Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'engouement pour le solaire engendre des risque de coupure d'électricité (AFP)

centrale_solaire_Reunion.jpgCette déclaration de la présidente d'ErDF à l'AFP devrait faire grand bruit... 

Pour Madame Bellon, les raccorcement d'installations de production d'énergie solaire au réseau sont manifestement trop nombreux et pourraient créer des «risques de black-out complet par surtension»

La faute à l'effet d'aubaine créé par les tarifs d'achat. Si on lit entre les lignes, on peut penser qu'il s'agit là en effet d'une nouvelle charge contre ces tarifs d'achat décidément bien chahutés depuis le début de l'année.

AFP : L'engouement pour le solaire engendre des risque de coupure d'électricité

PARIS (France), 22 juin 2010 (AFP) - L'engouement actuel pour l'énergie solaire photovoltaïque fait courir des risques de coupures d'électricité au niveau local, si la production dépasse la demande et provoque une «surtension», a mis en garde la présidente d'ErDF, Michelle Bellon mardi.

«Il y a en France un engouement un peu intéressé» pour le photovoltaïque «car il y a quand même un effet d'aubaine assez fabuleux» du notamment aux tarifs de rachat de l'électricité verte, a déclaré la présidente du gestionnaire du réseau de distribution d'électricité.

Cet engouement conduit à une multiplication extrêmement rapide du nombre de panneaux solaires installés en France, a-t--elle souligné.

Il y avait ainsi 45.000 panneaux photovoltaïques raccordés au réseau électrique d'ErDF à la fin 2009, selon elle.

«Nous nous attendons cette année à plus de 75.000 raccordements nouveaux, 120.000 l'année prochaine, 150.000 en 2012», a déclaré Mme Bellon.

«Ce qui veut dire qu'à fin 2013, nous devrions avoir plus de 500.000 producteurs décentralisés raccordés sur le réseau», a-t-elle affirmé au cours d'un colloque de l'Union française de l'électricité.

«Comment va-t-on gérer toute cette production non prévisible, aléatoire? Ca va être extrêmement complexe», a-t-elle pointé, soulignant que dans certains départements, «comme les Landes», les projets de raccordements photovoltaïques «sont à hauteur de 5 fois la consommation de pointe du département».

La présidente d'ErDF a estimé que cette situation faisait courir des «risques de +black-out+ complet par surtension» si les panneaux photovoltaïques se mettent à produire «plus que ce qu'on a besoin».

«Je suis assez inquiète car ça va très très vite. D'ici deux ou trois ans, on va être confrontés à de vrais problèmes d'équilibre offre-demande de la boucle locale», a-t--elle ajouté. 

Lien permanent Pin it! Imprimer 25 commentaires

Commentaires

  • C'est vrai qu'avec 2 centrales nucléaires dans le département de la Manche on ne dépasse pas la demande locale...

    Le réseau de transport d'électricité n'est pas segmenté et isolé.

    Et puis si l'on va dans ce sens là, cela ne laisse plus de place à d'autre source d'énergie que le nucléaire, charbon, gaz, et hydraulique, voir biomasse.

    La question que l'on peut se poser c'est comment font l'Allemagne et l'Espagne pour gérer cette problématique ?........

  • Il suffit de baisser le tarif de 0.58 € le kwh a 0.11 ou 0.15 pour freiner la ruée sur le solaire ; j' ai recu 4 ou 5 pubs allechantes pour " gagner de l' argent " avec ces panneaux : j' ai refusé car c' est le consommateur EDF qui paye tout cela , avec un supplément de 5 a 10 % en "prestations" sur ma facture; et ce n' est pas fini car il va falloir payer 5 Milliards par an pour les eoliennes de Borloo, le farfelu ! De 2010 a 2020 il faut payer 50 milliards pour financer les éoliennes offshore a 200 € le Mwh , 6 fois plus cher que le kwh nucléaire ! Il vaut mieux construire des centrales nucléaires sans gaz a effet de serre, c'est evident.

    Michel GUEGUEN
    Ingenieur

  • Le problème avec les évidences c'est qu'elles ne le sont bien souvent que pour peu de monde...

    Votre analyse, pour un scientifique, me semble bien réduite, ou réductrice, et limitée dans la mesure où elle se limite qu'à vos interprétations sur la base de "oui dire".

    Bref je n'ai pas les mêmes chiffres que vous...

    Réduire comme seule alternative à la politique environnementale en place la seule construction de centrales nucléaires qui n'ont vocation qu'à financer qu'une et unique filière là le monde entier mise sur d'autres recherches, pour des motifs purement comptable à court terme, en oubliant l'origine des fonds investis dans le nucléaire, me semble suicidaire à moyen et long termes.

    Bien à vous

  • Il suffit de stopper les subventions publiques au nucléaire et demander à des assureurs privés de gérer le risque pour freiner la ruée vers l'uranium !

  • @Michel GUEGUEN

    Je suis d'accord sur le fait que les panneaux solaires poussent beaucoup trop vite en comparaison des travaux d'amélioration de la performance énergétique des bâtiment (isolation, etc.) qui devraient être la priorité des investissements...

    Cependant, là où je ne suis pas d'accord, c'est lorsque tu dis "Il vaut mieux construire des centrales nucléaires sans gaz a effet de serre, c'est évident"

    Qu'entends-tu par gaz à effet de serre ? Il faut savoir que la vapeur d'eau est un gaz à effet de serre et que les centrales nucléaires en rejettent des quantités énormes pour le refroidissement de leurs circuits... Pour produire 1kWh électrique, la centrale nucléaire rejette 2 à 2.5kWh d'énergie sous forme de vapeur d'eau.

    Pour info

  • Gaz a effet de serre ; le CO2 , le methane, les fluorocarbones, etc .. La vapeur d' eau émise par les centrales nucléaires ne pollue pas , elle se mele aux nuages , dont elle est une partie infime . Lisez le livre de Claude Allegre " L' imposture climatique " , c' est tres bien expliqué ; il est bien sur, favorable au nucleaire de 4eme generation .
    La France ne produit que 1.3 % du CO2 mondial , presque rien par rapport a la Chine, aux USA ou la Russie ; l' économie que nous imposent Borloo ou Sarko, n' auront aucun effet sur le climat mondial . Cependant , il faut réduire notre consommation de pétrole qui deviendra rare et de plus en plus cher ; les ecolos allemands "rouge-vert" ont imposé la fermeture des centrales nucléaires en 2023, mais Angela Merkel n' est pas d' accord; le Canada construit du nucleaire et les Chinois en ont decidé une 10aine pour commencer , c' est mieux qu' une centrale au charbon, archi-polluante, par semaine !

    Michel GUEGUEN

  • Gaz a effet de serre ; le CO2 , le methane, les fluorocarbones, etc .. La vapeur d' eau émise par les centrales nucléaires ne pollue pas , elle se mele aux nuages , dont elle est une partie infime . Lisez le livre de Claude Allegre " L' imposture climatique " , c' est tres bien expliqué ; il est bien sur, favorable au nucleaire de 4eme generation .
    La France ne produit que 1.3 % du CO2 mondial , presque rien par rapport a la Chine, aux USA ou la Russie ; l' économie que nous imposent Borloo ou Sarko, n' auront aucun effet sur le climat mondial . Cependant , il faut réduire notre consommation de pétrole qui deviendra rare et de plus en plus cher ; les ecolos allemands "rouge-vert" ont imposé la fermeture des centrales nucléaires en 2023, mais Angela Merkel n' est pas d' accord; le Canada construit du nucleaire et les Chinois en ont decidé une 10aine pour commencer , c' est mieux qu' une centrale au charbon, archi-polluante, par semaine !

    Michel GUEGUEN

  • @Michel GUEGUEN

    Je suis d'accord sur le fait que les panneaux solaires poussent beaucoup trop vite en comparaison des travaux d'amélioration de la performance énergétique des bâtiment (isolation, etc.) qui devraient être la priorité des investissements...

    Cependant, là où je ne suis pas d'accord, c'est lorsque tu dis "Il vaut mieux construire des centrales nucléaires sans gaz a effet de serre, c'est évident"

    Qu'entends-tu par gaz à effet de serre ? Il faut savoir que la vapeur d'eau est un gaz à effet de serre et que les centrales nucléaires en rejettent des quantités énormes pour le refroidissement de leurs circuits... Pour produire 1kWh électrique, la centrale nucléaire rejette 2 à 2.5kWh d'énergie sous forme de vapeur d'eau.

    Pour info

  • Pour Socrate : les chiffres dont je parle sont tirés du Figaro, journal plutot serieux, a propos de la Loi NOME , qui a eté votée récemment par l' UMP , avec 251 voix pour ; je n' ai pas verifié le texte definitif , mais elle oblige EDF a revendre au prix coutant : 35 euros le Mwh, au lieu de 110 € apres les couts de distributions ; le PDG Saglio appelait cela " brader le courant nucleaire " ( 83.5 % sur mes factures EDF ) Par comparaison, les industriels de l' eolien exigent un prix de vente a EDF DE 200 € le Mwh , il s' agit du Projet de 25 000 Mw de Mr Borloo. Comme elles tournent a 22-25 % du temps , le rendement est mauvais , et le cout élevé; de plus les éoliennes offshore coutent au moins 2 fois + cher, la corrosion est elevée et les cables de raccordement sous- marins tres couteux . Au total cela coutera 5 Milliards d' Euros par an x 10 ans , de 2010 a 2020 soit 50 Milliards ! Qui paiera ? le client EDF comme vous et moi : regarder la partie "Prestations" ; cela ajoute 5 a 10 % a votre facture ! J' ai demandé a EDF : c'est pour payer les éoliennes et les energies renouvelables, merci. Il y a aussi une petite taxe de raccordement, ajoutée a l' abonnement ; objet : mystere !
    Il faut bien payer le bizness ecolo-climatique, puisque le Conseil Constitutionnel a liquidé la ridicule taxe Carbone de Sarko-Hulot, fort heureusement.

    Michel GUEGUEN
    Ingenieur Controleur de Gestion
    Contribuables Associés

  • Il est sur qu'en métropole nous allons dépasser les ratios qu'il y a aux Antilles, le gouvernement fait tout pour :))))))
    combien de coupures aux Antilles?

    si EDF espère motiver les locaux pour les Appels d'offres de renouvellement des concessions hydroélectriques, qu'elle continue comme cela, Arff!!!!

  • @ Gueguen Michel

    L'augmentation de 10% du tarif de l'électricité n'est pas seulement fait pour payer les énergies renouvelables. Ce que EDF a oublié de vous dire, c'est qu'ils vont avoir sérieusement besoin d'argent pour payer les investissements nécessaires à la prolongation de la durée de vie de toutes leurs centrales, et ce tous les 10 ans à partir des toutes prochaines années, et pour payer les indemnités de retard qui s'accumulent dans les constructions des 2 EPR en cours (Penly et Finlande).
    La question est alors de savoir si ces investissements ne vont pas à contre courant de la modification du paysage énergétique en cours.

  • C' est exact , EDF a besoin de capitaux pour renouveler le parc nucléaire ; il est donc aberrant de depenser 50 milliards pour des éoliennes qui ne marchent pas 75 % du temps ; de plus il n' y aucun bon fabricant francais : il faut les importer de Chine ou du Danemark ! Le paysage est saccagé par ces affreuses éoliennes, je prefere les moulins a vent de Hollande ; il y a 150 reacteurs nucléaires a renouveler dans le monde, et ce n' est pas l' eolien qui va les remplacer ; en France il faudrait une eolienne a tous les km pour pouvoir se passer du nucleaire ; c' est une reverie stupide d' écolo-Hulot pour le croire .

    Michel GUEGUEN

  • Mais la question n'est maintenant plus de savoir s'il faut investir dans les énergies renouvelables. Les états membres de l'UE se sont engagés à atteindre 20% d'énergie renouvelables dans leur consommation électrique d'ici 2020, la question est donc maintenant de savoir comment atteindre cette objectif et dans quelle direction il est nécessaire d'investir. La France a en effet complètement manqué l'avènement de l'éolien, aucune filière industrielle importante n'a émergée en France et on se retrouve à faire venir des éoliens de très loin. Et est ce que pour le solaire on va rester dans le même entêtement et étouffer la filière naissante en n'investissant pas dans le renforcement et la modernisation du réseau électrique nécessaire à son développement? Je ne suis pas contre le nucléaire mais je pense juste que c'est une technologie qui va maintenant devenir de plus en plus cher à construire, maintenir et exploiter et que la France, comme beaucoup d'autres pays, ne va rapidement plus avoir les moyens de cette technologie.

  • L' objectif de l' UE sur les energies renouvelables n'est pas de 20 % mais de 23 % : il est fortement remis en cause au Ministere de l' industrie ; seul Borloo y croit encore ; dans un livre interessant de Henri Prevot , Ingenieur general des Mines : " Trop de petrole " il a calculé le cout de cet objectif pharamineux , en Impot- Climat, devenu ensuite " taxe Carbone " : 420 € la tonne de Carbone ; Sarko l' a ramenée a 17 € par tonne CO2 : resultat un tollé general, tres justifié , et l' annulation par le Conseil d' Etat !
    Vu l'etat desastreux des finances publiques, en France et en Europe , il faudra reduire l'utopie des 23 % de renouvelables ; l' Etat n' est meme pas capable de regler le probleme de la pollution des eaux, les nitrates, et les algues vertes - ce qui est pourtant du ressort de Mr Borloo, alors pour les éoliennes offshore : des clous ! voir le rapport Ollier a ce sujet .

    Michel GUEGUEN

  • @Michel GUEGUEN

    On ne peut pas réduire la question des énergies renouvelables aux seules éoliennes.

    Il convient de rappeler que toute technologie, dans quelque domaine que ce soit, nécessite une phase d'investissement avant d'être économiquement rentable et viable.

    Le nucléaire a d'ailleurs eu cette phase qui a servi en même temps à financer notre indépendance militaire et énergétique. Ceci c'est fait avec les deniers publics et avec les factures des clients. Personne, à l'époque n'a trouvé à y redire. On peut dire dans ces conditions que la raison d'état (l'intérêt collectif) prévaut à la raison individuelle.

    Aujourd'hui nous voyons bien que dans les "pointes" l'électricité achetée coûte beaucoup plus cher puisque nous l'importons de pays voisins qui n'ont pourtant pas l'équivalent de notre parc nucléaire, alors que nous leur revendons pendant les phase d'effacement à moitié prix. Notre balance commerciale énergétique, alors que c'était notre fierté nationale, est complétement pourrie.

    Différentes études indépendantes montrent qu'en annexant tous les coûts réels liés au nucléaire (connexes et annexes) le prix du MW tourne autour des 120 €. C'est à dire qu'en ajoutant les coûts de transport et de distribution nous vendons à perte.
    Qui assume cette perte ? Le contribuable... Ce dernier qui paiera et paiera encore puisqu'on va donner 50% de la production qu'il a payé à des investisseurs internationaux.

    A cela il convient de rappeler que les premières centrales de 1ère et 2ème génération arrivent sur le marché asiatique, qui en passant a soufflé un marché (Dubaï) au consortium EDF/Areva. Elles coûtent 2 fois moins cher.

    Parallèlement, les Etats Unis et la Chine viennent de provisionner plusieurs centaines de milliards à destination des EnR pour renforcer le développement et les avancées technologiques. Nous ? Nous nous obstinons à développer une filière en forme d'impasse puisque de moins en moins compétitive...

    L'Eolien n'est effectivement pas une alternative viable au regard des technologies utilisées, des problèmes causés sur la gestion de la production globale, de l'incapacité à stocker à bas coût, des nuisances de proximité, etc.. Pourtant cette énergie reste intéressante dans certaines régions très ventées. Et prendre le risque de laisser cette technologie aux asiatiques c'est prendre le risque d'avoir un jour une source énergétique de substitution hyper-rentable non accessible à notre industrie. Sur l'aspect visuel, entre une centrale thermique, nucléaire, et un parc éolien je ne puis dire à titre personnel ce qui est le plus beau pour le voisinage...

    Il reste, en attendant d'autres avancées technologique, ceci afin de ne pas être largué par les autres pays, l'hydoélectrique, la biomasse, le photovoltaïque, le thermodynamique.

    Pourtant il existe de très gros freins qui se créent au fur et à mesure des engagements politiques, au point de créer un vrai millefeuille administratif et juridique digne de l'époque des soviets. Pourquoi ? Parce qu'il existe un vrai contre pouvoir qui contrôle l'administration de l'état et son conseil.

    Enfin, il faut absolument éviter de faire de la comptabilité de court terme, bien souvent utilisée à des fins populistes...

    Bien à vous

  • Pour les USA , il est en effet temps de faire des provisions sur les ENR, vu que c' est le plus gros pollueur en CO2 de la planete, apres les Chinois : 21 % du total mondial , avec 22 tonnes CO2 par habitant ; en plus, ils ont refusé de signer le traité de Kyotto; en France , ce n' est pas du tout le cas : 1,3 % du total mondial, et 4 tonnes par habitant .
    Donc cela ne sert a rien pour le climat
    Cordialement

    Michel GUEGUEN

  • Pour les eoliennes, lisez l' article de Valeurs Actuelles du 6.08.2009 : " Une duperie au nom de l' economie " Comment voulez vous faire croire qu' une machine avec un rendement aussi faible, soit valable economiquement " ?

    Michel GUEGUEN

  • Je rectifie : " une duperie au nom de l' ecologie "

  • @Michel GUEGUEN

    "Gaz a effet de serre ; le CO2 , le methane, les fluorocarbones, etc .. La vapeur d' eau émise par les centrales nucléaires ne pollue pas , elle se mele aux nuages , dont elle est une partie infime . Lisez le livre de Claude Allegre " L' imposture climatique " , c' est tres bien expliqué"

    Je n'ai pas dit que la vapeur d'eau polluait l'atmosphère. Ce que j'ai tenté de vous expliqué, c'est qu'une centrale nucléaire a un très mauvais rendement (environ 30 à 35%) puisque pour produire 1kWh d'électricité, il faut utiliser 3 à 3,5kWh d'énergie (dégagement de chaleur issu de l'uranium). Vous qui parlez de rendement, vous pourrez ainsi comparer ce rendement au rendement d'une éolienne qui, dans une zone relativement bien ventée, peut atteindre un rendement de 40 à 60%.

    Et pour ce qui est de l'impact visuel d'une éolienne, alors que vous dites "affreuses éoliennes", quel adjectif utiliseriez-vous pour qualifier une centrale nucléaire ou thermique à proximité de votre village ?

    L'uranium, c'est comme le pétrole, un jour il n'y en aura plus, il faut donc en utiliser le moins possible. Aujourd'hui, il faut donc majoritairement investir en vue de réduire les besoins énergétiques (isoler les bâtiment, réduire les gaspillages, etc.) puis se poser la question de comment nous approvisionner en énergie (solaire, géothermie, éolien, etc., et nucléaire bien sûr puisque certaines applications comme le transport ferroviaire ou l'industrie ont des besoins énergétiques tels que l'électricité est indispensable).

