Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Climat : ni euphorie, ni sinistrose ! (FNE)

cop15_blue.gif

Communiqué de presse France Nature Environnement – Lundi 7 décembre

A l’ouverture du sommet de Copenhague, l’euphorie le dispute à la sinistrose. Analyse de France Nature Environnement.

Pour FNE, le sommet de Copenhague ne doit être ni une séance d’euphorie collective, ni un exercice imposé de sinistrose, ni un festival de Cannes où les personnalités défileraient, ni un match de football entre politiques. Pour FNE, l’euphorie créerait des négociations hors sol ou un show planétaire. La sinistrose bloquerait les négociations et créerait de l’immobilisme. Dans les deux cas, attention aux lendemains difficiles !

Sébastien Genest, président de FNE déclare : « notre sentiment à l’ouverture du sommet est qu’il faut tout autant éviter l’euphorie que la sinistrose qui mèneraient toutes deux à la gueule de bois post Copenhague. Si ce sommet ne marque pas la fin des négociations, il doit en marquer un nouveau départ ».

Copenhague : un enjeu écologique ET démocratique

FNE est convaincue que l’enjeu de Copenhague est tout autant démocratique qu’écologique. C’est bien une nouvelle gouvernance mondiale de la crise écologique qui se joue pendant les prochains jours, au-delà de la bataille des chiffres.

Sébastien Genest poursuit : « Des engagements politiques précis sont indispensables mais ne suffiront pas. La forme compte autant que le fond : il faut que la manière de négocier évolue. L’engagement des chefs d’Etat et de gouvernement doit être complété par une implication effective des autres représentants de la société civile ».

Un essai à transformer.

Il paraît acquis que Copenhague n’accouchera pas d’un nouveau traité international sur le climat, composé d’objectifs juridiquement contraignants aussi ambitieux que ceux recommandés par le GIEC en 2007. Problème : les données de la négociation ne seront pas différentes en janvier 2010 qu’en décembre 2009.

Arnaud Gossement, porte-parole de FNE, ajoute : « il paraît acquis que les négociateurs joueront les prolongations après Copenhague. Cependant, si la règle du jeu n’évolue pas dés Copenhague, ils rejoueront tout le temps le même match alors même que la durée de jeu est très limitée ! Pour que l’essai de Copenhague soit rapidement et utilement transformé, il faut penser dés maintenant à faire évoluer les négociations en faisant entrer les élus, les ONG et les syndicats. »

Lien permanent Pin it! Imprimer 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.