Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chantal Jouanno va-t-elle secouer le cocotier ?

Jouanno et Grenelle.jpgQuand ça ne va pas : il faut le dire. Quand ça va: aussi.

Il m'arrive ainsi d'être déçu voire consterné par les ambitions vertes de nos élus. Ainsi, hier, dans la RUE 89, je me suis permis un petit coup de gueule sur la manière dont le Gouvernement conçoit la relance économique en présentant des projets qui opposent économie et écologie.

Toutefois, je me méfie également du "tous pourris" dont on connaît les conséquences terribles pour notre démocratie.

C'est pourquoi, j'ai relevé ces derniers temps quelques déclarations discrètes mais objectivement courageuses de l'actuelle Secrétaire d'Etat à l'Ecologie, Chantal Jouanno.

Formule 1 contre Agriculture bio. La première est relative au projet de création d'un circuit de Formule 1. On sait que le Premier ministre lui-même est favorable à ce que l'on recouvre de goudron un site proche de Paris sous lequel se trouve se trouve l'une des principales nappes phréatiques de la région. Les élus locaux militaient pour un projet intelligent d'agriculture durable de manière à protéger cette ressource mais c'était sans compter les idées à courte vue de certains responsables politiques qui appuient désormais de toutes leurs forces un projet complètement stupide de circuit de formule 1, à la fois ruineux et dangereux.

L'AFP interroge Chantal Jouanno qui pourrait faire preuve de prudence et de langue de bois en raison de sa jeunesse au Gouvernement. Et non. Elle déclare sans mettre de gants : "Il est hors de question de sacrifier l'environnement pour un circuit de F1". On ne tourne pas autour du pot : c'est clair, c'est simple. Enfin pourrait-on dire.

La deuxième déclaration relevée est liée justement à la sortie de Patrick Devedjian sur les enquêtes publiques. Aprés avoir assouplit drastiquement les conditions d'autorisation des activités industrielles au prix d'une régression du droit de l'environnement, le Ministre de la Relance s'en prend de nouveau au code de l'environnement et déclare vouloir tailler à la serpe dans les enquêtes publiques. Les ECHOS appellent Chantal Jouanno qui rappelle que cette idée est tout simplement....illégale. Ambiance.

Gérer l'aprés Grenelle. On ne peut pas déduire de quelques déclarations que tout va bien loin s'en faut. Surtout la question se pose de savoir si Chantal Jouanno a les moyens de secouer le cocotier alors que son Premier ministre n'est pas exactement vert pomme, a fortiori dans un contexte de crise qui donne des ailes à certains lobbys et à des vieilles idées. Chantal Jouanno a de plus quelques handicaps : elle est jeune en politique, elle succède à Nathalie Kosciusko-Morizet avec laquelle elle est trés souvent comparée et elle est Secrétaire d'Etat auprés de Jean-Louis Borloo dont la surface médiatique est importante aprés le succès emporté lors du Grenelle.

Surtout, elle n'a pas eu la chance d'arriver au Gouvernement dans l'enthousiasme du Grenelle. Elle arrive au moment le plus ingrat, celui de la mise en oeuvre, celui du passage au concret qui est aussi l'heure de vérité aprés les grands discours enflammés sur le new deal écologique du Président de la République.

Dans ce contexte de morosité ambiante, voire de sinistrose, Chantal Jouanno est, de plus, sobre en relations presse et s'est emparée de dosssiers, certes fondamentaux mais trés peu médiatiques. Ainsi, la table ronde sur les risques industriels qu'elle pilote ne passionne pas les foules malgré des enjeux très lourds.

De même, son prochain déplacement dans le sud de la France pour parler de compensation de la biodiversité en présence d'Augustin de Romanet de la Caisse des dépôts et consignations et de Sébastien Genest, président de FNE, risque de ne pas faire l'ouverture du 20 heures alors même que le sujet est central, que l'on soit pour ou contre.

Jouanno et Borloo.jpgLe Tour de France du Grenelle ? Pour aggraver son cas, la Secrétaire d'Etat entame mercredi prochain un tour de France du Grenelle de l'environnement. L'idée ? Démontrer que le Grenelle ne se réduit pas à des lois dont la discussion parlementaire n'en finit pas mais suppose la mobilisation de tous. En cela, elle est cohérente avec sa première déclaration recueillie par Libération à la suite de sa désignation : "Mon travail : vendre le Grenelle sur le terrain".

Reste qu'il y a plus de coups à prendre que de caresses à recevoir dans un tel exercice. Dans les associations, l'exaspération monte face à la lenteur avec laquelle sont débattues les lois Grenelle alors que certains projets de routes vont plus vite. Reste aussi que l'exercice est essentiel et que le Grenelle doit en effet quitter Paris pour aller vers les français(e)s. Essentiel mais pas forcément aussi payant en termes de médias que des points presse quotidiens sur la Grippe A dont le traitement journalistique est parfois surprenant.

Enfin, Chantal Jouanno est une femme. Et malheureusement, cela reste encore parfois l'occasion d'analyses assez délirantes. Tout a été dit : qu'elle resterait toujours la conseillère de Nicolas Sarkozy, qu'elle resterait dans l'ombre de Jean-Louis Borloo, sans compter des comparaisons d'un autre temps avec NKM. Passons...

Au final, je trouve intéressant que de droite à gauche, une nouvelle génération de responsables politiques s'empare du dossier environnement avec conviction même si la route est longue avant que tout le monde ne soit converti. Il faut espérer qu'un nombre grandissant de nouvelles têtes vienne rejoindre les pionniers pour que les choses changent vraiment. Si on parle une dernière fois de Tour de France, il me semble plus utile d'encourager les coureurs que de les faire chuter.

 

AFP : Circuit F1 Yvelines: pas question de sacrifier l'environnement

PARIS (AFP) — Il n'est pas question de sacrifier l'environnement pour un circuit de Formule 1, a souligné mercredi la secrétaire d'état à l'Ecologie Chantal Jouanno, évoquant sur France 2 le projet de F1 dans les Yvelines, entre Flins et Les Mureaux.

"Sur ce lieu, on a un problème particulier qui est celui d'une nappe phréatique, une nappe d'eau qui alimente une grande partie de la région parisienne", a-t-elle rappelé.

Et "s'il y a des contraintes environnementales, on ne prend pas le risque de polluer la nappe d'eau", a-t-elle ajouté. "Il est hors de question de sacrifier l'environnement pour un circuit de F1".

La ministre a par ailleurs estimé que l'environnement "c'est vraiment un modèle de croissance pour demain". Cependant, "pour beaucoup de Français, le frein, ce n'est pas le prix, c'est de savoir quoi faire et où aller". Et elle a évoqué la possibilité de créer un "site interactif" qui indiquerait où trouver des produits et comment mettre en place des solutions favorables à l'environnement.

Lien permanent Pin it! Imprimer 1 commentaire

Commentaires

  • Pourquoi n'ouvre-t-elle pas un blog, un espace sur facebook, etc?
    Qu'est-ce-qui l'empêche de communiquer davantage?

Les commentaires sont fermés.