Le prix du dimanche (20 novembre 2008)

L'écologie est décidement partout et aucune décision publique n'est étrangère à la protection de l'environnement. La preuve en est que même le débat sur l'ouverture des commerces le dimanche....porte notamment sur des considérations d'économies d'énergie. Il fallait y penser et Philippe Askenazy, directeur de recherche au CNRS, l'a fait dans une tribune publiée dans l'édition du journal Le Monde datée du 19 novembre. Je reproduis ici le propos qui attiré mon attention, lequel porte sur le "coût" d'une décision d'autorisation d'ouverture dominicale des magazins :
ouverture des magazins le dimanche.jpg
".

"Le premier est énergétique. Les grandes surfaces, notamment alimentaires, sont parmi les activités les plus énergivores : éclairage puissant entièrement artificiel, chauffage ou climatisation de volumes immenses, vastes rayons de réfrigération ouverts ou souvent manipulés. En ces temps de Grenelle de l'environnement, il est ainsi cocasse que l'on ne s'interroge pas sur l'impact environnemental de l'ouverture du dimanche en France : sa généralisation à tous les hypermarchés et supermarchés se traduirait par un surcroît de consommation énergétique supérieur aux fameuses économies générées par le changement d'heure hiver-été. Sans compter la multiplication des déplacements de consommateurs qu'elle engendrerait

Je n'ai pas trouvé d'évaluation précise du bilan énergétique de l'ouverture des commerces le dimanche mais manifestement, la question se pose.

14:38 Écrit par | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |