Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Climat : pas de traité à Copenhague ? Non à la realpolitik climatique ! (FNE)

copenhague bella center.jpg

Communiqué de presse France Nature Environnement - mardi 20 octobre 209

Yvo de Boer, secrétaire exécutif de l’UNFCC, responsable pour le réchauffement climatique de l'ONU vient d’annoncer que le sommet de Copenhague accouchera d’une souris. FNE fait part de sa consternation.

Le réalisme de M Yvo de Boer…

Selon Yvo de Boer, le sommet de Copenhague qui se tiendra au mois de décembre ne devrait pas accoucher d'un traité mais d'un « cadre politique » en vue de la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Selon l’AFP qui reprend une interview au Financial Times, Yvo de Boer déclare qu’il faut « se concentrer sur des impératifs politiques qui établissent clairement comment les pays s'engagent » à réduire les émissions polluantes. « Cela signifie une décision globale à Copenhague qui fixe des objectifs individuels pour les pays industrialisés, qui décide comment les pays en développement les plus importants comptent s'engager (à réduire les émissions) d'ici à 2020 et, espérons-le, qui place cela dans le contexte d'un objectif à long terme » d'ici à 2050.

Conclusion : « Nous devons nous concentrer sur ce qui peut être fait avec réalisme »...

Une obligation de résultat, pas de réalisme !

Pour FNE, même si tout le monde prédit déjà l’échec du sommet de Copenhague, il n’est pas admissible de baisser les bras dès aujourd’hui, avant même l’ouverture du sommet, au nom d’un principe de réalité. Vu l’ampleur des enjeux, FNE attend des négociateurs qu’ils réussissent l’impossible.

Pour Arnaud Gossement, porte parole de FNE : « Nous sommes consternés. Annoncer dès maintenant que le sommet de Copenhague accouchera d’une déclaration de politique générale et non d’un accord juridique précis est incompréhensible. Il n’est pas acceptable, surtout de la part du représentant des Nations Unies, de baisser les bras aujourd’hui au nom d’une realpolitik climatique ! »

Gaëlle Cognet, chargée de mission Climat à l’international ajoute « le réalisme de Yvo de Boer peut avoir des conséquences catastrophiques car cela donne raison à tous les champions du défaitisme et de l’immobilisme. Face à la crise climatique, les négociateurs ont une obligation de résultat, pas de réalisme ! »

FNE qui sera présente à Copenhague, sera particulièrement attentive, aux côtés du Bureau européen de l’environnement, aux travaux des Ministres de l’Environnement de l’Union européenne qui se réunissent demain et après demain pour fixer la position de l’Union européenne avant Copenhague.

Lien permanent Pin it! Imprimer 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.