Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Nucléaire - EPR de Penly : le 24 mars, un débat public sur une décision déjà prise

epr.jpgLa Commission nationale du débat public vient d'annoncer que le débat pbulic relatif à la construction d'un nouveau réacteur nucléaire EPR sur le site de Penly se tiendra du 24 mars au 24 juillet 2010.Sur quoi portera ce débat public ?

La décision de construire ce réacteur a en effet déjà été prise par le Président de la République.

Pourtant, l'article 6 de la Convention d'Aarhus dispose que le public doit être consulté avant toute décision, ce qui paraît de simple bon sens :

"4. Chaque Partie prend des dispositions pour que la participation du public commence au début de la procédure, c'est_à_dire lorsque toutes les options et solutions sont encore possibles et que le public peut exercer une réelle influence".

Qui pense que, s'agissant de l'EPR de Penly, le public "peut exercer une réelle influence ?"

De même, la Charte de l'environnement, adossée à la Constitution par la loi constitutionnelle du 1er mars 2005, consacre le participation, même en termes moins ambitieux : "Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d'accéder aux informations relatives à l'environnement détenues par les autorités publiques et de participer à l'élaboration des décisions publiques ayant une incidence sur l'environnement".

Participer à l'élaboration d'une décision déjà prise, voilà qui va s'avérer compliqué.

Ce sont donc - officiellement - 4 miliards d'euros qui vont être engloutis dans un vide démocratique total.

Lien permanent Pin it! Imprimer 2 commentaires

Commentaires

  • Je suis d'accord avec la plainte, parce que la décision de construire ce réacteur A ETE en effet déjà par prix Le Président de la République n'est pas juste.

    Outre blesse tous les principes du droit constitutionnel et de l'environnement, témoigne d'un mépris évident pour les gens si ce n'est pas trouvée.

    Les questions concernant l'environnement sont prioritaires au moment où nous voyons de nombreux problèmes se posent dans le même temps, le monde entier.

    Il est extrêmement important que les gens vont participer à un débat, où ils peuvent dire si elle accepte ou non cette construction.

    La santé de la population mai être en grand danger, parce que l'emplacement de l'énergie nucléaire.

    De même, ne justifie pas une dépense considérable sur la campagne pré-électorale.

    Comme ses paroles:

    "Participer à l'Élaboration D'UNE prix décision déjà, voilà qui va s'avère compliqué.

    "Ce sont donc - officiellement - 4 miliards d'euros qui vont être engloutis dans un vide démocratique total".

    Excusez-moi, mais je suis en désaccord avec la création d'une centrale nucléaire maintenant.

    Il ya des questions plus graves pour être traitées immédiatement et les solutions doivent venir du Président.

    Merci.

  • Et cela ne semble pas terminé.
    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/03/04/01011-20100304FILWWW00604-un-reacteur-nucleaire-pour-gdf-suez-.php

    "GDF Suez aurait obtenu le feu vert du gouvernement pour construire un réacteur nucléaire en France, a affirmé la fédération CGT de l'énergie dans un communiqué, une information que le groupe n'a souhaité ni confirmer ni infirmer.

    "Il semble que le gouvernement, par une décision prise au dernier comité interministériel sur le nucléaire, aurait accédé à cette demande, très stratégique et politique", a affirmé la fédération CGT de l'énergie dans un communiqué.

    Le PDG GDF Suez, Gérard Mestrallet, avait écrit fin février au ministre de l'Energie et de l'Ecologie, Jean-Louis Borloo, pour lui demander de l'autotiser à construire un réacteur nucléaire de 3e génération de type Atmea dans la vallée du Rhône, avait révélé le quotidien Les Echos le 24 février.

    Interrogé ce matin lors d'une conférence de presse, M. Mestrallet a affirmé ne pas avoir été informé d'une éventuelle décision positive de M. Borloo. "Il ne m'a rien dit en tout cas", a-t-il réagi. "C'est plutôt au ministre de le dire s'ils avaient pris cette décision", a-t-il ajouté en estimant que "ça montre peut-être que l'idée progresse".

Les commentaires sont fermés.