Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Copenhague : le Droit n'a pas droit de cité au Bella Center

maillet.jpg

Au 3ème jour du sommet mondial de Copenhague, je suis plus convaincu que jamais que le talon d'achille des négociations tient à l'absence totale de réflexion et d'engagements sur le droit.

Des questions essentielles restent sans réponse alors même qu'elles conditionnent à l'évidence l'utilité de la réponse qui sera apportée à la crise climatique. Quelle sera la forme légale de l'accord de Copenhague ou de Mexico ? quelle institution, quelle procédure permettra de contrôler le respect des engagements ? Comment seront sanctionnées les violations éventuelles de l'accord ? Comment le futur accord s'articulera-t-il avec la Convention cadre sur le changement climatique de 1992 ? Avec le protocole de Kyoto ? Comment ce droit international du climat s'articulera-t-il avec l'ensemble des autres instruments juridiques internationaux et régionaux de protection de l'environnement ?

etc...etc...

En réalité, le débat est focalisé sur la seule question des chiffres de réduction des émissions de GES, ce qui est indispensable mais absolument pas suffisant. Cela permet d'organiser un suspens médiatique autour d'une vraie fausse bataille navale mais le problème est sans doute ailleurs.

Lu ceci dans Libération (P14) ce matin qui m'a conforté dans cette analyse. Eileen Claussen, présidente du Pew Center sur les changements climatiques globaux y déclare :

"Mais pour que Copenhague soit un succès, il faudra aussi des avancées sur les contours du futur traité juridiquement contraignant vers lequel nous devons aller : quels mécanismes d'évaluation des émissions, quelles vérifications, quelles institutions créer, quels financement à long terme ? Il est aussi trés important qu'une date limite soit fixée : le traité devra être signé à Mexico (...) Ces deux dernières années, personne n'a proposé le moindre compromis sur les questions en suspens. A commencer par la forme légale du traité (je souligne) Faut-il un traité totalement nouveau ? Les pays en développement sont-ils prêts à des engagements contraignants ? Comment seront mesurées et vérifiées les émissions ? Aucun progrés n'a été fait en deux ans sur ces questions. Et l'on attend que tout soit réglé en dix jours à Copenhague...(rires)".

Il serait peut être temps que les politologues et les juristes donnent de la voix dans ces négociations.  

Lien permanent Pin it! Imprimer 1 commentaire

Commentaires

  • Bonjour Arnaud,


    Régime de la copie privée et méfiance extrême vis-à-vis des nouvelles technologies obligent , je tenterai de citer mes sources et d’être cohérente(?! )

    Très intéressée par toute question liée au droit d’auteur , un article faisant pourtant partie du « Cahier Economie » du Monde (daté, du MAR. 8 déc. 2008) a attiré mon attention : « Partager l’accès à la propriété intellectuelle » .
    Il y a quelque temps déjà, la lecture « sauvage » (j’entends ici………
    à l’arrachée……) d ’un site , sur lequel j’étais tombée (je ne me ferai jamais à cette expression !) http://www.idrc.ca/fr/ev-1-201-1-DO_TOPIC.html, le centre de recherche (CRDI par amour juridique des majuscules…) , société d’état canadienne, « collaborant étroitement avec les chercheurs des pays en développement, en les aidant dans « leur quête de moyens de créer des sociétés en meilleure santé, plus équitables et plus prospères. »
    L’objet de la société est n’est-il rempli d’espoir ? !!
    La lecture du site du CRDI a été des plus instructives.
    Il faisait l’apologie des ASPIC (entendre « Aspects des droits de Propriété Intellectuelle touchant au Commerce » ..) et soulignait que ceux-ci contribuaient efficacement au développement de la propriété intellectuelle (encore une maudite Propriété !……..)
    Pourquoi ne pas s’en inspirer à Copenhague et pour l’Après – COPENHAGUE ?
    André Gortz, un de nos (non mes) maîtres à penser, en matière d’écologie politique, avant de nous abandonner à notre funeste destin ( sauvé par la Conférence de Copenhague ??, sait-on jamais ? ..mais, malheureusement, j’en doute ………
    mais oui, oui, j’oublié que cette CAP-Mob n’est qu’une amorce…… , non ? ) souhaitait ardemment une sortie inéluctable du Capitalisme……
    ON pourrait développer et d’autres nombreuses citations pourraient étayer mes propos mais je (JE, JE, JE ! ) m’étais promis de ne plus polluer la planète INTERNET (!! ) ouarff, ouarff……mortel de rire…… !!!!
    - Et rappelle-toi t ’avais aussi promis de faire court ……… ………….
    - Raté ; comme quoi LE CHEMIN vers la DECROISSANCE est encore semé d’embûches…
    L’idée de la FNE de la liste d’une poubelle pour le père Noël est super fun ………..
    MOI ? MOI , et remoi , je vais commander au père Nöel un blog à moi et rien d’autres…..

    Joyeux Nöel déjà !
    virginie gavalda-deix

Les commentaires sont fermés.