Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Eoliennes : les freins se multiplient

ligne tht.jpg

Je publie à dessein cette photo. Nicolas Wolff, directeur général France du fabricant danois de turbines pour éoliennes Vestas, interrogé par le site Actu Environnement, rappelle avec raison que le problème esthétique des 150 000 pylones à haute tension est sans doute plus grave que celui des 2300 éoliennes installées.

Il rappelle aussi l'opposition de la filière éolienne au classement de cette énergie renouvelable au titre de la police des installations classées. A titre personnel, je n'ai jamais cessé de militer contre cette réforme contenue dans le projet de loi "Grenelle 2" portant "Engagement national pour l'environnement" qui doit encore être voté par l'Assemblée nationale aprés l'avoir été par le Sénat le 8 octobre dernier.

Quelques chiffres : alors que la puissance éolienne installée en France dépasse péniblement les 4000 MW, le Grenelle de l'environnement a fixé un objectif de 25 000 MW en 2020. Comment atteindre cet objectif et développer réellement les énergies renouvelables en durcissant encore un peu plus une réglementation qui impose déjà un délai de 4 ans en moyenne pour qu'une ferme éolienne commence à fonctionner ?

En réalité, la résistance ne vient pas tant de la population. Non, la résistance vient surtout de la "haute" administration et je le constate chaque jour comme avocat : les Préfets multiplient les refus de permis de construire ou de définition d'une Zone de développement éolien. Un exemple parmi d'autres  : cet article de La Voix du Nord sur la situation du Groupe "Les Carrières du Boulonnais", confronté à un refus préfectoral de définir une ZDE, qui autoriserait un rachat de l'électricité ainsi produite. En réalité, l'éolien ne correspond pas à la culture des grands corps de fonctionnaires, dont certains sont encore attachés à un modèle de production énergétique monopolistique, centralisé et fondé sur le nucléaire.

Demain, les éoliennes feront donc l'objet d'une nouvelle procédure d'autorisation, une de plus, celle qui sera préalable à l'obtention d'une autorisation délivrée au titre de la police des installations classées. Qu'est ce que cela apportera ? Rien puisque les fermes éoliennes font déjà l'objet d'une évaluation environnementale et d'une enquête publique. A l'inverse, la procédure sera plus lourde, le Conseil supérieur des installations classées devra être consulté etc.... Cela allongera le délai d'instruction du dossier et accoîtra le risque contentieux déjà élevé au moment de la délivrance du permis de construire. L'éolien terrestre risque de souffrir à un moment où l'éolien marin est loin de pouvoir compenser cette situation puisque....aucune éolienne n'est implantée au large de nos côtes !

 

Lien permanent Pin it! Imprimer 2 commentaires

Commentaires

  • Arnaud @ Grossement:
    1) Comment je m'inquiète de la qualité de vie et de la nécessité urgente pour la reprise de la position droite, jusqu'à la crise de l'énergie dans le monde croient que l'énergie éolienne est la bienvenue, dans les régions avec des vents favorables à leur utilisation et de mise en œuvre.
    2) Comme un étudiant en droit, je suis inquiète parce que je vois une réticence certaine de la part des gouvernements d'utiliser cette fonctionnalité, moins chers et les centrales électriques plus efficaces de conserver, ni personnel, ni interférence avec le climat, comme nous l'avons vu se produisent dans le monde.
    Et cela, à mon avis, démontre la faiblesse de la législation visant à réglementer l'environnement.
    Pas par manque de professionnels, pas par la jurisprudence et la recherche, mais ne favorisent pas les intérêts de la population, ce qui je pense est une honte, parce que nous sommes dans le compte à rebours pour la réunion de Copenhague et je vois un avenir prometteur en vue.
    Merci.
    Eliana Frantz

  • je marche beaucoup dans la campagne , de plus en plus habitée , et j' ai souvent eu l' idée de photographier les pylones électriques qui jalonnent les routes détruisant tout ce qui est beau à regarder .
    Récemment j' ai même vu des pylones , anormalement branlants , avec des fils électriques partant dans tous les mauvais sens . Le jour où j' ai le plus regretté mon appareil photo c' est celui , où , deux paires de tennis se balançaient au-dessus de nos têtes sur les fils électriques . Comme je préférerai voir des éoliennes à la place de toutes ces laideurs .

Les commentaires sont fermés.