Tir de l’ours Balou : quand c’est l’État qui est responsable ! (10 septembre 2008)

(Communiqué FNE - 10.09.08)
 

Dimanche 7 septembre 2008, près de Prades, lors d’une battue aux sangliers organisée par l’association de chasse locale, un chasseur effectue un « tir d’instinct », sur un animal qu’il pense être un sanglier. Ce n’est qu’une fois la bête touchée que le tireur se rend compte qu’il s’agit d’un ours.

C’est l’ours Balou, relâché en 2006 dans le cadre du plan de restauration et de conservation de l’ours brun, initié par l’État en vue d’assurer la viabilité de l’espèce dans nos Pyrénées, qui est touché.

Sans s’étendre sur le manquement grave aux consignes élémentaires de sécurité que constitue ce tir d’instinct, France Nature Environnement constate qu’une fois encore, la pratique de la chasse en battue dans les secteurs fréquentés par les ours, se solde par une atteinte à une espèce protégée.

Pourtant, par un courrier en date du 7 mai 2008, France Nature Environnement avait invité le Préfet coordinateur du dossier ours, à « mettre en œuvre dans les plus brefs délais des mesures réglementaires permettant d’assurer une protection stricte de l’ours en interdisant la perturbation intentionnelle, et ce en conformité avec les engagements internationaux et nationaux de la France. L’instauration de réserves nationales de chasse pourrait sembler très opportune ».

Or à ce jour, aucune réponse n’a été apportée par l’État et aucune mesure n’a été mise en place sur le terrain pour prévenir toute atteinte aux ours. Aussi, face à cette absence de réponse, notre fédération envisage de saisir les juridictions compétentes pour faire constater les manquements de l’Etat français et sa responsabilité face à la disparition des ours en France.

« Trois ours sont morts suite à des battues dans des secteurs fréquentés par les plantigrades, et trois autres ont été pris pour cible », précise Raymond Léost. « Si c’est bien le chasseur qui a appuyé sur la gâchette, c’est en quelque sorte l’État qui tenait le fusil, car il n’a pas le courage d’affronter la question des mesures à mettre en œuvre pour organiser la pratique de la chasse dans les zones à ours ! ».

Enfin en ce qui concerne l'ours Balou, FNE étudie actuellement les actions en justice possibles pour que soit sanctionnée cette atteinte à la conservation d'une espèce protégée.

 

15:06 Écrit par | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |