Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Electricité : l'Etat contraint d'étudier une hausse des prix (Les Echos)

les_echos.jpgA lire absolument, cet article publié ce matin par Les Echos et qui suscite déjà de nombreux débats.

Lien permanent Pin it! Imprimer 9 commentaires

Commentaires

  • Bonjour à toutes et à tous,

    J'ai pris connaissance de cet article ce matin, et je tombe littéralement de l'armoire.
    Les hypothèses et les données retenues sont mensongères et relèvent de la manipulation grossière :

    Se baser sur la totalité de la CSPE pour justifier le déficit d'EDF en incriminant le photovoltaïque est une aberration. Le photovoltaïque représente moins de 5% de cette CSPE !! Il ne peut donc pas être la cause du manque à gagner d'EDF !!!

    On voit bien aujourd'hui, avec le retrait de Constellation aux USA, les déboires finlandais, qu'EDF cherche à récupérer de l'argent frais pour rassurer les marchés financiers. Les EPR et le nucléaire sont un véritable gouffre, que dis-je, un abîme, pour les comptes d'EDF.

    Cette fois-ci, c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase photovoltaïque.
    Nous avons compris, nous sommes les méchants acteurs d'une filière française qui nuit à tout le monde, l'Etat, les français, le réseau ERDF....Le Grenelle est mort et enterré pour le solaire, j'ai l'impression que nous nous sommes fait complètement avoir, nous avons été incité par l'Etat a nous investir dans cette filière, et voila qu'aujourd'hui nous sommes le Diable.

    Cet article des Echos est pour moi une véritable bombe, une bombe....nucléaire.

    Louis R., investisseur dans le solaire.

  • Cette situation serait risible si elle ne prêtait à pleurer...

    D'un côté vous avez EDF qui milite contre le photovoltaïque en France mais qui investit à l'étranger et qui soutient l'implantation d'intérêts américains en France (FirstSolar) sur le couche mince. Pour cela ils émettent via leurs spécialistes et réseaux (SER, CLER, CRE, ministère) des infos-intox.

    De l'autre vous avez des députés, l'IGF et les services de M. Caranco qui reprennent en cœur les affirmations d'EDF pour expliquer la déconstruction de la filière photovoltaïque.

    Chacun s'appuyant sur l'autre pour justifier son argumentaire...

    A côté des groupes d'experts indépendants remettent en cause les analyses d'EDF, les associations pointent les égarements du nucléaire et la grosse difficulté à se financer pour le couple ErDF-EDF mais ils restent inaudibles tant les élus de tous poils se fichent des potentiels de la croissance verte et de notre indépendance énergétique.

    Enfin de nombreux éléments tendent à confirmer la manipulation mais personne ne semble le voir. Pire, si EDF n'est pas en soi un individu avec une morale propre on peut s'interroger sur l'éthique de ses employés qui, au mieux, acceptent dans le silence :
    EDF refuse de rentrer au capital d'AREVA faute de moyens
    EDF veut se séparer d'EDF EN pour se refinancer et supprimer une branche contradictoire/incompatible avec la stratégie/le lobbying du groupe.
    EDF, comme GDF s'allient avec les chinois pour le gaz et le nucléaire dans le dos d'AREVA, qui, il faut le rappeler, n'existe que par le financement de nos impôts.
    EDF souhaite reprendre la main sur la problématique du stockage des déchets radioactifs car n'est pas du tout content de l'évaluation à 35 milliards d'euros faite par le CEA.

    Le plus gros des mensonges selon moi, c'est le coût réel de l'électricité en France.
    Personne n'a en effet comptabilisé le financement de la nation (nous par nos impôts) en dehors du prix de vente du kWh d'EDF and co avant 2000, du coût d'entretien et du démantèlement des centrales (que Le royaume uni vient par exemple d'évaluer à plus de 110 Mds € pour ses 32 centrales).
    Posons nous les bonnes questions :
    Combien faut-il vendre de kWh pour amortir ses charges ?
    Combien coûte réellement le kWh et qui paye la différence (même si c'est moins qu'auparavant) ?

    Ces questions sont primordiales car il est difficilement supportable économiquement pour EDF d'avoir à assumer ce que l'État ne financera plus.

    Prenons moins d'impôts aux gens et augmentons d'autant le prix du kWh...
    Les avantages :
    Faire apparaître le prix réel du kWh en évitant les tours de passe-passe
    Augmenter le CSPE mécaniquement et donc soutenir les ménages fragiles (ceux pour lesquels EDF s'est fait taper récemment sur les doigts...), et les EnR de substitution au nucléaire.
    Faire participer tous les énergéticiens, y compris étrangers, au coût réel du réseau français en réaffectant comptablement les coûts prélevés sur le kWh.
    Implicitement éviter le principe illégal des marges compensées, ou le soutien abusif à une entreprise nationale (règles internationales).
    Etc

    Bien à vous

  • Petit oubli :
    Si l'on souhaite inciter les ménages à réduire leurs consommations, à privilégier les mesures d'économie, si l'on souhaite pouvoir affecter la production aux nouvelles technologies comme la voiture électrique et ainsi réduire la note du pétrole et la pression qu'elle fait supporter à la balance commerciale, il faudrait peut-être vendre l'électricité àsonvrai prix...
    Les italiens l'estiment à 0,17 €/kwh et les allemands à 0,15 contre 0,9 en France.
    La tendance montre un évolution vers 0,2
    Cette tendance était d'ailleurs actée par l'Etat dès 2006quand les tarifs PV ont été mis en place et la parité réseau discutée...

