinois qui ont peu de centrales de ce type fournissent à 3cts. Et là on ne peut accuser la main d'oeuvre... D'autant que la grande majorité de ces dernières ont été installées par les français et allemands.

    Bref, et globalement ce que je retiens c'est les risques sanitaires directs et induis par le comportement des salariés d'EDF.

    Les opérations qui ont générés 2 accidents sur l'A6 l'autre matin dont on ne parle pas alors qu'il y a eu un blessé grave. La pénurie de carburant qui met en péril les patients suivis à domicile. Les gens qui sont en train de perdre leurs salaires pour que d'autres protègent leurs retraites. Mais tout va bien dans ce pays où tout fonctionne à l'envers.

    Bien à vous

Les commentaires sont fermés.