Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Taxe carbone : le piège du populisme fiscal

aubry royal.jpgEntendons nous : je suis inquiet du projet de taxe carbone tel que le Gouvernement est en train de le concevoir mais je soutiens sans hésitation le projet de contribution climat énergie porté par les associations - dont FNE - lors du Grenelle de l'environnement en 2007.

Mais les positions prises par certains responsables de gauche m'inquiètent aussi.

Plus encore, la tentation du populisme fiscal n'est-il pas un piège que l'actuel Président de la République vient de tendre avec succès à l'opposition ?

Taxe carbone ou contribution climat énergie ? La taxe carbone présente plusieurs inconvénients, à commencer par le fait que l'énergie électrique est exclue de son assiette.

C'est pourquoi une contribution climat énergie est nettement préférable. Indispensable aussi si l'on pense que face à la crise climatique en cours il faut actionner tous les leviers à notre disposition.

Créer une fiscalité écologique est une urgence sur laquelle tous les acteurs du Grenelle se sont accordés. Pour deux raisons principales : baisser les émissions de gaz à effet de serre et protéger les plus faibles par un mécanisme de redistribution du produit de la fiscalité verte.

A la Rochelle, Ségolène Royal n'y est pas allée de main morte contre la taxe carbone en prenant de risque de contribuer à l'opposition contre le principe même de toute fiscalité écologique.

Ségolène Royal a ainsi ouvert le feu en dénonçant la taxe carbone qualifiée d'un impôt "injuste", "historiquement décalé", "insupportable" qui va "assommer" des familles n'ayant "pas le libre choix de rouler propre". Plus encore Ségolène Royal n'a pas hésité non plus à appeler François Fillon à retirer cet impôt et mobiliser son "énergie" pour mettre "massivement sur le marché des voitures électriques pas chères pour que les familles puissent choisir".

Passons....

Il est bien évident que ces propos sans nuance, sans souci de distinguer le projet du Gouvernement de celui des associations contribue puissamment à plomber toute possibilité de créer dans ce pays une fiscalité destinée à réduire la pollution. C'est de la démagogie pure et dure et c'est juste affigeant.

Cela est d'autant plus étrange que la Présidente de la Région Poitou-Charentes avait su par le passé prendre des positions applaudies contre les OGM ou pour l'énergie solaire... Quelle mouche l'a piquée ? Et quelle mouche a piqué sa porte parole, Delphine Batho, qui déclare que la taxe carbone est "un impôt sur la ruralité et la banlieue", "un impôt sur les pauvres".

Le souci de la nuance s'envole... On peut attendre de responsables de premier plan qu'ils soient plus prudents avant de prendre le risque d'alimenter le discours sur "l'écologie punitive et taxative" développée par le leader de Chasse, Pêche Nature et Traditions.

Martine Aubry quant à elle a pris soin de distinguer le projet des associations de celui du Gouvernement : "Nous voulons une fiscalité écologique mais nous ne voulons pas de cette taxe carbone telle qu'envisagée par l'UMP (...) inefficace sur le plan écologique et injuste socialement".

Bien... mais....que propose Martine Aubry ? Il y a lieu d'être inquiet lorsque l'on apprend que la Première secrétaire du principal parti d'opposition continue de prôner une sortie de crise fondée sur la relance de la consommation...

En réalité, il est possible que ces responsables socialistes soient en train de tomber dans un piège. Nicolas Sarkozy a brusquement accéléré la mise en place de la taxe carbone pour anticiper un éventuel échec à Copenhague et préparer le discours vert de la majorité aux régionales. j'ai commis cet article pour RUE 89 à ce sujet.

Je résume  : Dans un premier temps, Eric Woerth, Ministre du Budget annonce cet été une taxe carbone à 15 euros dés 2010. L'information circule : ce projet de taxe ne frapperait pas l'énergie électrique et son produit ne serait pas intégralement redistribué. Résultat : un concert de critiques.

