Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

OGM : petites négos entre amis : la suite

Acte I : France Nature Environnement dcouvre et dénonce l'organisation de réunions au sein du Ministère de l'Agriculture, relatives à l'un des problèmes les plus sensibles du dossier OGM : la coexistence. La loi sur les OGM votée cette année renvoie en effet le problème au Haut Conseil des Biotechnologies qui vient d'être créé. Sans attendre le début des travaux de ce Haut Conseil, une administration du Ministère de l'agriculture pilote des réunions de travail dont les associations ne sont pas informées.

L'Agence France Presse se fait alors l'écho du mécontentement du responsable du dossier OGM à FNE : le Dr Lylian Le Goff.

OGM/coexistence: 50 m entre maïs OGM et non OGM, selon un projet d'arrêté

Il y a 15 heures

PARIS (AFP) — Une distance d'isolement de 50 mètres devrait séparer une parcelle de maïs génétiquement modifiée d'une parcelle non OGM, selon un projet d'arrêté proposé par le ministère de l'Agriculture, dont l'AFP a eu une copie.

Les règles de coexistence entre les cultures, fixées par ce projet d'arrêté, constituent un des sujets les plus sensibles de la loi sur les OGM adoptée au printemps dernier après des débats houleux.

Le projet d'arrêté doit être discuté lors d'une réunion de travail jeudi, à laquelle sont conviées les organisations agricoles, mais pas les associations de protection de l'environnement ou de défense des consommateurs, qui avaient participé au Grenelle de l'environnement.

La distance d'isolement de 50 m constitue un doublement par rapport à la situation actuelle. L'arrêté prévoit également les précautions techniques à prendre pour le matériel (récolte, sèchage du maïs ...) afin d'éviter la contamination de cultures conventionnelles (non OGM).

"Cet arrêté constitue un scandale", a réagi Lylian Le Goff, en charge du dossier à France nature environnement, interrogé par l'AFP.

"On y évoque une distance de quelques dizaines de mètres, alors que les débats du Grenelle de l'environnement ont fait clairement ressortir, sur la base des témoignages des experts, que la contamination portait sur des dizaines de kilomètres", souligne-t-il.

"Ce projet bafoue la loi sur les OGM, qui affiche explicitement dans son article premier son intention de préserver l'intégrité des territoires", rappelle-t-il.

M. Le Goff espère toutefois que ce texte n'est pas définitif et vise à "tâter le terrain". Il estime qu'il revient au Haut Conseil des biotechnologies (créé par un décret qui vient d'être publié) de proposer les règles de coexistence entre les cultures.

*********************

Sur le fond, le projet d'arrêté comprend des règles de coexistence qui ne sont pas acceptables. Sur la forme, la logique du Grenelle est celle du dialogue à 5, entre toutes lePhoto+OGM.jpgs parties prenantes.

La réaction du Ministère de l'Agriculture ne s'est pas faite attendre : oui on invitera les associations mais...aprés !

"Aucune décision" sur la coexistence entre cultures avec ou sans OGM

PARIS - Le ministère de l'Agriculture a assuré mercredi qu'"aucune décision" n'était encore prise sur les règles de coexistence entre cultures avec et sans OGM, tout en confirmant qu'une première réunion se tiendrait jeudi sur ce dossier.

Un projet d'arrêté proposé par le ministère de l'Agriculture, dont l'AFP a obtenu copie, envisagerait une distance d'isolement de 50 mètres afin de séparer une parcelle de maïs génétiquement modifiée d'une parcelle non OGM.

Les règles de coexistence entre les cultures, fixées par ce projet d'arrêté, constituent un des sujets les plus sensibles de la loi sur les OGM adoptée au printemps dernier après des débats houleux.

"A ce stade (...) aucune décision n'est arrêtée qu'il s'agisse des distances à respecter entre cultures ou de toute autre mesure technique", a souligné le ministère dans un communiqué.

Le ministère a confirmé qu'une première réunion aura bien lieu le 11 décembre avec "l'ensemble des filières agricoles, y compris les filières bio et les apiculteurs afin que chaque production puisse présenter ses contraintes techniques et ses attentes vis-à-vis de la gestion des OGM".

Une autre réunion aura lieu "la semaine suivante" avec l'ensemble des participants du Grenelle de l'environnement, notamment les associations environnementales et les représentants des consommateurs, a ajouté le ministère qui assure que "la totalité des positions sur ce dossier sera examinée".

(©AFP / 10 décembre 2008 10h52)

*****

La suite du feuilleton trés prochainement.

 

 

Lien permanent Pin it! Imprimer 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.