Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Discours Sarkozy sur le Grenelle : le cap est fixé…parlons maintenant de la feuille de route !

Communiqué FNE

Mardi 20 mai 2008, le Président de la République prononcera au Zénith d’Orléans, un discours relatif à la mise en œuvre du Grenelle de l’environnement. Les attentes de France Nature Environnement.

Q : Quel est l’enjeu ?

R : Pour France Nature Environnement, fédération française des associations de protection de la nature et de l’environnement, le Président de la République doit convaincre la majorité parlementaire de s’associer aux conclusions du Grenelle en votant sans l’affaiblir le projet de loi de programme qui sera prochainement déposé au Parlement et qui tend à donner une valeur législative aux 273 engagements négociés en octobre 2007.

Sébastien Genest, Président de FNE précise : « nous serons présents mardi pour écouter Nicolas Sarkozy mais ce n’est pas nous qu’il faut convaincre ! FNE a toujours été une force motrice du processus Grenelle. C’est aux administrations, aux entreprises et à certains élus locaux que le Président de la République doit maintenant s’adresser. L’enjeu est majeur : le Grenelle doit cesser d’être un processus en apesanteur, il faut le faire atterrir dans la société française. Il faut attacher à cette locomotive, des acteurs qui ont parfois le sentiment de n’y avoir pas été suffisamment associés depuis le départ. »

Q : Qu’attend France Nature Environnement du discours de Nicolas Sarkozy ?

R : Pour FNE, le cap a déjà été fixé, le 26 octobre 2007 par le Président de la République, lors de son discours de clôture du Grenelle de l’environnement, en présence de l’ancien Vice Président Al Gore et du Président de la Commission européenne, José Manuel Barroso.

Sébastien Genest poursuit : « Ne changeons plus le cap mais parlons de la feuille de route pour l’atteindre ! Il ne faudrait pas disserter indéfiniment sur les objectifs du Grenelle. Cela a été fait en octobre 2007 et le Grenelle est désormais terminé. Nous sommes désormais dans l’après Grenelle et il faut parler des moyens et pas seulement des moyens financiers ! La révolution culturelle reste en effet à faire pour faire entrer l’urgence écologique dans toutes les têtes. Certes nous ne pouvons pas faire avancer le paquebot de l’après Grenelle avec un moteur de hors bord mais il faut tout de même se décider à sortir au moins la grand voile ! »

Q : Faut il avoir peur du passage au Parlement du Projet de loi Grenelle I ?

R : Non. FNE est respectueuse de la souveraineté parlementaire. Nos élus doivent prendre leurs responsabilités en validant voire en améliorant les engagements du Grenelle. FNE souhaite les convaincre que le processus Grenelle ne les a jamais dépossédé de leur légitimité, qui est celle de faire la loi.

Q : Quel est le bilan de l’après Grenelle à ce jour ?

R : Le verre est à moitié plein et à moitié vide. Côté face, de bonnes décisions ont été prises comme l’interdiction de l’OGM MON 810 et l’abandon du projet de mine d’or et Guyane. Côté pile, nous attendons toujours une rédaction concertée du schéma national d’infrastructures de transports pour, notamment, statuer sur tous les projets d’autoroutes qui sont en cours.

Pour Sébastien Genest : « Il reste à préciser le processus de décision pour l’après Grenelle. Certes, c’est en marchant que l’on apprend à marcher et c’est ainsi que le Grenelle est arrivé à bon port en octobre 2007. Toutefois, s’agissant de l’après Grenelle, nous sommes un peu dans le brouillard. Ainsi, la fonction exacte du Comité de suivi du Grenelle qui réunit les 5 collèges d’acteurs mériterait d’être précisée. »

Sébastien Genest poursuit : « L’engagement de Jean-Louis Borloo et de Nathalie Kosciusko-Morizet n’est pas remis en cause mais nous sommes déçus de constater que des vieux réflexes perdurent. Ainsi le projet de loi de responsabilité environnementale sera voté en quelques jours sans consultation et presque sans possibilité de réaction de nos associations ! ».

Q : Le Grenelle peut il « mourir » ?

R : Non. Ne confondons pas le processus de négociation collective avec les premiers résultats de cette négociation. France Nature Environnement est parfois mitigée sur les résultats mais soutient toujours l’idée de mettre tous les acteurs autour d’une même table pour mettre les dossiers à plat et avancer.

Lien permanent Pin it! Imprimer 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.