Oui mais voilà : Christine Lagarde vient d'annoncer au Monde que le produit de la taxe carbone serait intégralement redistribué....Si cette promesse est tenue dans le projet de loi de finances, le Gouvernement aurait donc fait un pas en avant vers la contribution climat énergie... Reste à augmenter son taux, élargir l'assiette et préciser le mécanisme du chèque vert : beaucoduflot et DCB.jpgup de chemin reste à faire.

Mais tout de même : condamner sans appel et dés le départ un projet qui n'est pas encore présenté en conseil des ministres peut s'avérer moins pertinent que de mettre la pression pour améliorer la copie.

Et c'est prendre le risque de se faire critiquer par les écolos eux-mêmes. Daniel Cohn Bendit et Cécile Duflot l'ont déjà fait, avec raison.

Car la question reste entière : face à la crise écologique et à la flambée prochaine des prix de l'énergie que fait-on pour les plus faibles ?

Lien permanent Pin it! Imprimer 8 commentaires

Commentaires

  • La priorité de S. Royal étant de miser sur l'innovation technologique et favoriser la croissance propre - dite verte- (une vision au long terme quant au problème de fond) plutôt que sur cette taxe injustement construite actuellement... Par ailleurs et suite à l'entente de vos propos, Mr Gossement, dans un récent C dans l'air, je pense que vous êtes plus d'accords que vous ne le croyez avec la présidente de la région Poitou-Charentes... et que vous avez le même objectif...
    Bien à vous

  • Aubry et Royal (et Fabius) sont effectivement vraiment mal venu(e)s de critiquer par avance une "version UMP de la taxe carbone" alors même qu'aucune orientation précise, et a fortiori de décision gouvernementale n'ont été prises à ce sujet. Ça va véritablement passer pour de l'antisarkozysme primaire (sur le dos de l'écologie qui pis est).

    Il aurait été bien plus intelligent de défendre les conclusions du rapport Rocard qui promouvaient justement la redistribution, au bénéfice de ceux qui auraient été le plus injustement taxés ainsi que l'élargissement de l'assiette aux énergies polluantes non-carbonées (électricité nucléaire en tête). Ç'aurait été un beau geste (politiquement même, pour prendre Sarkozy à son propre jeu : vous vouliez des recommandations, les voici, aurez-vous le courage de les appliquer ?). Au lieu de cela, on voit cette première étape vers une fiscalité écologique mise à mal par les ténors PS et amoindrie par l'exécutif UMP (car la seule chose qui semble actée c'est bien que le montant de la TC sera de 50% inférieur aux préconisation de la conférence d'experts).

  • Ce débat est un révélateur et ne mérite pas les jugements à l'emporte pièce . Ségolene au delà de bonnes mesures prises en Poitou Charentes sur les OGM et le solaire, et surtout du jeu politique rèvèle son productivisme
    d'un autre age . la crise climatique est telle que l'innovation technologique "verte" et l'optimisation énergétique, certes indispensables, ne peuvent suffire .

    Il faut promouvoir un mode de vie plus sobre, qui n'est pas le retour aux cavernes, mais où
    le qualitatif primera le quantitatif ; les services, sur les bien matériels .
    Sègo , comme beaucoup de politiques, n'a pas changé son paradigme productiviste.

    D'un autre coté, il est normal qu'on s'interroge sur la sincérité et l'efficience environnementale
    de cette taxe Carbone, présenté par Sarko, mais pas au prix d'en rejeter le principe ; d'où la juste
    colère de DC . En fait c'est dans les détails qu'on pourra vraiment juger cette taxe, et c'est là qu'il faut utilement combattre . c'est bien connu l'enfer est dans les détails ...

