Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Solaire : tribune dans "Les Echos"

Logo_LesEchos_0001.jpgJe viens de publier une tribune dans l'édition de ce jour du quotidien "Les Echos". Vous pouvez en télécharger le texte ici. Je vous en souhaite bonne lecture et reste attentif à vos commentaires.

Lien permanent Pin it! Imprimer 9 commentaires

Commentaires

  • "Au risque aussi d'une fuite des cerveaux verts, c'est-à-dire tous ces jeunes actifs qui veulent travailler dans les secteurs de l'énergie propres et que nous sommes en train de décourager" +1

  • Il est absolument évident que la politique gouvernemenatle vise à supprimer au maximum toute possibilité de création individualisée d'énergie pour que l'énergie reste le monopole du pouvoir ou de ses délégués comme EDF et Areva. Il faut à tout prix protéger le nucléaire quel qu'en soit le prix et les conséquences envirfionnementales. On le voit bien en constatant la multiplication des freins réglementaires apportés au solaire comme à l'éolien où ce qui est permis reste uniquement à la portée des groupes financiers. C'est une politique cohérente : celle de l'appropriation systématique de tous les pouvoirs par Sarlozy et ses alliés. On ne se donne même plus le mal de mettre un masque !

  • Concernant les couts annexes du prix de l'énergie, il est à remarquer que c'est le jour du 15 Août que le gouvernement a choisi pour publier au journal officiel le montant du grand emprunt alloué au stockage des déhets du nucléaire. Le hazard ?

  • Très bonne tribune. Félicitations Maître !

    Je pense que l'Etat est devenu Autiste ; qu'il s'est enfermé sur lui-même avec pour seuls conseillers, des gens qui reçoivent ou conçoivent des analyses biaisées ou volontairement orientées... de la désinformation. Les élus du gouvernement n'ayant pas les compétences techniques nécessaires, la situation du pays étant menacée par les agences de notation, sa base électorale déstabilisée par la crise et sa gestion, et ses élus locaux qui commencent à quitter le navire, nous ne sommes pas prêt de sortir de l'obscurantisme nucléaire. En effet, ils ont délégué totalement leur travail aux administratifs, qui eux ne s'embarrassent pas "des formes" car ne craignant rien pour leur avenir. Ces derniers font une sorte d'opposition opératoire à l'organe stratégique...

    Vous avez donc d'un côté des élus qui veulent et des administrations qui cassent... D'où le sentiment de schizophrénie ambiante. Ce qui vaut à mon sens dans presque tous les ministères pilotés par des vrais politiques.

    Bien à vous

  • Droite, gauche... je pense que si c'était la gauche il ne ferait pas mieux (ni pire...) c'est simplement les lobby (nucléaire ?) qui exercent leur pression et tirent les reines. Comme vous le dites après avoir attaqué l'éolien, ils avaient le photovoltaïque en ligne de mire, qui sera le prochain ? Je pense qu'on va tous faire comme jean louis, à savoir prendre l'apéro ce soir avec ce soleil caniculaire pour oublier tout ca...

  • Effectivement... Déjà parce qu'il n'y a aucune opposition sur les décisions en matière d'urbanisme et d'énergie. Sujet non consensuel ou incompétence ou sans intérêt stratégique politique. Il suffit de les voir en commissions parlementaires se coucher devant les arguments des anti EnR... Affligeant !

    Tant que l'Etat sera dirigé par les administratifs et encadrés/conseillé par des lobbies ou des gens issus ou formés chez les énergéticiens historiques (CRE, CSE, CLER, ...ministère et syndicat SER) le développement durable ne sera jamais que de la prose sous forme de vœux pieux... Le papier ne refuse jamais l'encre et ils le savent.

    J'en veux pour preuve la remarque d'un directeur de cabinet, pour ne pas le citer, qui lors d'un RDV de présentation de dossier expliquait : "les énergies n'ont pas vocation à financer des activités"... et par extension les emplois qui vont avec..

    Bien à vous

  • Tribune intéressante. Il me semble toutefois qu'au-delà de la gouvernance, vous omettez un aspect essentiel : l'amélioration de l'efficacité énergétique des panneaux solaires. Actuellement, le rendement est médiocre et le coût du solaire élevé. Il convient donc d'en augmenter le rendement et d'en diminuer le coût. Et pour cela, il faut financer la recherche.

    La R&D en matière d'énergies renouvelables est loin d'atteindre les niveaux du nucléaire en montant. Pourtant, les progrès sont déjà conséquents. Ainsi, à Estinnes, un parc avec des éoliennes de 6MW est-il en fonctionnement. Avec les améliorations potentielles sur le modèle installé, on peut espérer monter à 7,5MW de puissance par éolienne.

    Plusieurs groupes se sont lancés dans la course à l'éolienne de 10MW voir de 20MW en utilisant le principe de sustentation magnétique développé pour les trains à très grande vitesse et en appliquant aux rotors d'éoliennes.

    Le développement des panneaux solaires organiques à couches minces vient d'atteindre les 15% de rendement.


    Enfin, il convient d'équiper en priorité les bâtiments existants que de développer des parcs au sol.

    Précision utile : votre papier est librement accessible sur le site du quotidien Les Echos à l'adresse suivante : http://www.lesechos.fr/info/analyses/020742754801-filiere-solaire---surchauffe-ou-douche-froide--.htm

    Une version en pdf est même disponible gratuitement à cette même adresse. Le qualité du document est tout de même meilleure.

  • Remarquable

  • Je ne pense pas que ce ,n'est une question de culture mais de politique tout simplement

    et c'est clair l'electricité verte ne passera pas par la france
    des études de lettres semblent être la bonne voie pour bosser dans ce secteur afin d'analiser tous les 6 mois les nouveaux arrétés


    espérons que les verts vont présenter un candidat en 2012

    encore bravo pour votre blog

    GEM
    Green Electric Man

Les commentaires sont fermés.