Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Centrales solaires - Photovoltaïque - Plan Borloo - décret... la folie du soleil a commencé !

centrale solaire en californie.jpgLa folie du solaire pourrait bien avoir commencé.

Je suis inondé d'offres de formations, de conférences, de colloques en tous genres sur l'essor de l'energie solaire comme source d'énergie renouvelable. 

Toutes les revues juridiques ou spécialisées s'apprêtent à publier des articles, les financements s'organisent, la chasse aux terrains bat son plein, bref, le solaire est à la mode.

Ainsi que le précise Sonia Pinget dans le Journal de l'environnement, 8800 installations photovoltaïques sont raccordées au réseau électrique, ce qui représente 70 millions de kilowattheures (KWH) d'électricité, "soit la consommation de 31.200 habitants".

Or, lors de la présentation, en novembre 2008, du plan national de développement des énergies renouvelables en France, Jean-Louis Borloo a clairement indiqué que la priorité était au développement du solaire avec, comme mesure emblématique, la construction d'au moins une centrales solaire dans chaque région française d'ici 2011, pour une puissance cumulée d'au moins 300 MW.

Certes, le solaire a, en France, beaucoup de retard. En Allemagne, 4% des foyers ont recours à cette énergie qui représente une puissance cumulée de 5000 MW. Toutefois, la prise de conscience semble être faite, les entreprises se créent et l'intérêt du politique et du citoyen est là.

Las but not least, le Gouvernement procède actuellement à l'élaboration d'un décret qui tend, d'une côté à renforcer le contrôle de l'impact environnemental du projet lors de l'instruction du permis de construire, de l'autre à simplifier la procédure d'autorisation instituée par la loi du 10 février 2000. Nul doute que ce décret suscitera des débats intenses.

Pour ma part, si je me suis opposé à la simplification des procédures d'autorisation ICPE telle qu'elle a été menée par la loi de relance du 17 janvier 2009, il faut admettre que la procédure actuelle applicable au solaire est une véritable usine à gaz susceptible de décourager les meilleures volontés...

Il reste à prier que les erreurs qui ont pu compromettre le développement de l'éolien (qui reste indispensabvle pour atteindre l'objectif de 23 % d'énergies renouvelables en 2020) en France ne soient pas reproduites pour le solaire. Encourager la concertation et l'information du public sont indispensables. Répondre aux préoccupations des écologistes, étudier en amont l'impact environnemental des projets le sont tout autant. Bref, le succès du solaire ne sera pas fonction que des seuls financements canalisés vers ce secteur.

Enfin, il faut aussi et sans doute réfléchir à notre conception centralisée essentiellement fondée sur la mise en réseau de notre production énergétique au profit de territorialisation.

En toute hypothèse, ne boudons pas notre plaisir de voir enfin émerger ce secteur des énergies renouvelables qui contribuera à l'essor d'une économie verte.

Extrait du communiqué de presse du MEEDDAT accompagnant la publication du Plan

 " Concernant le solaire : l’ambition de la France est de jouer un rôle de premier plan au niveau mondial dans la révolution technologique qui s’annonce dans le solaire. Afin de dynamiser très fortement le marché français, d’accélérer la recherche et de bâtir une véritable industrie solaire en France, Jean-Louis BORLOO a annoncé les mesures suivantes :

 - lancement (fin 2008) d’un appel d’offres pour la construction d’ici 2011 d’au moins une centrale solaire dans chaque région française, pour une puissance cumulée de 300 MW

- mise en place d’un dispositif de soutien tarifaire simplifié et offrant une visibilité de long terme. Création d’un tarif de 45 c€/kWh destiné à faciliter le déploiement de panneaux photovoltaïques sur les bâtiments professionnels (supermarchés, bâtiments industriels, agricoles de grande taille...)

