Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Invité de Denis Cheissoux - CO2 mon amour sur France Inter à 14h

co2-amour-sur-france-inter-L-1.jpgJe suis invité aujoud'hui dans la si belle émission "CO2 mon amour", présentée par Denis Cheissoux avec l'aide - notamment - de la dynamique et très sympathique Marion Lelay. Un grand merci à eux pour leur contribution aussi efficace qu'intelligente à la défense de la terre. L'émission est diffusée sur France Inter à 14h le samedi.

Lien permanent Pin it! Imprimer 6 commentaires

Commentaires

  • Bonjour,
    J'ai entendu votre intervention sur france inter ce samedi. Il faudrait prendre quelques précautions avant de promouvoir les"créations d'entreprise pour la pose de panneaux photovoltaique" Je vous invite à prendre quelques informations sur le nombre de litiges ou malfaçons (voir "que choisir")
    il ne faut pas pleurer sur le manque de visibilité suite aux nombreux changements de financements. En effet les principaux bénéficiaires des credits d'impots ne sont pas les particuliers, mais indirectement les speudo poseurs qui augmentent leurs tarifs et ainsi s'accaparent les fameux crédits d'impots. De plus ces "jeunes entreprises dynamiques" sous-traitent à des tacherons la pose et la reprise de toitures.
    A vous lire
    Salutations
    PS

  • Il ne faudrait pas faire une généralité à partir de quelques pseudos artisans, d'ailleurs qui souvent s'affichent sous le label (de la couleur de la mer par beau temps...), une généralité.
    Tout métier et tout secteur d'activité comprend ses incapables et ses escros... Inutile donc de stigmatiser une profession.
    Quant à vos idées reçue sur le coût réel d'une installation PV, et sauf à vendre du chinois bas de gamme sans garanties annexes, sans suivi, sauf à bosser seul sans employés dans son garage, etc, je peux vous garantir que les marges de ceux qui bossent correctement avec l'espoir d'être encore là dans quelques années sont assez faibles.

    En gros pour vulgariser, au regard du coût du Wc et de la main d'oeuvre, au dessous 16-17k€ mieux vaut se reconvertir ou choisir le RSA, cela présente moins de risques et moins de stress. D'autant que l'artisan du coin aura rarement la faculté de négocier du volume.

    Enfin, plutôt que de jeter le bébé avec l'eau du bain il serait peut-être plus judicieux d'exiger la validation des installations par un bureau de contrôle.
    Bien à vous

  • Concernant les pseudos poseurs :

    Pour information : depuis avril 2010 toute installation avant d'être raccordée au réseau doit obtenir une attestation du Consuel.
    Cela préserve donc les clients des "pseudo électriciens".

    Concernant la pose en tant que telle : sachez qu'il existe 2 qualifications QualiPV.
    QualiPV E = Electricité
    QualiPV Bât = Couverture.

    Pour éviter les pseudos poseurs, exiger de votre installateur qu'il est la double qualification QualiPV E et Bât, exiger qu'il également une décénale Electricien/couvreur Zingueur. Cela vous procurera une double garantie : sérieux du travail et zéro sous traitance.

    Concernant l'Artisan du coin : sachez qu'il est bien plus sérieux qu'une sté Commerciale. En effet votre artisan à une réputation à maintenir sur un petit secteur géographique et est véritablement un professionnel. Il dépend de la chambre des métiers et des artisans (exigeance de qualifications et d'assurance).
    Les sté commerciales, elles, sont inscrites à la chambre de commerce (pas de dipôme exigé, pas de décénale obligatoire). Elles rayonnent dans toute la France et emploient principalement des commerciaux. Ce sont ces sté qui sous traitent à des tacherons.

    En conclusion oui il y a des escrocs, généralement des sté à vocation commerciale qui surfent tous les ans au gré du vent sur les secteurs porteurs ; et des installateurs sérieux.
    Il suffit d'exiger zéro sous traitance, décénale et double qualiPV e et Bât = Installateur sérieux.

  • Comme toujours il faut éviter les raccourcis et le déni de réalité. Il faut également éviter de se justifier en accusant l'autre. Tout cela laisserait, sinon, supposer que les accusateurs ont raison.

    Oui il y a eu des mauvais et des escros. Dans le bâtiment et l'immobilier on les connaît bien... De vraies sauterelles qui épurent des secteurs et se barrent ailleurs. La veille boulanger le lendemain couvreur. Un stage quali'PV que même ma grand mère de 96 ans pourrait faire... De plus la formation d'électro technicien n'a rien à voir avec le savoir faire du Bon couvreur formé sur le tas par les anciens et qui ne nécessite pas de bac+2. Enfin aucune décennale ne couvrira les chantiers si vous n'avez pas la main d'oeuvre spécialisée et le d'année suffisants. Quant à cette dernière, elle ne couvre pas le photovoltaïque automatiquement ; il faut bien s'assurer que le PV est considéré comme un matériel usuel.

    Il y a les pro du commerce à l'ancienne qui ouvrent et ferment les boites en fonction des opportunités.

    Bref, tous ces exemples ne reflètent pas pour autant la grande majorité des situations.
    Concernant le consuel, qui avait "impartialement" alerté le gouvernement je rappelle qu'ils ne couvrent pas les risques liés au système d'intégration et aux malfaçons de couverture (étanchéïté dans le temps). Un véritas ou socotec aurait à mon sens mieux fait l'affaire. A ce propos, nous n'avons pas attendu une loi pour y avoir recours depuis 2 ans afin de sécuriser les investissements ; et nous ne sommes pas seuls...

    Finalement, et de mon point de vue, je pense qu'il vaut mieux intégrer des installateurs salariés dans une grosse structure avec des chefs de chantier, des formations et des contrôles que de faire appel à des "tout corps d'état", bien souvent le maçon associé à un plaquiste qui sous traite élec et couv...

    Bien à vous

  • Bonjour,
    pour votre information, un site d'archives non-officielles de l'émission est disponible à l'adresse suivante : http://www.co2monamour.net/
    Cordialement
    Jocelyn

  • Cher Socrate,

    Nous nous sommes pas du tout compris.

    Il ne faut effectivement pas faire appel à un artisan tout corps d'état.

    Je préconise un artisan installateur solaire ayant :
    - décennale plombier chauffagiste (pour les CESI)
    - décennale électricien avec extension photovoltaïque (pour le photovoltaïque)
    - décennale couvreur zingueur (pour la pose des panneaux en toiture- surtout en intégration!)
    Bien sur pour avoir ces 3 décennales il faut les compétences en interne (patron-salariés).
    - Qualisol et QualisolCOMBI (pour CESI et chaufage solaire)
    - QualiPV E (pour la partie Electrique)
    - QualiPV Bât (pour la pose des panneaux sur le toit)

    Toutes ces préconisation permettent d'avoir un artisan fiable, qualifié et ZERO SOUS TRAITANCE (ce qui évite bien des litiges en cas de problème : c'est pas moi c'est lui...).

    Enfin concernant le contrôle CONSUEL, sachez que Véritas ne fait pas mieux. En effet lors des contrôles Véritas pour les > 36 KwC, Véritas ne contrôle lui aussi que la partie électrique.
    Donc pour se prémunir des problèmes d'étanchéité prendre un installateur compétent (conf mes préconisations).

    Il est domage qu'aucun avertissement dans ce sens ne soit fait à l'echelle nationale, car les quelques "Baltringues" du secteur descrébilisent l'ensemble du secteur.

    Bien à vous

Les commentaires sont fermés.