  • Écoutez-vous !
    Que de contorsions dans le discours pour nous expliquer que la taxe carbone n’est pas une taxe mais une contribution climatique, qu’elle n’est pas un nouvel impôt mais un transfert de fiscalité puisqu’elle sera entièrement redistribuée (sic …avouez qu’en matière de circuit court on doit pouvoir faire mieux !).
    Voilà donc une taxe, un impôt, un prélèvement, une contribution…Comment voulez vous l’appeler ?
    En tout cas c’est bien de l’argent qu’on va aller chercher dans la poche de tout le monde (donc, y compris chez les plus défavorisés) pour mettre en place des mesures de réduction d’émission de CO2. , avec un système de redistribution pas encore très clair, ni très fiable (dans le passé nous avons eu, avec la vignette auto, un détournement fiscal de premier ordre, d’où une méfiance qui n’est pas sans fondement).
    La question que je me pose est la suivante : pourquoi faire si compliqué alors qu’on peut faire très simple ?
    Qui prend le plus souvent l’avion ? Qui possède les plus grandes maisons, quand ce n’est pas deux ou trois ? Qui a les plus beaux appartements, avec les équipements les plus chers ; bref qui a la plus grande empreinte carbone ?
    Le travailleur, l’employé, le cadre moyen, qui va au boulot ? Le chômeur qui pointe et à qui les nouvelles lois (Sarkozy est passé par là) impose de prendre un travail même très éloigné de sont lieu de travail ? Le retraité qui passe sa tondeuse à gazon ? Où bien celui qui bénéficie du paquet fiscal ?
    Pourquoi vous ne posez jamais ces questions ? Trop Populiste ? Trop peuple quoi ! Trop vulgaire !
    Mais au fait, que fait de ses nouvelles économies un bénéficière du paquet fiscal ?
    Il consomme ? Il le place en bourse ?
    S’il consomme que consomme-t-il de plus ? Un cinquième appartement ? Des vacances au Qatar (peut être une villa sur l’ile Perle, les maisons y sont très chères, le cout écologique pour arroser le gazon sur ces Iles artificielles est non mesurable) ?
    S’il le place en bourse, c’est pour avoir encore plus d’argent suivant un principe simple : j’ai trop, je place car je veux plus. On sait maintenant, depuis la crise financière, que la bourse est le lieu de la spéculation sur le pétrole, les matières premières, en résumé de l’argent pollueur.
    Au fond il est facile de voir que s’il y a de l’argent écologiquement nuisible c’est bien l’argent du paquet fiscal.
    Alors une mesure simple peut être prise par le gouvernement s’il en a la volonté :
    Annuler le cadeau fait aux plus riches avec le paquet fiscal et s’engager à utiliser l’intégralité des sommes retrouvées dans les caisses à des mesures économiques favorable à l’environnement, genre gratuité de la carte orange pour tous les travailleurs qui vont au boulot. (ça favorise les transports en commun en aidant les plus pauvres, ça évite de leur prendre de l’argent en leur faisant croire qu’on va le leur rendre et ça permet de réduire l’empreinte écologique des riches.
    Voyez vous tous les avantages ?.

  • @ Vital georges
    Vous avez raison et tort à la fois !
    Bien entendu le paquet fiscal est injuste mais tous les citoyens occidentaux ont une empreinte écologique dépassant ce que notre terre peut supporter.
    Si votre préconisation est juste, elle ne doit cependant pas exclure mais compléter le recours à la CCE pour que l'empreinte écologique de chacun (qu'il soit plus ou moins riche) revienne à des valeurs soutenables.
    Il est bien important de ne pas se tromper de cible et surtout de ne pas utiliser des réflexes de cour d'école maternelle : c'est pas moi, c'est l'autre ! pour se dédouanner des actions que CHACUN doit prendre à SON compte : riches Peoples, comme Bobos ou Citoyens moyens...

  • c'est dingue : les politiques refusent les énergies renouvelables pour les véhicules (canne à sucre par exemple comme au brésil), et ils nous font payer une taxe sur la pollution ! Obligeons les constructeurs automobiles à vendre des véhicules écologiques, tant pis pour la poignée d'exploitants pétroliers, les amis financiers des politicards !

  • @ edafuge.
    Des véhicules écologiques ? Sur quelle planète vivez-vous ?
    Des carburants verts ? C'est du greenwashing pur et dur. Des milliers d'hectares de biodiversité rasés pour de la monoculture, qui plus est pour faire rouler des automobiles ...
    Et quand on pense que le rendement CO2 de ces carburants est de plus en plus critiqué !!!

  • @ecolagon

    Lisez donc le dossier de presse de l'Elysée!

    http://www.evadoc.com/doc/1744/la-taxe-carbone-dossier-de-presse

Les commentaires sont fermés.