  • Attention mon cher,

    Le CLER n'a rien à voir avec les autres réseaux dont vous parlez. Cette confusion fait perdre crédibilité à votre commentaire, pourtant intéressant.

    Je vous renvoie sur le site du CLER pour bien comprendre qui est cet acteur.

    Pour le reste, je suis amplement daccord.

  • @Aristote
    On va dire qu'il s'agit d'un "lapsus".
    Vos travaux sont, semble-t-il, relativement objectifs.
    Votre organisation a toutefois été citée il y a peu notamment au sujet d'un document confidentiel du SER, construit autour des souhaits d'EDF, qui s'est retrouvé dans les mains de l'IGF.
    De mémoire, votre organisation a été initiée/souhaitée par le ministère ; celui là même qui cherche des sacrifices sur l'autel d'EDF.

    Enfin, et même si vous étiez les rares exceptions du milieu, par où sont passés les experts énergéticiens en France ?
    IMSRA, GANIL, SACLAY, ALSTOM, ex COGEMA, EDF, etc...
    Mais peut-être n'en avez vous pas en votre organisation.

    Il y a tellement peu d'organisations audibles qui luttent face aux contre-vérités de toutes sortes, et face à l'omniprésence des stratèges EDF, on a de quoi devenir paranoïaques.

    Il ne se passe pas une journée sans que l'on apprenne qu'une commission, une sous-commission, un comité, a été alerté par ErDF-EDF et qui ne reprenne l'argumentaire en vu de paniquer le quidam et son représentant élu.

    A n'en pas douter, les élections régionales se seraient passées différemment, EDF aurait plus de difficultés à trouver des oreilles bien veillantes, ou pour le moins, des relais crédibles.

    Bien à vous

  • Pendant ce temps, la filière tente de communiquer mais est-ce que les jeux ne sont pas déjà faits ?

    http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/energie-environnement/actu/020852982233-les-six-verites-de-la-filiere-photovoltaique.htm

    http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/energie-environnement/document/020856608606-photovoltaique-la-defense-de-la-filiere-francaise.htm

  • La messe est déjà dite (cf. Remarques de Mme Lagarde sur PV et M. Borloo sur le champion national).

    Cela n'empêche pas de les mettre face à leurs responsabilités.

    Le lobby des couloirs et salons tablait que la filière était trop jeune et pas assez structurée et solidaire pour communiquer et dénoncer de façon argumentée l'ensemble de contre-vérités relayées par des élus sous tutelle technique (ou autre ?).
    Le verrouillage des associations, syndicats, comités, et différents groupes d'experts par une société sans aucune éthique et morale devait bloquer toute révolte.
    Cette dernière n'est pas souhaitée par l'Etat au point qu'il fallait éviter de légiférer publiquement en passant par le parlement.
    De petits amendements discrets dans la loi de grenelle pour éviter le débat et fermer la porte aux procédures.
    Pour lui, et dans ce domaine, les conflits sociaux sont une aubaine de plus pour bidouiller contre les citoyens et les PME.
    Nous sommes en phase finale de désindustrialisation souhaitée par nos énarques.

    Procédures, communications, contre-feux, sont les seules armes dont disposent les PME.

    Bien à vous

  • Je vous conseille de lire le livre 'le monde selon Mosanto'.

    Vous y retrouverez toutes les collusions actuelles entre EDF et l'état; la méthode mensongère (rester droit dans ses bottes et maintenir coute que coute le discours; au final c'est celui là qui prévaudra fasse à la multiplicité des autres interprétations), etc.

    MDR

  • Info en provenance du site internet de EDF EN

    Capacités solaires installées d’EDF EN en france au 30 juin 2010 : 53,2 MWc
    Capacités solaires en construction d’EDF EN en france au 30 juin 2010 : 110,4 MWc

    EDF EN est producteur d'électricité renouvelable:
    Quel est le prix auquel EDF EN vend son kWh photovoltaïque ?
    A qui EDF EN vend-il sa production ? Est-ce à EDF OA , comme la majorité des petits producteurs d'électricité ? Il me surprendrait que ce soit à ENERCOOP...
    Qui a installé ces générateurs photovoltaïques ? EDF ENR ?
    Qui achète les modules ? EDF ?
    A qui sont achetés ces modules ? Yingli, Suntech, Solarfun, First solar, Unisolar, Tenesol ?
    Ha tiens oui ! Il y a un français. hum ... ha ben tiens ? C'est encore EDF ...

Les commentaires sont fermés.