Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Grenelle : la mode de la sinistrose

La mode est décidément à la sinistrose. Je n'en finis pas de lire des déclarations, des tribunes, des communiqués, des articles qui annoncent tous la mort ou l'enlisement du Grenelle. Oui mais voilà : une fois que l'on a dit ça...on a rien dit. Paradoxe, pendant que de grands esprits se réjouissent à l'avance d'une mort qui leur permettrait de confirmer la pertinence de leurs pronostics de départ, un sondage IFOP/ Baromètre de la nature révèle que, non seulement les français estiment que le Grenelle a été un évènement important mais qu'en plus ils attendent des résultats concrets. Il ne s'agit là que d'un sondage et il n'est pas nécessaire de lui accorder trop d'importance. Toutefois, il me semble plus utile d'agir pour répondre à cette demande d'actes concrets, plutôt que de se lamenter, sagement assis dans un fauteuil. Certes le Grenelle est un processus qui n'est pas parfait, qui avance doucement, qui est critiquable à des biens égards. Certes le Grenelle n'est pas une fin en soi et n'est qu'un levier parmi d'autres pour défendre l'environnement. Certes le Grenelle de l'environnement doit enfin accoucher même si sera nécessairement dans la douleur. Il n'en demeure pas moins que contre la mode de la sinistrose, je préfère le pari de Pascal : qu'ais je à perdre dans le Grenelle ? Réponse : rien du tout. J'aurais beaucoup appris, beaucoup rencontré et obtenu quelques victoires non négligeables. L'une d'entre elles tient certainement à ce que le MEDEF, par la voix de son représentant, mardi dernier, a déclaré que son organisation n'oppose pas fiscalité écologique et croissance. Cela étant, l'impatience grandit et tant mieux. Vivement que le Parlement débatte des projets de lois Grenelle, que l'on rédige les décrets d'application et que l'on passe enfin aux choses concrètes !Image ecologie_politique.jpg

 

Lien permanent Pin it! Imprimer 1 commentaire

Commentaires

  • le Grenelle est un outil et non une fin en soi ; et comme tout outil il mérite une évaluation .Ce qui compte c'est le but et dans ce cas de figure la prise de conscience , la compréhension de l'enjeu envirronnemental(il vaudrait mieux dire sociétal) par les citoyens et la capacité collective à innover dans le sens d'une organisation plus durable de la société.
    J'ai toujours indiqué que la démarche du grenelle était intéressante mais non suffisante .En d'autres termes que cet outil grenelle pouvait répondre à certaines préoccupations mais pas à toutes ; Tel qu'il a été conçu il peut permettre dans l'urgence de gérer dans le bon sens des problématiques diverses , isoler le bâti , améliorer les performances énergétiques des véhicules etc bref tout ce qui peut se gérer par des règles , des lois , des mesures techniques.
    Sa limite est son incapacité à aborder le problème sociétal globalement et à faire participer les citoyens qui eux seuls peuvent affirmer une volonté politique et changer le rapport de force.
    Dès que les problématiques remettent par trop en question de gros lobbys et le fonctionnement actuel de la société , on voit les limites du grenelle ; on l'a vu sur les OGM, sur le nucléaire ....
    Le complément du Grenelle c'est la mise en oeuvre d'un Agenda 21 national très participatif qui puissent mobiliser les citoyens et les acteurs autour du global qu'est le diagnostic et le projet de société. C'est réinjecter sur ce problème vital de la démocratie directe et inaugurer un nouvel outil politique.
    Les associations, FNE etc n'ont pas démérité et nous n'avons pas à nous réjouir quand une mesure ou l'autre fonctionne mal. Mais je reste persuadé qu'elles n'ont pas appréhendé la nécessité de dépasser le cadre de l'organisation politique actuel ; et il ne s'agit pas de se placer sur un terrain a politique qui est illusoire mais du fait de la nature globale et possiblement dramatique du problème, d'innover et de créer un nouvel outil politique.

Les commentaires sont fermés.