THT France/Espagne : un enfouissement de la ligne ou… (06 mai 2008)

Communiqué FNE

Jean-Louis Borloo vient d’annoncer son choix en faveur d’un enfouissement de la ligne électrique 400 000 volts à très haute tension (THT) qui doit relier Figueras, en Espagne, à Perpignan. Réaction de France Nature Environnement, fédération française des associations de protection de la nature et de l’environnement.

Pour Arnaud Gossement, porte parole de FNE : « Enfouir la ligne THT, c’est bien, enterrer le projet c’est mieux. L’enfouissement n’est qu’une réponse partielle à une vraie question : de quelle politique énergétique voulons nous ? Pour FNE, la solution est celle d’une production énergétique plus sobre, diversifiée et renouvelable, pas d’un système nucléaire centralisé, peu adapté aux territoires, peu démocratique et qui commercialise ses excédents aux pays frontaliers. »

L’enfouissement : une réponse qui pose beaucoup de questions !

Pour France Nature Environnement, le dossier est loin d’être bouclé et un nouveau sommet franco-espagnol doit d’ailleurs se réunir en juin. FNE souhaite que le public soit informé de l’étude que RTE et REE doivent réaliser : s’agira-t-il d’un enfouissement terrestre ou marin ? partiel ou total ? Quel sera son bilan écologique, financier mais aussi sanitaire ? En réalité, le choix de l’enfouissement pose de nouvelles questions.

L’enfouissement : une réponse partielle à un problème global

Par ailleurs, France Nature Environnement rappelle que si la nécessité d’une certaine souplesse d’échanges frontaliers peut se justifier dans le cadre européen, la systématisation de l’exportation française revient à faire supporter à notre pays la pollution, les risques et la gestion des déchets, pour pallier l’imprévoyance énergétique des pays limitrophes. Si le courant électrique est pour tous, les déchets devraient l’être également ?

La solution de l'enfouissement, bien que hors de prix (700 millions d’euros), consiste à « limiter les dégâts ». Reste que cette "solution" ne répond nullement à la question de fond : celle de l'exportation d'une électricité française excédentaire (par la construction mal calculée du programme nucléaire français à partir de 1974), en partie vers la péninsule ibérique.

Pour mémoire : la France exporte (chiffres de 2007) 6,2 TWh vers l'Espagne et en importe. Bilan final : exportation de 4,7 TWh. Il faut comparer ses données à l'export vers l'Italie (14,9), la Suisse (11,7), l'Allemagne (16,5), la Belgique (10,8) ou le Royaume Uni (11,8). Le bilan final de la France est une exportation de 63,4 TWh. soit l'équivalent d'environ dix tranches nucléaires de 900 MW...(produisant chacune environ 6,5 TWh).

France Nature Environnement salue le travail des associations - comme la SEPANSO, UMINATE, LRNE, le Collectif anti-THT – et les élus qui se battent depuis des années contre ce projet de THT 400 000 volts dans les Pyrénées.

11:24 Écrit par | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |