Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

France: la croissance de l'éolien subit un coup de frein au 1er trimestre (AFP)

éolienne par gros temps.jpgAFP - PARIS - Le développement de l'énergie éolienne a subi un coup de frein en France au premier trimestre, avec une croissance de seulement 2% de la puissance du parc de production par rapport à la fin 2009, selon une note du commissariat général au développement durable publiée mercredi.

"La progression du parc éolien est modérée en ce début d'année après un rythme de raccordement soutenu sur toute l'année 2009", souligne cette note de conjoncture.

Les éoliennes raccordées au réseau électrique durant les trois premiers mois de l'année 2010 représentent une puissance totale de production électrique de 100 mégawatts (MW).

C'est 63% de moins que les 267 MW qui avaient été raccordés au réseau durant les 3 premiers mois de 2009.

Depuis le début de l'année 2010, la puissance totale du parc de production a ainsi progressé de 2% seulement, à 4.726 MW, alors qu'il avait connu une hausse de 29% sur l'ensemble de l'année 2009.

Les éoliennes ont produit, au premier trimestre 2010, 1,8% de la consommation française d'électricité.

L'énergie solaire photovoltaïque connaît pour sa part un rythme de croissance toujours élevé avec une hausse de 20% de la puissance raccordée au réseau en trois mois.

Au 31 mars, la puissance du parc était de 349 MW répartis entre 60.384 installations photovoltaïques.

(©AFP / 26 mai 2010 18h35)

 

Lien permanent Pin it! Imprimer 2 commentaires

Commentaires

  • Propos d'une grande généralité, je laisse le soin à d'éventuels commentateurs plus au fait sur les plans économique, technologique, le soin d'ajouter un commentaire plus étoffé, étayé de connaissances chiffrées.
    Nous avons devant nous un chantier de construction immense qui passe par le fait de réaménager de fond en comble nos modes de vie.
    Je ne maîtrise pas assez le dossier sans cesse révisé, diminué, augmenté, des énergies renouvelables, mais il me semble que si j'étais pro-éolien, je me dirais, à l'instar d'une connaissance de mon pseudonyme, chaque fois que l'éolien connaît un ralentissement ou un revers : "Nous avons perdu une bataille mais nous n'avons pas perdu la guerre."
    Il faut avoir à l'esprit que tout le monde – ou presque –, les gens, c'est-à-dire nous, nous défions de prime abord de ce qui nous est étranger, par conséquent de toute nouveauté. Ce n'est qu'une question de persévérance, de patience, de temps, pour les initiateurs, le temps nécessaire pour que des nouveautés ne le soient plus, deviennent familières, entrent dans les moeurs, dans le monde du connu.
    Là, ce qui est étonnant avec l'énergie éolienne, c'est qu'elle est utilisée de maintes façons depuis l'Antiquité ! Est prise pour une "nouveauté" quelque chose qui en fait a toujours existé.
    En citoyen lambda j'ai entendu comme tout le monde parler de "nuisances sonores", d'"aspect inesthétique".
    Mais nous nous accommodons bien du bruit constant d'un ordinateur au bureau ou à la maison, à l'extérieur pour les riverains du bruit du passage des trains, de celui de l'envol des avions... Quant à l'aspect inesthétique, quand on voit les pylônes électriques...
    Reste la question de la performance énergétique, obligeant éventuellement à un couplage, mais, à tout prendre, je préfère une énergie, de par son état naturel, variable, à des masses enfouies qui vont s'accumulant – jusqu'à un seuil mais lequel et quand ? – de déchets radio-actifs.

  • un excellent commentaire !

Les commentaires sont fermés.