    Le gros problème en France, vis à vis de l'électricité, c'est que nous la consommons pour le chauffage, ce qui créé des besoins énormes en hiver. Je ne sais pas ce que vous en pensez mais pour moi, utiliser de l'électricité pour chauffer les lieux de vie est une aberration quand on sait qu'un bâtiment bien conçu (un bâtiment passif par exemple) peut quasiment subvenir à ces besoins pour le chauffage grâce au soleil. Sans rentrer dans des notions d'énergétique, je vous conseille de lire cet article pour que vous puissiez vous rendre compte de l'aberration que constitue le chauffage électrique et ses conséquences : http://www.journaldelenvironnement.net/article/pointe-electrique-les-pouvoirs-publics-ne-s-attaquent-pas-au-probleme,9919

    Par ailleurs, vous qui dite que le nucléaire n'émet pas de CO2, je vous conseille de lire cet article : http://www.global-chance.org/spip.php?article93

    Bonne lecture.

    Pour en parler...

  • @ Michel GUEGUEN :

    Concernant le livre de Claude Allègre, qui selon vous explique très bien, je vous conseille de lire cet article qui remettra certainement en cause une bonne partie de ce fameux livre a pu vous faire assimiler : http://www.manicore.com/documentation/serre/ouvrages/verite.html

    Encore une fois, bonne lecture.

  • Michel : l'article de départ est le PV, pas l'éolien.

    Nous polluons moins que les autres, donc nous n'avons pas notre responsabilité? Pourtant nous polluons énormément plus que d'autres pays.

    Comment chiffres tu la pollution du nucléaire (déchets, extraction, transport, course au nucléaire servant l'alibi - CF Iran - risques environnementaux réels sur les fleuves: en lisant d'autres rapports que ceux d'EDF, etc.)

    N'oublies pas non plus le coût réel de l'électricité nucléaire. De toute les manières, nous allons bientôt la payer au prix réel puisque EDF est maintenant tenu de vendre le nucléaire à ses concurrent (Poweo, etc.) donc elle ne pourra plus cacher le prix réel de production/entretien/démantèlement pendant 10 ans. Il va falloir mettre le vrai prix. et en ajoutant le mixte actuel (hydraulique qui est en concession renouvelable actuellement), le pétrole, etc. nous allons avoir un véritable prix de l'électricité dans quelques courtes années. Nous reparlerons du rendement des ENR tels que le PV. et du montant réel des aides nucléaires par rapport aux ENR actuelles.

    Tout comme le nucléaire, qui n'est pas la solution idéale; aucune solution n'est idéale. seul un mixte de plusieurs solutions permettra une production saine envirionnementalement parlant. le PV ne vaut rien; l'éolien idem, d'hydro idem. Mais en mixant le tout, cela a une véritable valeur. C'est comme dans tout: l'extrémisme n'a aucune valeur neutre, tout comme les discours anti-chinois, anti-américains, etc. qui pleuvent sur le net. La mesure est plus indiquée.

  • Pour avoir une bonne idée des ENR et de leurs couts , il faut lire le livre de Henri Prevot : " Trop de petrole " : biomasse, éolien , nucléaire, transport , biocarburants, réchauffement climatique, tout y est ; l' auteur est Ingenieur General au Ministere de l' industrie, et connait donc les problemes . Le resultat de ses calculs de polytechnicien aboutit a une taxe Carbone de 430 € par tonne de Carbone ! le cout total du programme de reduction de CO2 est de 28 milliards d' euros par an ; autant dire de suite : impossible a appliquer, et il ne concerne que la France, donc sans aucune incidence sur le réchauffement climatique : la France ne produit en effet que 1.3 % du total mondial de CO2.
    Je vous laisse conclure ..