- réduction drastique pour les particuliers, des démarches administratives, et suppression de toutes les démarches fiscales lorsque les surfaces des panneaux n’excèdent pas 30 m2

- élargissement à l’ensemble des collectivités territoriales des bénéfices des tarifs d’achat de l’électricité produite à partir de sources renouvelables. Ainsi, les bâtiments publics tels que lycées, collèges, écoles, … pourront être équipés de panneaux photovoltaïques

- réforme du code de l’urbanisme : le permis de construire ne pourra plus s’opposer à l’installation de systèmes de production d’énergie renouvelable sur les bâtiments, sauf dans des périmètres nécessitant réellement une protection (secteur sauvegardé, site inscrit ou classé, …)

- Etat exemplaire : le plan de rénovation énergétique des bâtiments de l’Etat comprendra l’installation de panneaux photovoltaïques sur les toitures. Le ministère de la Défense mène un premier projet ambitieux sur la base d’Istres.  "

 le Dossier de presse du MEEDDAT sur le plan ENR c'est ici.

 

 

 

Lien permanent Pin it! Imprimer 6 commentaires

Commentaires

  • Le solaire en France a du retard, mais bénéficie avant même d'avoir décollé d'un réseau d'installateurs assez dense (5 à 10.000, dont + de 3.500 labellisés QualiPV).
    Le phénomène est le même que dans la micro informatique il y a 15 ans. Une concurrence farouche des installateurs, qui mène à une grande médiatisation (pubs), qui mène à une démocratisation; sans compter sur le buzz fait autour de ces technologies.

  • Hmmmmm
    Je ne veux pas faire l'oiseau de mauvaise augure mais le solaire pose quelques problèmes environnementaux aussi : Quid du recyclage des panneaux solaires ?
    Et pour les produire, c'est des usines propres ?
    C'est bourré de métaux ces trucs, non ?

  • Certes la production et le recyclage des panneaux sont encore perfectibles mais c'est bien LA voie de l'avenir en matière de production électrique : décentralisée, déconcentrée, individuelle, le champ est quasi infini : les tuiles de nos toits couvrent des milliards de m² ! demain (quasi aujourd'hui puisqu'on est en phase de test), c'est la peinture des immeubles, des volets, des voitures qui fournira de l'électricité. Attention en revanche aux centrales façon EDF : elles seront dévoreuses de terres et de surfaces et peu évolutives.
    Pour moi, le solaire est l'énergie citoyenne en opposition à la nucléocratie avec promesses d'emplois (locaux qui plus est) à la clef, d'autonomie par rapport aux fournisseurs électriciens, renouvellement de l'esthétique architecturale, compensations énergétiques de réseau entre trop de production ici et absence là...

  • je viens d'avoir une décision d'opposition à une déclaration préalable à St Gervais 30200 (Gard) en raison du règlement d'urbanisme du village imposant de réaliser des couvertures en tuiles traditionnelles dites tuiles rondes ou tuiles canal...quelle argumentation ou quels textes puis-je opposer à cette décision?

  • Bonjour monsieur,

    j' aimerai savoir si la réforme du code de l' urbanisme dont vous parlez ( fin de l' opposition non justifiée ), est entrée en vigueur et où puis-je en trouver la trace officielle?

    Des terrains agricoles situés prés d' un petit aérodrome ( Auch 32 ) sont-ils touchés par une limitation ou une interdiction nouvellement venue?

    Ma fille a un projet de centre équestre , mais nous n' achèterions pas, si vous nous le déconselliez.

    D' avance je vous remercie et enregistre ce contact, on ne sait jamais, en cas de problème je vous contacterai, comme conseil.

    Que cette année 2010 soit encore meilleure que la précédente.

    Dietrich

  • Avec le marché qui explose grâce à ces mesures, la R&D a enfin des moyens dans le secteur, c'est incroyable de voir l'évolution de la technologie, fenêtres solaires, peinture solaire, silicium noir... Dans quelques années, sans loi, ce sera très rentable d'avoir des panneaux solaires !

Les commentaires sont fermés.