    Michel GUEGUEN

  • Michel,

    Même si c'est hors champ, je ne peux pas m'empêcher de vous demander de regarder ce reportage sur la gestion des déchets nucléaires pour que vous vous rendiez compte de l'impact de ce mode de production d'énergie en l'état de nos compétences pour gérer les déchets :

    http://nucleaire-nonmerci.net/actualite/dechets-le-cauchemar-du-nucleaire.html

    Il est certes payant, mais je pense que vous devriez absolument le voir pour nuancer ce que le livre de Claude Allègre a pu vous inculquer sur les "vertues" du nucléaire.

    Par ailleurs, je suis tout à fait d'accord avec ce que dit Sébastien. Il ne faut pas miser sur une seule source d'énergie renouvelable mais sur un mixe. La demande n'étant pas simultanée à la production, notamment pour le solaire, il n'est pas possible de compter uniquement avec cette énergie. Il n'y a donc pas de raison de favoriser cette énergie démesurément par rapport aux autres énergies même si c'est celle qui est la plus disponible.

    Concernant les risques de coupures électriques, il faut que nous profitions du retour d'expérience de ceux qui sont en avance sur nous et qui ont déjà rencontré ces problématiques (l'Espagne, l'Allemagne, ...) afin de pouvoir faire évoluer nos réseaux pour ne pas tomber dans la surproduction, phénomène qui s'est produit il y a peu en Espagne.

  • Bonjour ...

    M. Gueguen ..

    C'est tendancieux que d'affirmer que la Chine est le plus gros émetteur de GES...

    Une bonne manière de mesurer la responsabilité d'émission en GES est de mesurer les émissions par habitant d'un pays ...

    et là la Chine est loin derriére la France.. l'Europe ..les USA ..etc

    Il y a aussi une autre maniére de mesurer la responsabilité en GES .. C'est en imputant les émissions de GES lors de la production ... aux pays qui consomment les produits ... Car il est de bon ton de dénoncer la chine pour les GES pour la production des produits qui sont consommés en Europe ou USA ... mais ne serait il pas équitable que toute ou partie des GES de la production soient de la responsabilité des pays consommateurs ? ( notamment occidentaux qui ont expédiés leurs industries polluantes en dehors de leurs frontières)

    Par ailleurs, vous annoncez quelque chose comme 150 centrales nucléaires à construire dans le monde ..

    On peut avoir des doutes sur ces projections ..je ne suis pas ingénieur ..mais il me semble qu'il y a environ 450 centrales nucléaires en fonctionnement dans le monde ... on arrive à en construire moins de 10 centrales nucléaires par an... .. de fait il n'existe qu'une seule usine dans le monde capable de couler le chapeau des centrales nucléaires ... et sa capacité de production est limitée ( une ou deux coiffes par an maxi) ..

    compte tenu des centrales arrivant en fin de vie et qu'il faudra (peut être substituer) ... il est fort douteux que que l'on arrive à augmenter le parc nucléaire existant de 150 nouvelles unités dans les 20 prochaines années .. Car il n'existe tout simplement pas de capacités industrielles pour construire autant de centrales nucléaires ..

  • La Chine est devenue le plus gros pollueur en CO2 de la planete : en 2008, 7550 millions de tonnes CO2, soit 24 % du total ; les USA en sont a 5690 Millions de Tonnes ; c' est le plus gros emetteur mondial en tonnage , et au point de vue climat c'est cela qui compte .
    Le chiffre de 150 centrales nucleaires me parait excessif , meme sur 30 ans ; c'est un calcul de l' Ingenieur General Prevot , du Ministere de l' Industrie : c' est le cout de la reduction de 100 millions de Tonnes carbone par an : 30 milliards d' euros ! C'est plutot farfelu, et meme totalement aberrant ...
    L'intensité énergetique de la Chine est de 2500 tonnes CO2 / PIB en millions de dollars ; la moyenne mondiale est de 600 / MD , et la France : 180 tonnes / M D
    Il n'est donc pas tendancieux de dire que la France est tres économe en énergie et CO2, et que la Chine bat tous les records de pollution CO2

    Michel GUEGUEN

Les commentaires sont fermés.